Les extraterrestres sont parmi nous ! (…c’est l’hypothèse la plus probable)

roswellUne fois n’est pas coutume, aujourd’hui j’ai décidé de m’amuser un peu et de sortir de la rigueur et de l’objectivité qui caractérisent habituellement – je l’espère – les textes de ce blog.

Dans ce billet, je vais défendre l’idée que les extraterrestres sont partout autour de nous, et qu’ils nous observent bien tranquillement.

Oh rassurez-vous, je ne vais pas vous servir de la théorie du complot à la Rosewell ou X-Files, mais tout simplement argumenter que pour moi, cette hypothèse est la plus probable, et la plus raisonnable scientifiquement parlant.

Y-a-t-il d’autres civilisations dans l’Univers ?

Commençons par la première des questions : y-a-t-il des civilisations extraterrestres ailleurs dans l’Univers ? Bien évidemment, à l’heure actuelle nous n’en savons rien. Mais à mon goût l’hypothèse la plus probable, c’est que oui.

Nous savons tous bien que l’apparition de la vie sur Terre (et même plus, d’une forme de vie intelligente) est le résultat d’un extraordinaire concours de circonstances. L’émergence de la vie telle qu’on la connait nécessite des conditions bien précises (de température, notamment) que peu de planètes sont susceptibles de posséder. On peut donc penser que pour une planète prise au hasard dans l’Univers, la probabilité que la vie intelligente s’y développe est extraordinairement faible.

Mais n’oublions pas que notre galaxie, la Voie lactée, contient quelques centaines de milliards d’étoiles, chacune de ces étoiles abritant probablement en moyenne quelques planètes. Cela fait donc peut-être 1000 milliards de planètes dans la Voie lactée.

Mais ça n’est pas tout, car des galaxies comme la Voie lactée, il en existe plus de 100 milliards dans l’univers visible ! Au total, on peut donc estimer qu’il y a dans l’Univers environ 10^{23} planètes. Je répète

100 000 000 000 000 000 000 000 planètes !

soit en gros le nombre de grains de sable sur Terre.

Donc même si la probabilité d’apparition de la vie intelligente est fabuleusement faible, avec 10^{23} tentatives, on peut bien raisonnablement imaginer que ça ait pu marcher sur d’autres planètes que la nôtre.

Bien sûr, il faut aussi considérer sérieusement la possibilité que la Terre soit le seul endroit dans l’Univers où la vie soit apparue, mais du point de vue scientifique, cela ne paraît pas l’hypothèse la plus raisonnable. Au cours de son histoire, la science a souvent progressé en reconnaissant que notre situation n’avait « rien de spécial ». Nous sommes un animal comme les autres, notre planète est une planète comme les autres, tournant autour d’une étoile comme les autres, située dans une galaxie qui n’a rien d’extraordinaire. Dans cette lignée, il me semble que l’hypothèse la plus minimale, c’est de considérer l’apparition de la vie comme un phénomène qui n’a pas de raison d’être unique.

Si vous suivez ce raisonnement, il doit donc exister une tétrachiée de civilisations extraterrestres dans l’Univers. Mais on en arrive alors à un paradoxe connu sous le nom de paradoxe de Fermi, et que ce dernier résumait par la simple question : « Where is everybody ? ». Ou autrement dit, si la vie est apparue à plein d’endroits dans l’Univers, où sont tous les autres ?

Une résolution du paradoxe de Fermi

Il existe des dizaines de tentatives pour résoudre le paradoxe de Fermi et essayer d’expliquer pourquoi nous ne sommes pas encore entrés en contact avec des civilisations extraterrestres. Je vous l’ai dit, pour moi l’hypothèse la plus simple c’est que les extraterrestres sont déjà parmi nous, à nous observer tranquillement, et cela tient à deux raisons :

  • Le progrès technologique suit une croissance exponentielle.
  • Notre civilisation est fabuleusement jeune.

Commençons par le premier point. Il s’agit d’une constatation empirique qui devrait être à peu près évidente pour tout le monde, la science et la technologie progressent de plus en plus vite. Nous avons plus progressé en 100 ans entre 1914 et 2014 qu’entre l’an 900 et l’an 1000. De même les progrès faits entre l’an 1000 et l’an 2000 sont bien supérieurs à ceux réalisés entre -11 000 et -10 000, et je ne vous parle même pas de la vitesse d’évolution de la technologie il y a 100 000 ou 500 000 ans.

On peut ergoter et discuter de comment quantifier cette accélération du progrès (par exemple avec la loi de Moore et ses dérivées), ou de savoir si le progrès est exponentiel ou seulement quadratique, mais l’idée de base reste la même.

Cette constatation a comme conséquence que :

  • Il est incroyablement difficile de prévoir ce que sera l’état de la technologie dans 100 ans;
  • Il est totalement impossible d’imaginer ce qu’elle sera dans 1000 ans;
  • Et dans 10 000 ans, ça dépasse l’entendement, n’essayez même pas.

La question que l’on peut se poser maintenant, c’est : où en sont les aliens dans la course au progrès ?

Une question d’âge…

Pour commencer, remarquons que notre civilisation est vieille d’environ 1 million d’années (on peut chipoter sur la date, mais disons que c’est en gros l’âge de la technologie). Quel âge pensez-vous que les autres civilisations extraterres aient ?

1 million d’années aussi ? Un peu plus ? Un peu moins ?

Certainement pas !

Rappelez-vous que notre Univers a environ 14 milliards d’années. Si je dessine une frise de l’Univers et que je veux représenter la période d’existence de notre civilisation, voici ce que j’obtiens :

frise univers

Si une autre civilisation intelligente est apparue à un moment donné dans l’Univers, elle peut avoir émergé à peu près n’importe quand entre disons -10 milliards d’années et aujourd’hui. Cela veut dire que si je prends une autre civilisation extraterrestre au hasard, son âge technologique est probablement de quelques milliards d’années en moyenne.

Repensez bien à cela : l’âge technologique des autres civilisations est probablement de l’ordre de quelques milliards d’années. Nous : un million. Nous sommes des bébés.

Quelques milliards d’années de progrès technique, vous imaginez ce que ça donne ? Non vous n’imaginez pas; et moi non plus. Nous sommes totalement incapables de ne serait-ce que concevoir ce que sera notre technologie dans 1000 ans, alors imaginez dans 5 milliards d’années ! Et pourtant, la majorité des civilisations extraterrestres en sont probablement là. Si le progrès technique suit réellement une marche exponentielle, même des analogies foireuses du genre « nous sommes par rapport à eux ce que les unicellulaires sont par rapport à nous » sont encore très très en-deça de la réalité.

Bref, si on met tout cela bout à bout, on conclut qu’il est scientifiquement raisonnable de penser que d’autres civilisations extra-terrestres existent, et que leur niveau de technologie dépasse l’entendement. Si c’est vrai, il est fort probable qu’ils nous aient repéré depuis longtemps, qu’ils nous surveillent du coin de l’oeil avec leur technologie de folie et qu’ils s’amusent de nos petits déboires, comme nous quand on regarde une fourmilière.

Enfin c’est ce que je crois…

Billets reliés, ici ou ailleurs


Pour aller plus loin…: quelques contournements du raisonnement

Que ceci soit bien clair une fois de plus : je ne dis pas que tout ceci est vrai, mais juste que c’est le scénario qui me parait le plus simple et le plus minimal, scientifiquement parlant. Je ne doute pas qu’il y ait plein d’objections à ce raisonnement. Je voudrais en mentionner quelques unes que je trouve intéressantes.

Le point le plus faible concerne certainement la croissance exponentielle (ou même seulement quadratique) du progrès. Peut-être après tout que cette marche folle atteint un jour un régime stationnaire ou linéaire, soit parce qu’il existe des limites physiques véritablement infranchissables (comme la vitesse de la lumière), soit parce que la croissance du progrès est aussi fortement liée à celle de la population, et que quand cette dernière se sera stabilisée sur Terre, les progrès ne seront plus aussi rapides. Voir aussi le billet sur le grand filtre chez Dr Goulu.

Il y aussi de nombreuses tentatives pour résoudre le paradoxe de Fermi et qui suggèrent que toute civilisation intelligente fini assez rapidement par s’autodétruire (ce qui expliquerait assez bien que la nôtre semble si jeune), ou par se perdre dans les mondes virtuels, comme suggéré dans ce billet de David Madore.

Un dernier point qui m’amuse : si ce que je raconte dans ce billet est vrai, les civilisations vieilles d’1 milliard d’années nous regardent probablement en rigolant. Mais elles sont elles-mêmes regardées en rigolant par les civilisations vieilles de 2 milliards d’années, et ainsi de suite. L’Univers est donc certainement peuplé de civilisations invisibles les unes des autres à cause d’écarts gigantesques de niveau technologique.

Pas mal d’autres solutions possibles du paradoxe sont présentées sur la page Wikipedia du paradoxe de Fermi

Crédits

  • Roswell, Jon Lewis, Flickr CC
  • Schéma : Science étonnante

171 réflexions sur “Les extraterrestres sont parmi nous ! (…c’est l’hypothèse la plus probable)

  1. J’adore votre blog!
    Personnellement je dirais que même si les extraterrestres sont a un niveaux technologiquement supérieur a nous.
    Qui ou quoi indique que dans l’immensité de l’univers il est trouvé notre planete?
    Imaginons que la limite physique de déplacement sois la vitesse de la lumière, et que ces gens sont de l’autre côté de l’univers, il peuvent de déplacer et observer l’univers, mais même avec tout ça, ne voit pas notre planète car trop loin.
    (Et oui je suis plutôt pro extraterrestres)

      • Improbable un corp se rapprochant de la vitesse de la lumière ralenti mais pas sob environnement

      • Depuis l’affaire Roswell,les extras terrestres s’inquiètent de l’utilisation de la bombe H car tous ce qui est en haut est comme ce qui est en bas .
        Tape la table d’émeraude dans Google.
        C’est pour cette raison qu’ils sont venu voir de plus près et nous faire comprendre qu’il ne faut pas jouer avec des jouets dangereux comme les allumettes pour les petits bambins que nous sommes ou les vilains gamins .

