Les enfants savent-ils lire les pensées des autres ?

la-cite-des-enfants-perdusQuand vous interagissez avec quelqu’un, il y a ce que vous pensez, et il y a ce que l’autre pense. Mais il y a aussi "ce que vous pensez qu’il pense", et qui va certainement influer sur votre comportement.

Cette capacité à attribuer des pensées aux autres est appelée "théorie de l’esprit" par les psychologues, et semble bien être une spécificité de l’espèce humaine. Et des expériences montrent que cette capacité s’acquiert assez tard dans le développement de l’enfant. Alors pour vérifier ça, j’ai fait des tests sur mes filles !

L’histoire de la poule rousse

renard poule rousseMa seconde fille a 3 ans 1/2, et elle adore l’histoire de Poule Rousse. Dans cette histoire, un vilain renard attrape une gentille poule et l’emporte chez lui dans un sac. Heureusement lors d’un moment d’inattention du renard, la poule parvient à s’échapper, et met à sa place une grosse pierre dans le sac. Et cet idiot de renard rentre chez lui avec son sac lesté d’une pierre, sans savoir que la poule rousse ne s’y trouve plus.

Rien de bien difficile, non ? Ma fille adore l’histoire, mais quand on lui demande "Qu’est-ce que le renard pense qu’il a dans le sac ?", elle répond "Eh ben, la pierre !" Manifestement elle n’arrive pas à quitter la position du lecteur, qui sait tout, pour prendre le point de vue du renard, qui ne sait pas qu’il se fait berner. Elle n’arrive pas à attribuer au renard des croyances différentes des siennes. Donc elle pense que le renard sait qu’il a un caillou dans son sac !

Manifestement à 3 ans 1/2, il n’est donc pas facile de "penser à ce que les autres pensent".

test de sally et anneLe test de Sally et Anne

Si vous voulez faire ce genre d’expériences, pas besoin de l’histoire de la petite poule rousse, vous pouvez recourir à un test classique imaginé par les psychologues Wimmer et Perner [1].

Pour cela il vous faut deux poupées, arbitrairement nommées Sally et Anne, un panier, une boite et un objet, disons une bille.

Vous mimez alors à l’enfant l’histoire suivante avec les poupées : Sally a une bille et décide de la cacher dans le panier, puis elle quitte la pièce. En son absence, Anne déplace la bille du panier vers la boite. Enfin Sally revient.

On demande alors à l’enfant "Où Sally va-t-elle chercher la bille ?" Sally doit évidemment aller regarder dans le panier, puisque c’est là qu’elle a mis sa bille. Mais les plus jeunes enfants se trompent, et imaginent que Sally va aller chercher dans la boîte, puisque c’est là que la bille se trouve vraiment !

Comme vous le voyez, cette histoire est analogue à celle du renard, et sert à tester la capacité qu’a l’enfant à attribuer des croyances fausses à d’autres. L’enfant peut-il se mettre à la place de Sally, et se dire qu’elle ne sait pas que la bille a bougé ?

D’après les nombreuses expériences réalisées par les chercheurs en psychologie, si vous faites ce test avec des enfants de 3-4 ans, ils vont certainement se tromper (c’est évidemment le cas de ma fille de 3 ans 1/2). Mais en général, après 5 ans il ne se trompent plus : ma plus grande fille de 5 ans 1/2 a réussi le test facilement.

La théorie de l’esprit

Le test de Sally et Anne est indicatif de ce que les chercheurs en psychologie appellent la théorie de l’esprit (Theory of Mind, un nom pas très bien choisi à mon goût…). Posséder une théorie de l’esprit, c’est être capable d’attribuer aux autres des pensées différentes des siennes propres; en particulier leur attribuer des croyances fausses, comme dans l’exemple du renard ou de Sally.

Des chercheurs ont essayé de savoir si des animaux comme les chimpanzés pouvaient posséder une théorie de l’esprit. Ils ont d’abord pensé que oui, car ils ont noté que les singes essayaient parfois de cacher de la nourriture à leurs congénères, ce qui semble indiquer qu’ils savent que ces derniers peuvent avoir des croyances fausses. Mais il peut aussi très bien s’agir d’un comportement acquis par l’expérience, mais qui ne repose pas forcément sur le fait d’attribuer des pensées aux autres singes.

En 1985, Simon Baron-Cohen et ses collaborateurs ont utilisé le test de Sally et Anne pour mettre en évidence un lien avec certaines formes d’autisme [3]. Ils ont montré que les enfants atteints d’autisme échouaient bien plus au test de Sally et Anne que les enfants du groupe de contrôle (composé d’enfants normaux et d’enfants atteints de trisomie 21). Cette expérience suggère que le déficit de communication sociale associé à certaines formes d’autisme (notamment le syndrome d’Asperger) pourrait être relié à la difficulté à utiliser la théorie de l’esprit, c’est-à-dire à réaliser que les autres ont des pensées et des intentions propres, différentes des siennes.

Enfin récemment, une nouvelle expérience est venue tempérer les résultats classiques sur le test de Sally et Anne. Une variante du test a été conduite avec des enfants de 15 mois [4] et montrent que ceux-ci sont surpris quand l’expérimentateur (qui joue le rôle de Sally) va chercher l’objet là où il se trouve vraiment, c’est-à-dire en contradiction avec ce que devrait être ses croyances (dans cet expérience, on mesure le degré de surprise à partir du temps de fixation du regard, comme ce que je décrivais dans mon billet sur l’inférence bayésienne.)

Bref la compréhension des mécanismes de la théorie de l’esprit n’est pas encore à son terme. Pour ceux qui ont la fibre expérimentale, n’hésitez pas à rapporter ici les résultats du test de Sally et Anne avec les enfants qui vous entourent ! De mon côté, ma fille me réclame maintenant l’histoire tous les soirs…

Pour aller plus loin…

Une série d’expériences incroyables ont été conduites par Rebecca Saxe et son équipe au MIT à Boston. Ils se sont intéressés à l’impact de la théorie de l’esprit sur le jugement moral. L’idée est que l’existence ou non d’une intention de tuer peut être un facteur aggravant dans un homicide ou une tentative d’homicide. Ainsi on juge en moyenne moins immoral de tuer quelqu’un accidentellement sans le faire exprès, que d’essayer volontairement de le tuer et d’échouer. Mais pour faire ce raisonnement en tant que juge, il faut se projeter dans les intentions des autres, c’est-à-dire avoir une théorie de l’esprit.

Saxe et son équipe on alors observé que l’on pouvait perturber la théorie de l’esprit au moyen d’impulsion magnétiques envoyées dans une zone précise du cerveau, et que cette perturbation affectait le jugement moral des sujets : l’homicide accidentel est alors jugé plus répréhensible que la tentative ratée d’homicide volontaire.

Pour en savoir plus, je vous recommande la conférence TED de Rebecca Saxe

[1] H. Wimmer et J. Perner, « Beliefs about beliefs: Représentation and constraining function of wrong beliefs in young children’s understandign of deception » Cognition 13 (1983).

[2] D. Premack et G. Woodruff, « Does the chimpanzee have a theory of mind ? », Behavioral and Brain sciences  4, 1978.

[3] S. Baron-Cohen, A.M. Leslie et U. Frith, « Does the autistic child have a theory of mind ? », Cognition 21, 1985

[4] K.H. Onishi et R. Baillargeon, « Do 15-month-old infants understand false beliefs ? », Science, n° 308, 2005.

Un très bon résumé sur le sujet Quand l’enfant acquiert « la théorie de l’esprit » par Jean-François Dortier

About these ads

14 réponses à Les enfants savent-ils lire les pensées des autres ?

  1. Brice dit :

    Vous avez déménagé à Boston pour éviter les poursuites de la DDASS pour avoir utilisé tes filles comme cobayes pour expériences scientifiques ?
    Article intéressant sinon, mais titre pas vraiment représentatif (le "lire").

  2. Sébastien dit :

    J’aime beaucoup cet article, cependant une question me turlupine.
    Les jeunes enfants comprennent-ils la question ? N’y a-t-il pas un biais de compréhension qui les pousse à l’échec ?

    • Oui c’est ce que je me suis dit quand j’ai fait le test pour la première fois avec ma petite.