        Une soucoupe s’écrase et un contact est pris avec le gouvernement Américain,la CIA qui à intérêt à garder secret cette découverte dans le but d’échanges technologiques qui mettront les Américains loin devant nous dans les domaines scientifiques ( transistors ,puis fibre optique, puis les technologies téléphonie et TV et autre
        A l’heure actuel la NASA travaille sur un moteur à distorsion qui dépassera de 5 fois la vitesse de la lumière.
        Posez vous la question pourquoi une évolution ultra rapide de la technologie Américaine ( avion furtif) et autre à t’elle lieu alors que nous somme resté entre la 1 ère guerre mondiale et la 2 guerre mondiale avec nos vieux postes à lampe .c’est une évidence que des contacts ont eu lieu .D’ailleurs le ministre de La Défense Canadienne le confirme il y aurait 80 races différentes d’extras terrestres qui s’intéressent à notre planète .
        Enfin il faut être naïf pour ne pas y croire ,tape dans Google la construction des pyramides et dès civilisation incas et péruvienne,autre indice la distance entre la pyramide de kéops et l’île de Pâques est de 16618 km soit le nombre d’or divisé par 1000 .Enfin posez vous la question qui est Dieu et qui était jésus ,pourquoi est il resté introuvable pendant 3 ans .Les religieux ont menti Dieu n’est pas unique mais ce sont notre famille originelle .
        Qui nous a donné la parole ,alors qu’aucun animal aussi intelligent soit il ne possède pas la parole ce qui ne veut pas dire qu’ils n’ont pas de langage ex les dauphins ont un langage.
        Nous sommes tellement pacifique envers nos compatriotes que je comprend fort bien une certaine méfiance à entrer en contact avec nous et pour discuter de quoi de notre pauvre avancée technologique,il est certain qu’ils prendront contact ouvertement avec les peuples de notre planète lorsque nous seront en paix sur cette planète.

    • Il n’y a pas que la technologie qui soit importante dans l’évolution d’une civilisation. Le niveau de conscience est bien plus important.
      La différence entre un être évolué et un qui l’est moins tient plus de la maturité que de la technologie. La meilleure façon de le comprendre est de comparer un enfant de 4 ans avec un adulte, plutot que 2 adultes vivants dans des mondes séparés de quelques milliers d’années. Le sens des responsabilités, et donc de ce qui motive les comportements, est bien plus déterminent que l’avancée technologique. Ce qui fait la différence entre des civilisations extraterrestres ayant des milliers d’années de plus que la nôtres et nous, tient des motivations et de l’expérience qui montre de manière systématique que l’égocentrisme est une impasse, et qu’elle mène à l’extinction. « Tous les empires mourront  » est un adage qu’on n’a plus à démontrer. La plus grande conquête qu’on puisse faire, c’est la compréhension de son propre fonctionnement, et in fine de son comportement. Les extraterrestres, s’ils nous observent, ont forcement une maturité individuelle et collective qui fait toute la différence entre eux et nous. Et la technologie n’est que secondaire.
      Mais bien sûr, vu sous cet angle, c’est moins fun.

      • Personnellement, je crois (et pour une fois le mot n’est pas galvaudé) à l’existence de la vie sur d’autres planètes. En rapport avec notre degré de connaissances, rien ne va à l’encontre d’une telle possibilité, il tend même à la prévoir. Maintenant, là où je demeure perplexe, c’est dans le fait que la technologie progresse proportionnellement avec sa durée d’existence, ce qui me perturbe en raison des constantes physiques comme la célérité de la lumière dans le vide. La technologie qui évolue par bond est plus fantastique et progressive que celle qui évolue par développement sauf que, c’est le développement par l’amélioration ou le perfectionnement qui est à la base du progrès dans la durée, tandis que les bonds, eux, se raréfient avec le temps à cause des lois de la physique.

        Comme on parle en temps chronométrique, on parlera en distance donc, en temps de parcours. Et là, force est de constater que les autres planètes, fussent-elles atmosphériques et telluriques, sont hors de notre portée, ce qui inclut qu’il en est de même pour les éventuelles vies extraterrestres s’y trouvant. Car la durée de l’existence d’une civilisation n’entre pas en compte quant à pouvoir dépasser la célérité de la lumière dans le vide.

        Quoi que l’on fasse et quoi que l’on invente, on ne peut faire et on ne peut inventer que ce qui est de l’ordre du possible.

        Bien à vous…

  2. C’est quand même pas de chance, toutes ces civilisations qui s’observent dans l’anonymat et nous on est au bout de la chaîne sans personne a regarder…

  3. Ou alors les autres en sont + ou – au même stade que nous, pour une raison bête : il faut du temps pour arriver à faire émerger de l’intelligence par la combinaison de mutations aléatoire et de sélection naturelle…encore faut-il que cette intelligence aboutisse à une technologie.
    Il y a plein d’exemples « d’intelligences » qui ont raté l’étape technologique, comme les insectes eusociaux, les cétacés, etc.
    A mon avis les conditions « là haut » sont les mêmes qu’ici : pour aboutir à un processus de culture technologique additive dans le temps (pour le dire pompeusement), ben il faut avoir le kit biologique nécessaire de base. Ledit kit, chez nous, est apparu dans une petite fenêtre de conditions écologiques assez particulières…
    En plus, il faut réussir à développer toute cette technologie avant qu’un astéroïde te tombe sur le coin de la truffe. La dernière fois que c’est arrivé, les dinos y sont passé (d’ailleurs rien n’empêche d’imaginer que certains étaient super malins), retour à la case départ.
    Globalement il semble qu’on ait eu du bol en terme d’astéroïde (Jupiter faisant parapluie), mais c’est peut être un facteur à prendre en compte dans l’équation de Drake : le fait que parfois, la technologie presque atteignable soit remise à plus tard pour cause d’apocalypse globale 😛
    http://en.wikipedia.org/wiki/Rare_Earth_hypothesis#The_right_time_in_evolution

    • La preuve qu’il faut du temps regardez la population imbécile être pamés devant les sports alors que le niveau d’intelligence de ces dit sportifs est souvent celui d’un poisson rouge !

  4. Bonjour a toutes et tous si les extraterrestres ce n’est pas vrais ,on en dépense beaucoup d’argent pour étudier l’univers comme l’anneau des particule ,les télescope ,projet séttie , j’ai une idée en tête ,les humains on peur de voir débarquer plus intéligens que lui car ils c’est très bien qu’ils pourrai se faire envahir comme il a fais au plus démuni ,vous faite bien le temps est proche au plaisir

  5. Probablement que certaines civilisations savent qu’on existe…et préfère passer à autre chose…:) parfois, en fait souvent…, je les comprends bien…aussi il se peut qu’elles soient tellement avancés, ou différentes, ou encore qu’elles se soient développés d’une façon qu’on ne peut imaginer, peut-être même que leur vie s’est développé sur un autre élément que le carbone, que tous ses facteurs font qu’effectivement, le ‘monde inférieur’ qu’on est ne les intéresse probablement pas, ou tout simplement que le contact est impossible. J’ai toujours été un fan de Star Trek, et dans certaine émissions on évoquaient les préalables à un premier contact, je trouvais ces émissions intéressantes et encore ils s’agissaient toujours de civilisations bien semblables aux nôtres, quant à nous aujourd’hui, s’ils se manifestaient, le premier réflexe serait probablement de les accueillir à coups de semonce ou de démonstration de force…donc peut-être vaut-il mieux qu’il passe encore du temps avant que cela ne se produise, si cela arrive un jour.

    Donc oui je crois qu’il y a de la vie ailleurs…:)

  6. C’est dommage, vous n’allez pas jusqu’au bout de votre raisonnement.

    1) Vous démontrez brillamment que la vie existe certainement sur d’autres planètes Mais comme l’ont fait remarquer d’autres lecteurs, toute vie ne développe pas de technologies, en tout cas, pas à notre sens. Cela réduit la probabilité que des extra-terrestres soient suffisamment développés pour nous observer.

    2) Vous le faites remarquer, notre civilisation est jeune. Or, l’univers est grand. Pour que d’hypothétiques extra-terrestres puissent nous observer, il faut que leur planète se situe à moins d’un million d’années lumière de la nôtre. Dans ce mouchoir de poche à l’échelle de l’univers, il est moins probable qu’une forme de vie existe ET qu’elle dispose de la technologie pour nous observer ET qu’elle nous ait déjà détectés (parce que ça fait un sacré paquet de planètes à surveiller).

    • Je suis d’accord que c’est l’objection qui a le plus de force, si on admet qu’on ne peut pas « tricher » avec la vitesse de la lumière.

      • et vous ne vous êtes pas posé la question a savoir que les extraterrestres (qui au passage comme l’imagine souvent les gens a tord ne serai pas des petits bonhommes vers mais nous ressemblerai comme deux gouttes d’eau) pourraient non seulement utiliser la vitesse de la lumière mais aussi les trous de verre dans l’univers (ca faciliterai le voyage et surtout ca le raccourcirai inimaginablement) moi je pense a l’heure actuel que c’est le cas en tout cas pour les trous de verres c’est une certitude, pour le dépassement a la vitesse de la lumière scientifiquement il est « prouvé » que rien ne va plus vite que cette fameuse lumière mais tout ca ne ce base que sur nos connaissances qui comme vous l’avez dit est encore limité de par notre « jeunesse », rien ne peu nous empêcher de dire qu’il pourrait avoir trouvé une technologie qui leurs permet de voyager au delà de la vitesse de la lumiere et puis bon si vous en etes encore a vous demander si la vie extraterrestre existe je vous donne ce lien trés court mais qui en dit long -> http://actualitedelhistoire.over-blog.com/declaration-du-premier-ministre-russe-sur-la-presence-extraterrestre

  7. >>>Le progrès technologique suit une croissance exponentielle.

    Empiriquement faux dans le cas des technologies spatiales. Quel est le progrès fondamental qui a été accomplis depuis le programme Apollo, ou même depuis la V2 de la Seconde Guerre Mondiale ?
    Nous en sommes toujours à la bonne vieille fusée et le delta v n’a as progressé substantiellement.

    Donc on a là une période de 70 ans sans aucun progrès majeur. Et cela nous donne une idée de solution pour le paradoxe de Fermi : nous ne les voyons pas parce qu’ils sont, comme nous bloqués dans leur système solaire. Les distances sont incommensurables, l’hyperpropulsion à la Star Wars n’existe pas et il n’y a aucun moyen réaliste pour franchir ces distances.

    • Je n’ai pas vu la phrase « Le progrès technologique suit une croissance exponentielle. » dans le texte d’origine. Qui a dit ça ?

      Sur les technologies spatiales, oui et non. On a pas mieux que la fusée chimique pour sortir du puits gravitationnel, mais après pour aller loin on a les moteurs ioniques ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Moteur_ionique#Sondes_spatiales ) déjà utilisés par plusieurs sondes, l’assistance gravitationnelle + générateurs à radioisotopes (utilisés entre autre pour les sondes Voyager) et plein de bonnes idées à divers stades de développement (voir http://www.drgoulu.com/2007/12/16/arche-interstellaire-et-moteurs-a-antimatiere/ ) Et tout ça n’existait pas à l’époque des V2

      Personnellement, je pense que si le voyage interstellaire devenait la priorité #1, par exemple si on voyait qu’une naine brune allait traverser notre système dans un siècle, on aurait les moyens de construire des arches interstellaires d’ici là.

      Mais comme vous je pense que « Le Grand Filtre » est effectivement là : le coût d’un tel voyage est si gigantesque que nous ne le ferons que lorsque nous y serons obligés, après avoir tout cramé sur cette planète. Et si on ne le fait pas, on disparaîtra.

  8. Merci pour le lien vers « Le Grand Filtre », que j’aime toujours bien car il tient compte de deux faits que ton article me semble minimiser.

    1) qui dit vie dit croissance exponentielle (lorsque les ressources sont disponibles)., donc une civilisation plus avancée ne peut pas nous observer avec bienveillance. Sous la pression de sa population, tôt ou tard elle nous envahirait. Et même si une telle civilisation approchait de la zénitude absolue, comme il ne fait aucun doute que nous envahirons (au futur) d’autres planètes en croissant exponentiellement, les Zens devront nous éliminer pour écarter le risque…

    2) la vitesse de la lumière étant désespérément limitée, une civilisation d’un milliard d’années n’a pu, au très grand mieux, que s’étendre dans quelques galaxies. Mais dès lors ce n’est plus « une civilisation » capable d’action concertée, mais des milliers/millions de colonies dispersées, chacune cherchant sa propre solution à sa tendance à la croissance exponentielle de ses besoins…

    AMHA, la « solution » du Grand Filtre est que le voyage interstellaire est beaucoup plus difficile que nous l’imaginons et que même si le nombre de planètes habitables est gigantesque, la vitesse de la conquête spatiale est extrêmement lente. En particulier, il faut absolument cibler les planètes habitables avant le voyage, on ne peut pas se permettre de butiner au hasard.

    Dans ce contexte, une stratégie marrante serait d’expédier des micro-vaisseaux avec des nano-usines fabriquant des parasites modifiant légèrement le comportement des autochtones pour leur faire prendre le risque inconsidéré de signaler leur présence. Ca a peut-être marché sur Terre : http://www.drgoulu.com/2011/08/28/quel-trematode-a-infecte-meti/ 😉

    • Personnellement, je pense que si une civilisation évite l’autodestruction due aux progrès dans les sources d’énergie (nucléaire, fusion pure, anti-matière par la suite…), c’est qu’elle aura forcément acquis la sagesse nécessaire pour savoir « se gérer » (notamment au niveau démographique, écologique et énergétique), et pour avoir compris qu’il ne faut pas interférer avec d’autres civilisations moins avancées avant que ce soit réalisable sans risque pour la civilisation « inférieure » (voir l’excellent livre de Christel Seval « contact et impact », avec la notion d' »éthnocide », suicide culturel ; vidéo youtube : http://www.youtube.com/watch?v=BaswNNjbUQo ).

      Quelques récentes avancées dans la fusion par Z-pinch (Z-machine, laboratoire Sandia, 2 à 3 milliards de degré atteints en 2005 http://fr.wikipedia.org/wiki/Z_machine), semblent montrer que la « fusion pure » est possible, et donc à long terme, que la synthèse d’éléments chimiques, quels qu’ils soient (or, titane, ce qu’on veut), sera possible (dans quoi ? 100 ans, 200 ans ? une broutille si on ne s’est pas autodétruit !). La recherche de ressources naturelles sur une autre planète par conquête ou colonisation devient alors purement inutile (sans parler du coût énergétique et économique, non rentable à mon avis).

      L’intérêt d’aller coloniser une planète sur laquelle une autre vie se développe est très « rétro », SF des années 60. Avec un poil de sagesse en plus, que ferait-on ? On observe, on étudie, on va éventuellement vouloir les aider discrètement, en attendant qu’un contact officiel soit possible sans destruction de leur culture (imaginez la réaction des ayatollahs des principales religions sur Terre si on se retrouvait face à l’évidence qu’une multitude de nos croyances sur lesquelles se sont construits des milliards de vie, étaient résolument fausses, décalées, ineptes ? Catatonie planétaire, ou déchaînement de violence contre ces « envahisseurs », même parfaitement bien intentionnés (quelles preuves aurions-nous ?)

      Tout ça pour dire que je suis parfaitement d’accord avec l’auteur ! Ils sont parmi nous, ils nous observent, nous étudient, essayent de comprendre notre culture, mais restent discret jusqu’au jour où notre civilisation (planétaire, c’est pas demain !) sera prête à supporter un contact.

      • L’idéalisme, c’est très beau. Donne un seul exemple de société (humaine ou animale) « sage », bienveillante à l’égard de ses concurrentes potentielles et qui ait survécu. Du côté des faits j’ai : Sapiens/Neandertal, romains/gaulois, conquistadores/incas, japon/chine (1937-45), cuisiniers/dodos, fourmis/fourmis et des centaines d’autres…

        La vie est un processus fondamentalement exponentiel. Et si une forme de vie est assez sage (ou stupide) pour s’autolimiter, elle ne peut pas tolérer qu’une espèce ne s’auto-limite pas, et nous avons fait nos preuves de ce côté là…

        Sur la surpopulation, le meilleur livre de SF que je connaisse est « L’anneau-monde » http://www.drgoulu.com/2012/10/28/anneau-monde-et-surpopulation/

    • J’espère là aussi qu’un milliard d’années de techno permet de surpasser les points 1) et 2).

      Pour le point 1), on peut imaginer que le besoin en ressources physiques ne sera pas si grand au fur et à mesure que la technologie progresse. Rien que la fusion nucléaire et la transmutation contrôlée nous mettrait à l’abri de pas mal de besoins. Et ça reste très limitée comme extrapolation. Imagine que l’on sache labourer le champs de Higgs !

      Pour le 2), pareil : j’espère qu’on rira un jour de cette limite comme on rit aujourd’hui des croyances des savants de l’antiquité !

      • Si moi je suis « idéaliste », Dr Goulu a une vision assez militariste de la vie. Si c’est vrai jusqu’à notre niveau, il y a ensuite un hic à partir de l’énergie nucléaire : la possibilité de détruire la planète en voulant « gagner ».
        Il y a un cran qualitatif de conscience à dépasser, sans quoi on restera avec une épée de Damoclès atomique au dessus de la tête. Il ne s’agit pas de se laisser faire, il s’agit d’avoir un plein contrôle scientifique, technique et surtout politique des sources d’énergie qu’on essaye de maîtriser.

        La sécurité sociale est un exemple de société « bienveillante » : redistribution des bénéfices pour la santé de tout le monde, au lieu d’être en concurrence. Même si tout ça est très très loin d’être idéal, ça en (prend) prenait le chemin. Ces derniers temps ça recule, c’est sûr, et la volonté de dépasser son voisin, militairement et économiquement, n’est pas résolu, loin s’en faut…

        Mais si la théorie de Dr Goulu est exacte, alors cela ne peut signifier que 2 choses : soit nous sommes la première civilisation de ce coin de galaxie, soit il n’y a pas d’extraterrestres dans notre voisinage galactique. Parce que s’ils existaient, avec la maîtrise d’énergies permettant le voyage interstellaire, ça ferait un bon bout de temps qu’ils nous auraient éliminés ou mis en esclavage…

      • @Olivier, oui la fin de votre commentaire est exactement ce que je voulais signifier, mais ce n’est pas « ma » théorie. Mon point de vue est fondé sur des critiques apparues à la suite des émissions volontaires de signaux vers les étoiles proches il y a quelques années, les signaux METI. Parmi les critiques il y a Stephen Hawking ( voir http://www.traqueur-stellaire.net/2010/04/stephen-hawking-nous-deconseille-de-contacter-nos-voisins-extra-terrestres/ )

        La sécurité sociale est un système collectif destiné à fournir de la sécurité à une société bien précise (les Francais) de manière à ce qu’ils soient plus productifs et puissent maintenir leur société. Il n’y a pas de compétition pour des ressources là dedans, du moins pas directement. D’autres sociétés voisines ont d’autres systèmes (je suis Suisse…). Si la sécurité sociale s’avère un moins bon système, ou trop coûteux par rapport à ceux des pays voisins, un équilibrage se fera tôt ou tard. Par exemple, ceux qui travaillent en Suisse et ont le choix ne choisissent pas la Sécu ( http://www.frontalier.org/assurance_maladie_frontalier_2014.htm )

        Je me dois de réagir sur la première partie du commentaire. Je nie farouchement avoir un point de vue militariste. C’est un point de vue ALIMENTAIRE, comme le prouve mon surnom 😉 La plupart, pour ne pas dire la totalité des activités humaines ou animales (c’est la même chose) visent à accéder aux ressources (eau, nourriture, surface, femelles…) permettant la continuation, voir l’expansion de l’espèce. Pour les humains, le résultat c’est ça : https://fr.wikipedia.org/wiki/Population_mondiale#mediaviewer/Fichier:Population_curve.svg . Pour les mammouths, les bisons et les dodos, inverser la courbe.

    • @Dr Goulu
      En réponse qu 1 et à l’idée que la vie serait un processus « fondamentalement exponentiel » : au contraire, l’évolution naturelle tend à favoriser les équilibres et la coopération plutôt que la croissance exponentielle (ce qui explique sans doute que nous soyons une espèce éthique). Une espèce qui se développe exponentiellement tend à détruire ses ressources et à disparaître, laissant la place à des espèces plus « sages », de même qu’une espèce dont les membres s’entre-tueraient plutôt que de coopérer serait inadaptée. On ne peut donc fonder ton argument sur la biologie uniquement : ça semble plutôt montrer le contraire.

      Il est vrai que l’histoire humaine semble indiquer que le développement de l’homme correspond à une croissance exponentielle, mais il s’agit peut-être d’une anomalie temporaire sur le plan de l’évolution naturelle : ce serait du au fait que notre sens éthique est « en retard » et inadapté par rapport à notre stade de développement (on peut penser ça par analogie avec la transition démographique). Si c’est vrai deux cas peuvent se présenter : soit nous développons notre éthique pour adapter un point de vue plus global (moins centré sur notre communauté / notre espèce) et nous survivons en parvenant à mieux gérer nos ressources, afin d’atteindre un équilibre naturel qui soit compatible avec la poursuite de notre développement, soit nous nous auto-détruisons en épuisant nos ressources et la vie sur terre continue sont cours sans nous…

      Il est clair que notre éthique a évolué vers plus d’universalisme au cours de l’histoire : nous avons abolit l’esclavage et dans beaucoup de pays la peine de mort, nous avons inventé la démocratie. Le racisme le sexisme et l’homophobie sont aujourd’hui largement condamnés (au moins en principe) alors qu’ils étaient auparavant enracinés dans nos cultures. L’éthique animale et environnementale sont des champs en plein développement qui intéressent de plus en plus de gens. L’histoire montre donc aussi que notre évolution s’accompagne de progrès éthiques, généralement vers plus d’universalisme : nous passons de points de vue centrées sur une petite communauté à des points de vue plus universaux, jusqu’à inclure les animaux et l’environnement. On peut penser qu’une civilisation qui a plusieurs millions d’années de plus que la notre doit également avoir énormément d’avance sur ce plan (ou bien elle aurait déjà disparu), si bien qu’elle est sans doute encline à respecter notre développement plutôt qu’à nous instrumentaliser ou nous détruire (ce qui d’ailleurs aurait peut-être peu d’intérêt à long terme pour elle).

      Si c’est vrai, ces civilisations n’ont pas non plus à avoir peur de notre développement, puisque si nous n’atteignons pas de stade éthique suffisant, nous serons amenés à nous autodétruire de toute façon.

      • @Quen_tin : la vie EST un processus fondamentalement exponentiel parce qu’un individu (ou deux) en génèrent, si les ressources sont disponibles, plus d’un (ou deux) qui eux-mêmes se répliquent etc.

        Tous les organismes vivant aujourd’hui sur Terre proviennent probablement d’un seul minuscule bout d’ADN (plus probablement d’ARN) qui s’est trouvé dans les bonnes conditions pour se répliquer, d’abord chimiquement par autocatalyse ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Ribozyme) , puis par division cellulaire, puis sexuée etc. Le nombre de divisions cellulaires ou d’oeufs ou de bébés n’est pas limité naturellement à 2 virgule quelque chose pour garder une population constante : les femmes peuvent avoir plus de 10 enfants, les lionnes élèvent une dizaine de portées de 2-3 lionceaux pendant leur vie, les descendants d’une seule bactérie peut recouvrir un milieu de culture en quelques heures. Quel que soit le mode de reproduction, la https://fr.wikipedia.org/wiki/Dynamique_des_populations contient des termes exponentiels traduisant ceci.

        La seule chose qui limite ces exponentielles, ce sont les ressources disponibles : eau, bouffe et les contraintes comme les prédateurs ou parasites ou pathogènes, tendant eux aussi à se reproduire de façon exponentielle.

        L’équilibre qui serait favorisé par l’évolution naturelle selon toi est atteint parce que les prédateurs meurent de faim s’il n’y a plus assez de proies et que les bébés proies se font bouffer s’il y a trop de prédateurs. La coopération, les comportements sociaux ou même les symbioses sont un moyen de déplacer l’équilibre en faveur de ceux qui pratiquent ces stratégies, sinon elles n’existeraient pas.

        Les humains ont ainsi réussi à éradiquer les prédateurs et une bonne partie des pathogènes qui les tuaient, à augmenter leur accès à la nourriture en défrichant presque toutes les forêts de la planète et en exploitant des ressources minérales (engrais) et « élargissant leur niche écologique » grâce à la technologie qui leur permet de vivre de 70° Nord à 50° Sud sur tous les continents. Résultat : entre l’an mil et l’an 2000, le nombre d’humains est passé de ~300 Millions à 6 Milliards ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Population_mondiale ). Ce facteur 20 en 1000 ans correspond à une croissance moyenne nette de 0.3 % seulement !!!

        L’étique est une invention hyper récente d’humains dont les enfants ne meurent plus de faim et qui disposent d’autres sources d’énergie que celles d’esclaves. Je prie avec toi pour que ça dure. Mais ceux qui, humains ou Aliens, auront du quitter leur planète surpeuplée et épuisée en investissant l’espoir de survie de leur espèce dans la construction d’un vaisseau interstellaire qui mettra des millénaires à atteindre une autre planète habitable ne pourront pas se payer le luxe de l’étique.

      • Je suis d’accord sur les causes de l’équilibre ça n’en fait pas moins de la vie un processus qui tend vers de tels équilibre. Je pense que tu fais l’erreur de considérer le phénomène indépendamment de son environnement (en idéalisant cet environnement) ce qui compte ce n’est pas le nombre de progénitures mais c’est le résultat pratique de l’évolution : des équilibres (qui évoluent eux même bien sûr). L’humain a réussit en défrichant les forêts. On peut y voir la continuation dun processus qui fonctionnait à petite échelle quand les forêts se renouvelaient suffisamment pour que se forme un équilibre. Aujourd’hui on sait bien qu’il faut replanter et gérer des forêts.
        Il y a eu progrès dans notre gestion des ressources (pas encore aboutit certes) vers plus d’équilibre : question de survie. Il n’y a pas de raison que ce ne continue pas daller dans ce sens.
        L’éthique est loin d’être une invention récente elle est profondément ancrée dans nos culture. Aujourd’hui elle se développe pour s’adapter à notre évolution et il est probable que nos progrès éthiques (comme ce qui a permit la démocratie) sont en partie responsables de notre succès. Il y a toutes les raisons de croire que l’éthique, loin d’être un luxe, est l’un des facteurs du développement et qu’elle continuera de l’être.

      • Tu extrapoles (et idéalise) les quelques dernières dizaines d’années de la vie d’une petite partie de la population d’une très jeune espèce. Les pétatonnes de biomasse sédimentées pendant 4 milliards d’années d’évolution de millions d’espèces te répondent qu’ils n’ont jamais géré leurs ressources et ne savent pas comment faire, que seul le premier niveau de la pyramide de Maslow est indispensable, et que s’ils avaient trouvé un moyen d’échapper à ces saletés d’extinctions massives en se tirant sur d’autres planètes, ils l’auraient fait sans hésiter 🙂

      • Non je n’extrapole rien tu tiens un raisonnement téléologique, anthropocentrique qui ne tiens pas la route. Je te parle de phenomènes naturels avérés et bien décrits qui ne s’appliquent non pas à une espèce isolée abstraite de son environnement mais aux écosystèmes en général. Aucune espèce naturelle n’existe indépendemment de son écosystème, donc d’équilibres. Les biologistes ont bien montré que les écosystèmes ne peuvent exister que si un minimum d’espèces occupant des rôles particuliers coexistent en équilibre (le rôle des végétaux, celui de décomposition de la matière organique morte, et au moins deux niveaux de prédateurs). C’est vrai même chez les bactéries, et il suffit qu’un niveau disparaisse pour que l’écosystème s’effondre. C’est ce dont je parle . Bizarrement tu semble ne considérer que le rôle de prédateur… Ca n’a pas de sens d’un point de vue global.

        Ensuite quand je parle des humains c’est pour répondre à tes arguments qui parlent des humains. Pas pour justifier l’idée d’équilibre naturel : la biologie se suffit largement à elle même pour ça, mais au contraire pour dire que le développement des êtres humains n’échappent que temporairement à cette règle puisque nous aussi finissons par mettre en place des processus régulatifs et je pense que ça participe à notre développement.

      • Il me semble que tu t’appuie sur une vision de la sélection naturelle très ancrée dans la culture populaire mais foncièrement erronée, qui est que « le plus fort survit ». En fait la théorie de l’évolution nous dit que  » le plus adapté survit » c’est à dire le mieux en équilibre avec son environnement (typiquement un prédateur est « plus fort » que ses proies mais ne survit pas à leur détriment, au contraire il est essentiel à leur régulation, et les espèces peuvent en détroner d’autres suite à un déséquilibre qui fera qu’une nouvelle espèce est non pas absolument plus forte que l’ancienne, mais seulement mieux adaptée au nouvel environnement). Il est important de chasser ces idées reçues, surtout quand il s’agit d’extrapoler.

      • Ah c’est la meilleure … tu me parles de gestion des ressources pour préserver le futur, d’éthique et c’est moi qui suis téléologiquement anthropocentrique en te parlant de bactéries et de bouffe ???

        Les environnements sont complexes à certains endroits sur Terre, mais il y a plein d’espèces extrêmophiles qui vivent dans des environnements purement minéraux où elles sont les seules à supporter température, pH etc. la vie « tend » à élargir la niche écologique des espèces, soit en occupant une niche vide comme les extrêmophiles, soit au dépens d’autres espèces, proies ou concurrents « moins adaptés ». (Quand je dit « tend », ce n’est pas télologique, il n’y a aucun « but », c’est le pur résultat de deux causes que sont la croissance exponentielle de la reproduction et l’évolution. )

        Là les humains ont élargi leur niche écologique à toute la planète. Plus de prédateurs, beaucoup moins de pathogènes, les seules espèces qui survivront à l’extinction de l’Holocène https://fr.wikipedia.org/wiki/Extinction_de_l%27Holoc%C3%A8ne seront celles auxquelles nous permettrons de survivre parce qu’elles nous nourrissent ou ne bouffent rien de ce qui nous nourrit, nous soignent ou font joli dans un zoo. Appelle ça « gestion des ressources » si tu veux…

        Donc on a « cru et multiplié et rempli la planète » comme l’a ordonné Machin, et même plusieurs fois selon les écolos. La frontière de notre niche écologique, c’est désormais l’espace.

      • Quand je parle d’éthique et de gestion des ressources c’est à propos des humains. Alors ok j’avoue je suis anthropomorphique à propos des êtres humains…
        Pour le reste je trouve tes thèses douteuses et peu fondées, mais j’ai déjà expliqué pourquoi. A mon avis l’idée qu’on réduise l’écosystème planetaire aux espèces qui nous sont utiles est complètement illusoire, c’est une méconnaissance de la réalité des choses. C’est une espèce de techno-scientisme radical assez naïf.

  9. Moi je pense surtout qu’aucune civilisation n’a découvert, comme nous par hasard, la pénicilline et que depuis des milliards d’années, elles ont toutes disparu ^^

  10. Incroyable !! J’avais aussi pensé à ces mêmes hypothèses et là, je suis vraiment convaincue que nous ne sommes pas seul, ni dans l’univers, ni sur Terre. D’ailleurs, certaines constructions laisse penser qu’il y ont participé et que certaines fresques et tableaux montrent bien une présence. Donc pour moi, ils sont là. Bravo pour cet article si bien développé.

  11. Comme l’ont déjà dit d’autres plus haut, ça suppose de tenir pour vrai une forme d’un vieux courant en anthropologie, l’évolutionnisme, qui n’a rien de scientifique.

  12. Intéressant… ! Mais c’est oublier une foultitude de détails tous aussi basiques que ceux énoncés pour valider votre théorie, et faire de cas particuliers des généralités :

    1) Si une vie se développe, elle n’est pas nécessairement intelligente, vos considérations mathématiques sont donc à préciser.
    2) En l’absence de point de comparaison, il est impossible de relativiser sur l’intelligence développée par l’homme par rapport à d’autres espèces extraterrestres éventuellement intelligentes.
    3) La durée de vie d’une espèce terrestre est très largement inférieure aux durées que vous considérez, on ne peut néanmoins pas la considérer comme à valeur de cas générale, en l’absence de comparaisons extraterrestres.
    4) De même, la durée de vie d’un système solaire est très largement inférieure aux valeurs considérées, bien qu’on puisse envisager d’éventuelles migrations.
    5) Dans uns système aux ressources matérielles et énergétiques limitées, il est exagéré de considérer qu’une civilisation « ancienne » puisse avoir un tel âge, car plus la durée est grande, plus la probabilité d’une catastrophe l’est aussi, bien que ce ne soit pas une impossibilité mathématique.
    6) La vitesse de développement technologique humain est un argument unique et empirique qu’on ne peut raisonnablement pas considérer comme à valeur de cas général. Il est de plus très discutable car tout dépend de l’échelle considérée.
    7) Vous faites de l’anthropomorphisme en vous basant sur le fait qu’une espèce intelligente aura des objectifs et des moyens similaires aux nôtres en regardant à l’extérieur de son système (observations, communications, développement…), ce qui n’est encore une fois pas nécessairement le cas.

    Bref rien de tout cela ne rend réflexion fausse, car je la soutiens, elle précise et minore néanmoins vos estimations à quelque chose de plus raisonnable, je pense.

    • Sans vouloir trop la ramener, c’est exactement ce qui est étudié dans « le Grand Filtre » ( http://www.drgoulu.com/2012/12/28/le-grand-filtre/ ) : il y a quelque chose de faux dans l’équation de Drake. Ca revient à dire qu’au moins un domaine de la science concerné (et ils le sont presque tous) surestime de plusieurs ordres de grandeur la probabilité que la vie passe l’étape correspondante. Sans parler des extraterrestres, la grosse question pour nous, ou au moins pour la science, est de savoir si ce filtre est devant nous ou derrière.

      • Nous sommes gâtés, deux articles passionnant ! Celui-ci, et celui sur le grand filtre.

        J’aimerai rajouter deux hypothèses au grand filtre, en supposant que les voyages supraluminiques sont impossibles. Dans ce cas, le cône de visibilité d’une civilisation extraterrestre est réduit à quelques centaines de millions d’année lumière (10^14 – 10^15 étoiles).

        La stabilité de l’orbite terrestre qui est resté 3,5 milliards dans la zone où l’eau peut-être liquide est étonnante. Il me semble qu’il y a deux circonstances relativement extraordinaires qui ont joué :
        1) La lune, dont l’origine admise aujourd’hui (mais pas en 98) est la résultante d’une collision entre la proto-terre et un corps de la taille de mars.
        2) Jupiter qui stabilise les orbites des planètes telluriques et qui diminue la probabilité qu’un géocroiseur restarte un peu trop fréquemment la sélection naturelle.

        On n’a peut-être là les deux évènements combinés qui donne les 10^8 ou 10^9 qui nous manquent pour explique le grand filtre.

        D’autre part, dans l’hypothèse d’un progrès technologique exponentiel, il n’y a plus d’intérêt à la colonisation où même à l’exploration interstellaire : vu les distances, il faut compter en siècles pour espérer avoir un retour sur investissement. Au taux de croissance actuel (3 %), il faut remporter 20 fois sa mise pour qu’un investissement sur un siècle soit intéressant. Mais ce taux s’accélère (quasi nul jusqu’au XVIII° siècle, 1 % au XIX°, 2° au XX°…). Si dans deux siècles, il est passé à 10 %, c’est 15 000 fois la mise qu’il faudrait emporter. On verrait alors le renversement de l’hypothèse d’Hanson, où c’est ceux qui partent qui seraient désavantagés.

        Et puisque j’y suis, j’ai deux questions :
        1) SETI détecterait-il quelques choses des émissions de la terre dans 50 ans quand tous les signaux seront devenus numériques ?
        2) De mes cours de mécanique relativiste, j’en avais gardé le souvenir qu’un signal supraluminique impliquait le voyage dans le temps, ou en tout cas, dans certain référentiel le renversement de la causalité. Peut-on réellement imaginé des voyages supraliminiques sans voyage dans le temps ?

      • @henriparisien : effectivement, on ne sait pas bien distinguer entre les conditions nécessaires et suffisantes pour qu’une planète puisse accueillir une vie « intelligente ». Même avec des conditions que nous estimons idéales, la Terre s’est quand même ramassé quelques extinctions massives dont certaines n’ont laissé que 10% des espèces survivantes et il a fallu 4 milliards d’années avant qu’apparaisse des « animaux utilisant des outils grâce à leur gros cerveau » pour reprendre l’expression du Grand Filtre. On n’a aucune idée du temps que ça prendrait sur une planète sans Lune, avec une orbite plus elliptique, une révolution plus ou moins rapide ou un axe plus ou moins tilté. Mais on saura probablement dans les décennies à venir quelle proportion des planètes en « zone habitable » sont réellement habitables pour nous, dès qu’on aura mesuré leurs températures, gaz atmosphériques et vu leurs continents. La prochaine génération de télescopes spatiaux ou sur la Lune pourra voir ça, et ça raffinera les premiers facteurs de l’équation de Drake.

        Pour l’explosion colonisatrice, je ne pense pas qu’on fera ça pour un « retour sur investissement ». On le fera pour la survie, quand nous aurons épuisé les ressources de la planète voire de notre système solaire.

        Un voyage suparluminique n’est pas équivalent à un voyage dans le temps, bien que les deux permettent de sortir du cône de lumière https://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%B4ne_de_lumi%C3%A8re . Le voyage supraluminique est impossible parce que la masse (ou même l’information) ne peut pas se déplacer plus vite que c, qui est la constante universelle qui relie le temps et l’espace bien plus que la vitesse de la lumière. Étonnamment, le voyage temporel est peut-être légèrement moins impossible (http://www.drgoulu.com/2006/06/16/comment-contruire-un-machine-a-voyager-dans-le-temps/) mais ses contraintes sont telles qu’il ne faut pas trop compter dessus pour l’expansion…

  13. Merci pour vos articles toujours aussi passionnants ! J’ergote un peu sur la progressions des technologies :

    – D’abord, la progressions significative des technologies est-elle structurelle ou conjoncturelle ? Les grandes grandes innovations des deux derniers siècles sont tributaires de l’accès à des ressources énergétiques bon marché : le charbon, puis le pétrole. On peut se demander si cette croissance est liée à un effet d’aubaine, comme une colonie de fourmis auprès de laquelle serait tombé un cadavre d’oiseau, ou si elle est inévitable, en postulant qu’inévitablement nous trouverons des moyens pour poursuivre cette croissance en conquérant l’univers. Dans ce second cas, il faut bien avoir conscience qu’il s’agit aujourd’hui d’une hypothèse de travail (voire pour certains d’une profession de foi).

    – Deuxièmement, on peut discuter de l’objectivité de cette croissance et de la réalité de l’amélioration de ces technologies. Déjà, il serait bienvenu de pouvoir quantifier cette progression avant de la qualifier de quadratique, exponentielle ou autre. Or, cela m’apparaît être un exercice bien difficile, car une telle quantification ne peut sans doute se faire qu’à l’aune de nos propres valeurs éthiques et de nos propres pratiques culturelles. Par exemple, une société de chasseurs cueilleurs seraient fort aise de se retrouver en possession d’une charrue, et préférerait sans doute la laisser rouiller et tuer ou élever les bœufs qui l’accompagnent. Une société ou le commerce est superflu n’aurait sans doute pas trouvé d’intérêt à développer significativement l’écriture. Dans notre propre société, on peut supposer qu’il y a sans doute bien des innovations auxquelles nous ne trouverons pas d’utilité, alors qu’elles répondent à des besoins réels dans d’autres cultures (l’étui pénien, à tout hasard).

  14. Je suis plutôt d’accord avec vous je m’étais déja fait la réflexion à ceci près que là on part du postulat que il ne peut pas exister de forme de vie différente de la nôtre or rien ne prouve que la vie ne peut pas prendre différente forme et que la vie telle que nous la connaissons n’est que le résultat d’une bifurcation dans l’évolution. Je ne pense pas qu’on puisse limité l’existence de la vie à la seule forme qu’elle prend sur Terre ce qui par conséquent rend d’autant plus probable l’apparition d’une forme de vie ailleurs.
    Enfin ce ne sont là que des suppositions je n’ai rien consulter sur l’idée que la vie puisse prendre différente forme voila voila
    Sinon très bon article.

  15. Votre raisonnement est excellent, mais à mon avis il pèche dès le début par un présupposé non exprimé qui est probablement erroné. On suppose généralement comme acquis que dès qu’une forme de vie intelligente apparaît quelque part, alors il doit s’en suivre quasi-automatiquement un progrès des sciences et des techniques semblable à celui que nous connaissons sur Terre. Mais on oublie que sur notre planète le progrès des sciences et des techniques ne s’est développé avec cette croissance que vous qualifiez d’exponentielle qu’à l’initiative d’une seule civilisation sur les milliers qui ont peuplé la terre depuis que l’homme est homme, et que ce développement ne suit cette courbe exponentielle que depuis le début du capitalisme et qu’il est fortement lié à celui-ci. Avant l’âge capitaliste, le progrès technoscientifique est beaucoup plus lent, et avant même les âges dits historiques, toute la préhistoire de l’homme se caractérise par une quasi-stagnation dans ces domaines. En bref, si l’on considère même uniquement l’histoire de l’Homo Sapiens, qui dure depuis environ 200 000 ans, c’est à peu près 190 000 ans où quasiment rien ne se passe, suivis de 9700 ans où l’on peut observer de très lents progrès des techniques (bien avant les sciences), qui prennent d’ailleurs des chemins assez différents selon les régions du monde, et enfin suivis de 300 ans de cette fameuse croissance exponentielle, mais ceci à l’initiative d’une seule civilisation, qui entraîne certes toutes les autres dans la même course folle mais parce qu’elle poursuit parallèlement une politique expansionniste qui n’entend autoriser aucune résistance chez les autres populations du monde.
    Donc, supposer que des extraterrestres sont aujourd’hui même (ou l’ont été hier ou le seront demain) parmi nous, revient à considérer que ce schéma historique a dû se dérouler quasiment de la même manière ailleurs dans l’univers. Mais il faut aussi penser que cette irrésistible croissance du progrès scientifique et technique chez nous pourrait très bien subir un coup d’arrêt brutal dont les causes seraient sans doute assez nombreuses, la plus probable semblant être la raréfaction des ressources sur une planète que nous ne ménageons guère. A cet égard, il me semble beaucoup plus probable que le futur d’Homo Sapiens d’ici un siècle ou deux ressemblera plus à ce que fut son passé il y a 10 000 ans qu’à ce que les écrivains de science-fiction ont imaginé et que vous nous présentez comme quasi inéluctable. Je n’essaye pas de jouer au prophète en disant cela (pas plus que vous), c’est seulement ce qui semble le plus probable quand on voit avec quel succès on arrive à lutter contre l’effet de serre pour ne parler que de lui. Le progrès des sciences et des techniques a longtemps été une illusion, il fait encore illusion, mais ça ne durera pas. Pas suffisamment en tout cas pour qu’il nous permette de réaliser des voyages dans l’espace à l’échelle galactique. Il faut donc à mon avis ajouter une donnée possible au paradoxe de Fermi : parmi les nombreuses civilisations extraterrestres qui ont connu un développement des sciences et des techniques de type exponentiel, un fort pourcentage a subi un écroulement de civilisation (voire une extinction totale de leur espèce, si ce n’est une destruction de leur planète) avant même d’envisager un voyage dans l’espace pour venir nous visiter.
    Bien sûr, ça en laisse – théoriquement – un sacré nombre qui ont pu passer ce cap sans problème, et c’est parmi celles-ci qu’il faut compter celles qui nous ont « repéré depuis longtemps et qui nous surveillent du coin de l’œil ». Mais cela suppose encore une prémisse non exprimée qui est que les civilisations extraterrestres même très avancées cherchent absolument à connaître les autres et/ou à entrer en contact avec elles. Mais encore une fois, rien ne le prouve. Ceci fait partie de notre psychologie à nous, terriens de la civilisation occidentale du XXIème siècle, mais rien ne nous permet de nous projeter ainsi sur toutes les autres civilisations de la Terre, sans même parler des civilisations qui peuplent l’univers. Et si, au contraire, une grande constante de la vie extraterrestre était de ne pas particulièrement s’intéresser à ce qui se passe dans l’univers, à ne pas chercher à rencontrer les autres, à se satisfaire de ce qu’on a sous les pieds et à le préserver ?
    Bien sûr, on peut rêver, on peut croire ce qu’on a envie de croire, et j’ai la faiblesse de penser que ma croyance, qui bat en brèche la vôtre, repose sur un raisonnement au moins aussi valable et qui a en plus l’avantage de nous faire prendre conscience que notre ethnocentrisme d’aujourd’hui est peut-être source d’autant d’erreurs que notre héliocentrisme d’hier.

    • Vous dites :

      « Avant l’âge capitaliste, le progrès technoscientifique est beaucoup plus lent, et avant même les âges dits historiques, toute la préhistoire de l’homme se caractérise par une quasi-stagnation dans ces domaines. »

      Mais c’est précisément cela que l’on attend d’une croissance exponentielle !

      N’oubliez pas que la fonction exponentielle existe des deux côtés de 0, et qu’au début, elle croit vraiment très lentement.

      • C’est vrai David, j’y ai pensé après avoir posté. Mais ça ne change pas grand chose à ce que je dis, à savoir qu’il n’y a pas forcément d’inéluctabilité à la progression des techniques – et donc des sciences – chez une espèce intelligente. Nous constatons aujourd’hui une progression exponentielle parce que nous sommes dans la courbe fortement ascendante de cette progression, mais si on examine l’allure de la courbe telle qu’elle se présente avant le néolithique (à peu près), il n’est pas du tout évident qu’elle va devenir exponentielle. On pourrait tout autant prédire qu’elle restera indéfiniment linéaire avec une très faible pente.

  16. En 2014…La preuve n,est pas a faire a savoir si ils y a des extra-terrestres dans l’univers, mais la preuve doit etre faite qu’il n’y en a pas.Qu’une seule personne prouve qu’il n’y a pas de vie ailleurs et on le croira, autrement, faut a mon avis etre tres peu intelligent pour croire a l’uni centrisme de l’humanité.

    • Ce que je trouve le plus triste de notre vie c’est que nous sommes éphémères , j’essaie d’imaginer ce que sera le monde dans quelques milliards d’années…Ce que je trouve désolant c’est que nous allons tous mourir sans jamais le savoir….Pour la vie ailleurs vu la grande quantité de planètes dans l’univers il y en a sûrement des millions d’habitées par toutes sortes de formes de vie !

  17. C’est rigolo cet article, parce que ça amène à d’autres suppositions, comme la théorie des anciens astronautes, par exemple… Et là, on peut aller très loin…

  18. Juste une remarque que je souhaitais exprimer concernant le voyage supraluminique mentionné plus haut, c’est que j’ai toujours été « gêné » par l’idée d’une vitesse maximale de la lumière certes, mais indépassable. Ce résultat ne vient, il me semble, que des équations que l’on a déclarer comme vrais, alors qu’elles ne le sont peut être plus passé un cap de vitesse par exemple, tout comme pour un fluide, il y a différents régimes d’écoulements aux propriétés très différentes. Un second point également: l’exemple de la vitesse du son qui a été considéré comme impossible à dépasser pour les mêmes raisons que la vitesse de la lumière (à savoir une dépense énergétique trop grande pour la dépasser), et bien il s’avère qu’on a bel et bien fini par atteindre cette énergie pour passer le mur du son (dénommé mur car supposé infranchissable à la base) grâce aux progrès des méthodes de propulsion de nos avions. Maintenant concernant le principe de causalité, il suffit de faire l’hypothèse d’un mode de transmission de l’information allant plus vite que la lumière, qui nous serait inconnu, pour le renverser. Ce n’est pas aberrant, si nous étions tous aveugles, qui parmi nous, pourrait imaginer que la lumière puisse exister comme transmission d’information plus rapide que le son…., il suffit de qqc qu’on a pas encore réussi à détecter, et qui n’est pas « visible » par nos sens. Pour revenir à mon analogie avec la vitesse du son aussi, on dit clairement que la célérité c de la lumière est impossible à dépasser. Tout comme à la base on disait qu’une molécule d’air ne peut se déplacer plus vite que le son. On a bien réussi à forcer des molécules d’air à aller plus vite que le son après tout, car TOUT l’air à l’avant d’un avion de chasse n’est pas forcément repoussé, et j’ose supposer (dans mon ignorance) que certains déplacements d’airs (notamment au niveau de l’onde de choc) sont supersoniques. Quoi de plus normale que de supposer que c’est possible avec la lumière (de forcer celle ci à dépasser sa vitesse limite de progression naturelle par une contrainte non naturelle?)? D’autant que dans nos centrales nucléaires, on observe ce phénomène de dépassement de la lumière dans l’eau (pas dans le vide ici, certes…) avec apparition d’un cône de lumière au lieu d’un cône d’onde de choc ce qui est extrêmement proche je trouve de ce qu’on peut trouver pour le son, l’analogie ne me parait pas aberrante (effet Doppler son petit nom il me semble non?). Tout cela m’amène à penser que peut être qu’il est possible de transmettre de l’information plus rapidement que la lumière, et de se déplacer plus vite également. Noter que quand je parles de la vitesse de la lumière ici, je sous entend « dans le vide » sauf indication contraire. Désolé encore pour ce « hors sujet » qui n’en est pas tout à fait un puisque si en effet il est possible de dépasser la célérité de la lumière, cela remet en question le fait que la civilisation extraterrestre qui nous observe soit nécessairement dans l’univers visible, et çà relance la possibilité d’un voyage interstellaire plus rapide…. J’ai conscience que je dis probablement de très grosses bêtises, n’étant pas expert dans ce domaine des sciences, mais je comptes sur vous pour me corriger le cas échéant!

  19. Parmi les raccourcis du raisonnement, il en est un plus grave que les autres: l’hypothèse que des civilisations ET aient pu apparaître n’importe quand depuis le début de l’univers. Or, outre qu’il faille quand même attendre qu’apparaissent galaxies et étoiles (ça vient vite), il faut surtout attendre l’apparition de planètes non gazeuses. Et ça, ça prend 2 générations successives de supernovae pour qu’il y ait autre chose que de l’hydrogène et de l’helium, quelques poussières susceptibles de former des petites planètes telluriques autour de la 3ieme génération d’étoile (dont la notre).

    Par ailleurs, votre raisonnement est que minuscule * énormement fait forcément un grand nombre. Il n’y a cependant aucune raison (personne ne peut dire qui de 1/minuscule ou de énormément est le plus grand). Pour le savoir il faut une évaluation quantitative, multipliant diverses probabilités de diverses conditions nécéssaire: c’est la fameuse equation de Drake, bien plus précise que votre raisonnement… mais qui bute néanmoins sur le fait que la plupart des coefs sont inconnus, et donc choisis par Drake à la truelle.

    Bref…

    • Commentaire intéressant ! (Dommage que le ton soit un peu condescendant…)

      Pour le second point : je pense l’avoir discuté dans l’article. Effectivement rien ne permet de savoir lequel des deux est le plus gros, mais face à cette incertitude, l’attitude la plus scientifique pour moi est de supposer que l’apparition de la vie n’a rien de spécial et que donc la balance penche dans le sens de plein de civilisations. Imaginer le contraire oblige à invoquer des pirouettes anthropiques et/ou autres multivers, qui sont peut être vrais mais pas l’hypothèse minimale susceptible d’expliquer les données (façon rasoir d’Occam, pour employer des grands mots). Sinon j’ai fait un billet sur l’équation de Drake, cité dans le texte…

      Sur le point 1), j’avoue que je ne savais pas qu’il fallait « deux tours » de supernovas pour avoir les éléments nécessaires à la formation des planètes telluriques. C’est effectivement une info importante, mais je pense que ça ne tue pas trop le raisonnement. Ca raccourcit juste la fourchette des âges technologiques possibles pour les ET, âges qui restent quand même en moyenne très supérieurs au nôtre.

      • Merci pour ton billet, toujours stimulant et rigoureux.
        Il manquait effectivement un paramètre important dans cette équation, l’enrichissement du gaz interstellaire en éléments lourds lié exclusivement à la forge atomique des supernovas. Indispensable pour faire des planètes telluriques mais aussi pour faire les éléments indispensables au vivant. Que sait-on de la proportion nécessaire en oxygène, carbone, azote, calcium, phosphore, sodium, iode, fer, souffre, magnésium pour que la vie puisse apparaître ? Existe-t-il des facteurs bloquant, par exemple une planète ne contenant que très peu de fer pourrait-elle voir la vie apparaître, ou une vie complexe ? Combien de cycles de supernova enrichissant le gaz interstellaire sont nécessaires pour arriver à la proportion d’éléments lourds suffisant pour autoriser l’émergence d’un vivant suffisamment complexe, capable de partir de la planète mère pour émigrer dans l’espace ?
        On ne peut exclure que nous fassions partie de la première génération de planète capable d’engendrer la vie !.

      • C’est marrant quand même ces bactéries en train de parler de vitesse de la lumière et de voyages interstellaires, je ne m’en lasse pas 🙂

  20. @Dr Goulu : Ben je pense justement que la recherche des ressources naturelles et alimentaires passe par le côté « militaire »… les dents et les griffes pour le Lion, le poison pour les araignées, l’épée, le fusil, le canon pour les colonisations humaines à la recherche d’espace vital pour s’alimenter.

    Le problème de ce phénomène naturel d’expansion exponentielle de la vie, c’est que la Terre est limitée. La solution, c’est la technologie pour s’installer ailleurs, mais elle ne sera à mon avis pas disponible avant un clash démographique/écologique planétaire. D’où la nécessité de trouver d’autres solutions, si possible autre qu’une grosse guerre pour diminuer la population…

    Les animaux ont inventé la coopération pour survivre (les groupe de gnous en Afrique, par exemple), les pré-humains aussi. Les singes ont inventés les outils (baguette pour rechercher des termites, caillou pour casser quelque chose…). Les humains ont poussé cette invention à l’extrême : la technologie. Il y a une avancée qualitative dans tout ça, pas que du quantitatif « plus de volume pour les herbivores, plus de dents pour les lions… »

    Cette avancée peut se faire car on est conscient que la planète est limitée, pas les fourmis ni les pissenlits.

    Les ET s’ils nous regardent doivent bien rigoler….

    • Ok, alors nous sommes presque parfaitement d’accord 🙂 Presque, parce que les pissenlits, les fourmis et les ET sont tout aussi limités par leur niche écologique que nous. S’ils pouvaient nous exterminer pour utiliser les ressources à leur profit les ressources que nous utilisons, ils n’hésiteraient pas une seconde. En fait la question ne se pose même pas : c’est la vie.

      Pour limiter ou réduire la population, à part la grosse guerre (stratégie Kzinti), il y a la stratégie marionnettiste (japonaise ?), mais personnellement je suis plutôt en faveur de la loterie humaine (voir mon commentaire plus haut sur l ‘ « anneau-monde » ou http://www.drgoulu.com/2012/10/28/anneau-monde-et-surpopulation/ ) Mais avant de faire ça, il faut remplir le trou de la Sécu 😉 Je veux dire trouver un système de financement d’une population stable, qui ne repose pas sur la croissance démographique. Que le premier politicien en faveur de la diminution des crèches et de l’aide aux familles nombreuses lève le doigt …

      • @Dr.Goulu :
        Oui mais les pissenlits ne sont pas conscients que s’ils nous exterminent, on les mangera par la racine et c’en sera fini pour eux aussi 🙂
        Pour ma part je pense que la démographie humaine va se limiter dès lors q’un niveau de vie suffisant sera atteint… pour tout le monde (pas gagné, ça).
        Un autre système que le système capitaliste ou communiste reste à inventer, basé sur le principe que la Terre est limitée et que pour l’instant on n’a pas le choix. Mais c’est une autre histoire…

        Pour en revenir au sujet : j’ai lu l’article sur l’anneau monde, très intéressant, très accrocheur, je l’ai mis dans mes favoris. Cependant, dans l’exemple de cet article, les différentes civilisations se rencontrent à un moment similaire de leur développement. Les guerres finissent en conséquence par un « match nul ».
        Si par contre d’éventuels ET n’ont rien qu’un petit million d’années d’avance sur nous, c’est incommensurable de différence, et même la simple question de « pourra-t-on communiquer ? » se pose. Se pose pour les ET, ça c’est leur problème en fait 😉

        Et donc, tout comme les pissenlits ne risquent pas de nous exterminer, ils peuvent très bien être suffisamment développés pour qu’en aucun cas on ne soit une menace pour eux.
        Justement, exemple : http://www.youtube.com/watch?v=73ZiDEtVms8
        Des militaires américains à la retraite témoignent de l’intervention d’ovni au dessus des sites nucléaires de 1963 à 1980, avec désactivation instantanée des systèmes de mise à feu.

        En ce cas, ils n’ont aucune utilité à nous exterminer, tout comme nous n’avons aucune utilité à exterminer les pissenlits ou les grands singes. C’est la théorie du zoo.
        Ils vérifient seulement qu’on ne détruise pas durablement la planète, qui pourra servir à d’autres.
        Et je ne crois pas que ce soit une vision angélique.

        Si la fusion pure est possible, comme semble le prouver les dernière recherches (z-machine), alors les problèmes énergétiques sont résolus pour un bon bout de temps ! Energie quasi illimitée, il suffit de bore et d’hydrogène, deux atomes présents en grande quantité. Fini les déchets radioactif. On synthétise ce dont on a besoin. On fabrique des vaisseaux-monde au plaisir. Les ET qui se promènent d’étoile en étoile ont certainement largement maîtrisé cela. Je pose alors la question :

        Quel intérêt pour les ET d’aller priver de leur planète des humanoïdes pré-scientifiques comme nous ?

  21. Bonjour,

    Dans l’équation de Drake ne manque t-il pas un paramètre ?

    La taille de la planète sur laquelle aurait émergée une civilisation technologique

    Je m’explique, toute civilisation technologique doit passer par le même processus d’étapes (par exemple découvrir l’électricité avant d’être apte à construire des machines autonomes) et ce processus d’étapes à besoin de ressources pour avancer. Ainsi pour toutes civilisations techno le même réflexe semble obligatoire, aller puiser dans le sol les matières premières satisfaisant la nécessité.

    Arrive alors ce que j’appellerai le « point d’émancipation », c’est à dire le moment où les énergies épuisables amènent à suffisamment de savoir pour permettre une transition efficace vers des technologies à énergie renouvelable et la diffusion de la civilisation vers le proche espace, toutefois c’est là qu’intervient la taille critique de la planète.

    En effet la taille d’une planète conditionnant aussi la quantité de ressources qu’elle peut fournir, elle pourrait donner un moyen de calculer la probabilité qu’une civilisation puisse atteindre ce « point d’émancipation » avant de tomber en panne et disparaître.

    Ainsi en dessous d’une taille critique toute civilisation aurait une chance proche de zéro d’atteindre ce point.

    Reste à déterminer cette taille critique et voir où nous nous situons.

  22. Et si, sur les autres planète, la vie est resté a un état de « non intelligence » comme des plantes, et des animaux, regardons sur terre, 1 espèce vraiment intelligente, nous, qui peut penser, et être conscient de sois même, et inventer, créer.
    sur un nombre incalculable d’espèce sur notre belle planète, il n’y a que nous qui utilisons des technologie avancé, c’est dire la chance infime.
    Alors oui il y a peut être de la vie, mais pas a un stade aussi avancé que le notre.

  23. Vous dites : « l’âge technologique des autres civilisations est probablement de l’ordre de quelques milliards d’années. »
    J’ai beaucoup de mal à croire que des civilisations puissent durer des milliards d’années. Déjà, le terme de « civilisation » n’est pas très clair dans votre texte. Vous dites « notre civilisation a duré un million d’années », mais vous n’utilisez pas ici le terme dans son acception généralement admise. Sur Terre on ne connaît pas de civilisation qui ait duré plus de quelques milliers d’années, et c’est déjà un grand maximum. Un million d’années (en gros), c’est la durée qui s’est écoulée depuis les premières espèces d’hominidés, mais ce n’est pas une durée de civilisation. Le terme civilisation suppose une culture partagée par un ensemble de populations humaines qui ont des échanges entre eux et qui obéissent à un certain nombre de lois valables pour tous. Or on ne peut pas dire que nous ayons une culture ni des lois en commun avec nos ancêtres de la préhistoire, même sans aller les chercher jusqu’à un million d’années. Mais même si on considère le mot civilisation comme une sorte de synonyme d’espèce, il n’existe aucune espèce sur terre qui ait duré des milliards d’années. On peut bien sûr fantasmer sur une longévité exceptionnelle de l’espèce humaine, mais si on veut rester dans le domaine du probable, il vaut mieux se faire à l’idée que l’homme en tant qu’espèce ne durera pas plus de quelques millions d’années (hors catastrophe, naturelle ou provoquée). Bref, puisqu’il ne faut pas considérer notre planète ni notre cas en général comme quelque chose de spécial, cela veut dire qu’il vaut mieux nous prendre comme exemple pour imaginer celui des « civilisations » extraterrestres. Et donc il n’est pas du tout probable qu’elles aient un âge de plusieurs milliards d’années.
    Vous continuez en disant : « Et pourtant, la majorité des civilisations extraterrestres en sont probablement là. ». Vous utilisez un peu trop facilement le mot « probablement » alors que rien ne permet de penser que cela soit probable. Et pour paraphraser votre conclusion, je dirais pour ma part que « si on met tout cela bout à bout, on conclut qu’il n’est pas du tout scientifiquement raisonnable de penser que d’autres civilisations extra-terrestres existent, et que leur niveau de technologie dépasse l’entendement. Par conséquent, il est fort peu probable qu’ils nous aient repéré depuis longtemps et qu’ils nous surveillent du coin de l’oeil avec leur technologie de folie, etc, etc. »

    • Le milliard d’année est peut-être un peu exagéré ? Pour moi la seule hypothèse lourde est la possibilité de faire des voyages interstellaires. Mais 100 ans de développement scientifique et technologique supplémentaire permettra peut-être à notre espèce de découvrir comment voyager sur de grandes distances (pas une hypothèse, une vraie théorie physique démontrée, prouvée) et donc rendre visite à nos proches voisines, disons dans 500 ans, du temps que la technologie suive et rende possible l’application des théories. Admettons, 1000 ans. Même 10 000 ans. Notre « civilisation » ou une autre humanité pourra encore exister à ce moment.

      Ce processus peut tout à fait avoir déjà eu lieu sur bon nombre d’autres planètes.

      Que pensez-vous de la déclaration conjointe de tous ces anciens officiers militaires américains ?

  24. PS : je suis passée en floraison, ta lampe est donc démontée et disponible. En revanche, on ne viendra pas chez vous demain, et on est pris aussi ce week end. Si tu veux, je peux la déposer chez toi lundi matin (si il y a quelqu’un). j’espère que ton séjour à Paris n’a pas été trop déstabilisant. Bises

  25. Euh, désolée, ce message ne vous était pas destiné ; je me suis trompée et ait cliqué sur « répondre » à la place de « transférer ». Cette conversation d’orchidophiles est donc assez obscure pour vous. Toutes mes excuses et bon week end !

    PS : j’en profite, d’ailleurs, pour vous remercier pour les articles que vous écrivez dans ce blog, que j’adore et que je diffuse assez largement.

  26. Je réponds d’abord à Judith. Je ne suis pas chez moi lundi mais tu peux passer mardi si tu veux. Je suis très impatient de voir à quoi tu ressembles depuis que tu es passée en floraison.

    Pour Olivier. Sur la possibilité des voyages interstellaires, bien sûr on peut tout imaginer, et je ne m’en suis pas privé moi-même quand j’étais plus jeune et très amateur de littérature de science-fiction. L’ennui, c’est que cette littérature vous pousse à réfléchir et que… eh bien j’ai réfléchi. Mais j’ai réfléchi aussi en lisant d’autres choses que de la science-fiction, et du coup je n’y crois plus aux voyages interstellaires (dans le temps d’une vie humaine bien sûr). Quelle que soit la théorie physique qui puisse nous le permettre, il me semble que faire dépasser la vitesse de la lumière à un engin d’une masse non nulle supposerait une dépense d’énergie telle que ce n’est même pas la peine d’y penser.
    Sur la déclaration des officiers militaires américains, j’ai d’abord eu peur d’avoir à me taper 1 heure et demi de conférence, mais heureusement, au bout d’une minute, le mec dit : « je crois, ces gentlemens croient que cette planète est visitée par des êtres d’un autre monde. » Si c’est une question de croyance, alors je n’ai pas besoin d’en écouter plus. Les gens ont le droit de croire ce qu’ils ont envie de croire et je ne vais pas prétendre le leur interdire. Le droit à l’imagination débridée est tout aussi respectable, mais voilà : cela reste de la croyance et de l’imagination. Moi aussi je suis très capable d’imagination. J’imagine par exemple le scénario suivant. Il existe des milliers de civilisations intelligentes dans l’univers qui ont résolu le problème des voyages interstellaires et qui, non seulement se rendent visite les unes les autres mais aussi nous rendent visite sans jamais se faire connaître a nous. Ils sont tous très forts pour passer inaperçus, mais pas tout à fait assez quand même puisque certains parmi nous les voient. En fait ils ne sont pas si forts que ça même en matière d’engins spatiaux, car ils arrivent à couvrir des centaines, des milliers d’années lumières dans l’espace, mais une fois arrivés sur terre, selon de nombreux témoignages, leurs soucoupes volantes tombent en panne. C’est bêta.

    • @Henri Manguy : J’ai mis du temps avant de regarder cette vidéo que j’avais mise « en attente ». En fait j’avais réagi exactement comme vous, avec cette même phrase rédhibitoire « je crois, ces gentlemen croient que cette planète est visitée par des êtres d’un autre monde. » … même réaction de rejet, bien sûr, je cherche des faits, pas autre chose.

      Un jour de déprime peut-être ;), j’ai écouté un peu la suite.
      Les officiers se succèdent, devant les caméras de CNN, pour faire leur part de leurs témoignages (j’insiste, témoignage, pas « croyances », même s’ils se lâchent un peu parfois) de ce qu’ils ont vécu il y a 30 ou 40 ans lors de leur garde de missiles nucléaires : l’intervention d »ovni » au dessus des sites nucléaires et la désactivation instantanée des systèmes de mise à feu de 1960 à 1983.
      La précision de la description des faits, les noms exacts des protagonistes, les termes employés, l’attitude patriotique de ces anciens militaires, leur voix vibrante d’émotion 40 ans plus tard, tout cela m’a totalement fait changer d’avis.

      Il n’y a pas besoin de tout écouter, peut-être le 1er témoignage suffit pour se faire une idée. 5 minutes.

      Bien sûr, ce pourrait être de bons acteurs.

      La question qui se pose, c’est pourquoi ces vieux messieurs à la retraite iraient perdre leur temps devant les caméras de CNN à se « ridiculiser » si c’était de la pure invention ??? Qui les paieraient le prix fort pour cela ?

    • Pas besoin de dépasser la vitesse de la lumière, un vaisseau capable d’accélérer à 1G peut aller partout dans l’univers en quelques années seulement, mais seulement pour les passagers : lire http://www.drgoulu.com/2004/08/09/acceleration/ et https://www.goodreads.com/book/show/240617.Tau_Zero

      L’énergie nécessaire est absolument colossale, hors de notre portée pour quelques siècles.

      (Note : il faut une énergie infinie pour accélérer ne serait-ce qu’un seul proton à la vitesse de la lumière. Une vitesse supraluminique n’a simplement pas de sens.)

      • Assez surprenant ces petits calculs et la prise en compte du facteur de Lorentz dans l’écoulement du temps !

        Maintenant, est-ce qu’il ne manque pas un facteur important dans votre simulation, celui de l’augmentation de la masse inerte avec l’augmentation du facteur de Lorentz ? Et comme toute notre activité d’être vivant est liée à des mouvements d’ensemble de particules possédant une masse, celle-ci ne risque-t-elle pas de s’en trouver affecter au point de rendre toute vie impossible ?
        Quid en effet du mouvement d’un bras dont la masse inerte est X par 2, 5, 10 ? Quid du fonctionnement de nos récepteurs cérébraux si leur masse est affectée de la sorte ?

  27. Réponse à Olivier.

    J’essaierai de trouver un moment pour regarder la vidéo, mais je peux d’ores et déjà dire que les témoignages, aussi honnêtes et sincères soient-ils, ne constituent pas une preuve. La Justice peut s’en contenter car il faut absolument qu’elle rende un verdict, mais la Science n’a aucune obligation à cet égard et elle est obligée d’attendre des preuves pour rendre sa décision. Des témoignages de militaires ne font pas plus autorité que ceux de Monsieur Toutlemonde. Des militaires peuvent voir leurs sens trompés aussi bien que n’importe qui. Si ma mémoire est bonne je crois que le premier témoignage d’apparition de soucoupes volantes était le fait d’un militaire, et c’est même lui qui a baptisé ce qu’il avait vu — ou cru voir — de ce nom de “soucoupes volantes”. Les militaires qui témoignent dans ce document ne sont certainement pas des menteurs, et ils sont persuadés d’avoir vu ce qu’ils racontent. Le problème c’est qu’entre ce qu’ils ont vu et ce qui leur a réellement été donné à voir il n’y a probablement pas identité. 90 ou 95 % des témoignages d’observations d’OVNI sont expliqués par des phénomènes naturels ou d’origine humaine qui ont tout simplement été mal interprétés ou mal mal observés. Les 5 ou 10 % qui restent inexpliqués sont malheureusement inexploitables. Il n’existe aucun document — photo, film, objet — qui fasse l’unanimité comme preuve indiscutable de “quelque chose” venu de l’espace. S’il existait une preuve incontestable de l’existence d’êtres extraterrestres venus nous rendre visite, il n’y aurait pas besoin de faire des conférences d’une heure et demi pour en convaincre l’humanité. Un exposé de dix minutes avec présentation de la preuve suffirait.

    • Oui, je suis parfaitement en accord, un témoignage reste un témoignage, bien sûr, il ne s’agit pas d’une preuve. Mais la coïncidence avec la désactivation systématique des systèmes de mise à feu des missiles, si on les croit, reste inexpliquée. Il serait intéressant d’entendre l’avis d’un « réparateur » qui a