      Mais je crois qu’il y a des manières de raconter l’histoire et de poser la question qui permettent d’éviter ça. Notamment de ne pas poser la question de façon trop théorique, mais de laisser plus ou moins l’enfant continuer l’histoire.
      Dans la vidéo de Rebecca Saxe, elle montre une histoire qui est je pense assez efficace pour éviter ce biais.

      • Sébastien dit :

        Je reste surpris de l’écart entre la surprise dont ces jeunes enfants peuvent faire preuve et leur incapacité à répondre à la question.
        Je regarde la conférence et reviendrai à la charge plus tard.
        Merci encore

    • Alexis dit :

      Quelle question serait dure à comprendre ? "Où Sally va-t-elle chercher la bille ?" Ca n’a pas l’air très compliqué en soit comme question, mais pour s’en convaincre il suffit d’une condition contrôle où personne ne change la bille de place quand Sally s’en va.

      • Sébastien dit :

        Cette question est au contraire plus complexe qu’il y parait. Nous, adultes, n’avons pas de problèmes car le contexte nous parait évidant. Mais le question peut être comprise comme "à ton avis, où Sally va-t-elle chercher la bille" ou alors "Si tu étais Sally, où irais-tu chercher la bille ?". Je ne sais pas comment développer mon idée, mais je pense que la compréhension de la question passe par une maitrise de la langue et des non-dit. Les enfants commencent à maitriser le langage, mais qu’en est-il de l’interprétation ? (prenons cet exemple simple d’expression tiré de "bienvenu chez les ch’ti", "j’y vais et je vous dis quoi", tout est question d’interprétation sur une phrase extrêmement simple)

  3. [...] Quand vous interagissez avec quelqu’un, il y a ce que vous pensez, et il y a ce que l’autre pense. Mais il y a aussi « ce que vous pensez qu’il pense », et qui va certainement influer sur votre comportement.  [...]

  4. Xochipilli dit :

    Les corneilles, elles, semblent dotées de la théorie de l’esprit et on s’en rend compte par exemple lorsqu’elles cachent de la nourriture. Si elles se sentent observées par d’autres corneilles pendant qu’elles enterrent leur trésor, elles attendent d’être seules pour changer de cachette et remettent tout en place pour tromper l’espion (voir ce billet qui parle de ça et du sens de l’autre en général chez les animaux, et cet article fascinant sur les corneilles ici)

  5. mariea25360 dit :

    J’ai trouvé intéressante l’idée et l’analyse. J’ai été frustrée parce que j’attendais une autre conclusion, mais peut être parce qu’il y a une erreur sur le titre. Peut-être que l’idée est que les jeunes enfants ne peuvent pas retenir un historique et retiennent juste le déplacement et la dernière position des objets.

    Article bien écrit.

    Marie

  6. Comme les précédents commentaires, j’ai trouvé que le titre avait un induit différent du contenu toutefois intéressant de l’article.
    Dovetail.

  7. Après la théorie de l’esprit, celle l’esprit de Noël (voir web) dit :

    Décidément, on parle pas mal d’interaction en ce moment ; voir aussi ça sur le blog de Florence Porcel :
    http://www.dailymotion.com/video/xmn8ed_les-chercheurs-font-leur-cinema-prix-du-jury-phi_tech?start=2#.UMIrEeSjN8E
    Ce sentirait-on seul, aurions-nous besoin d’alter ego pour interpréter le monde ?
    Paradoxalement, le père Noël est heureusement là pour rétablir les choses et mettre de l’ordre dans la cybernétique de notre pensée :
    http://www.shef.ac.uk/news/nr/debenhams-christmas-tree-formula-1.227810
    Science étonnante, non ?

  8. vpo dit :

    Pour info, jusqu’au jeudi 18/04/2013, le site d’Arte permet de revoir en VOD gratuite un documentaire sur l’intelligence des animaux. La théorie de l’esprit y est abordée. Bon j’ai bien conscience que ce commentaire sera périmé dans 3 jours, mais si une personne intéressée tombe dessus aujourd’hui…

    L’adresse est là : http://videos.arte.tv/fr/videos/les-animaux-pensent-ils–7434936.html

  9. Sébastien dit :

    merci pour ce documentaire. C’était assez intéressant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 3  977 followers

%d bloggers like this: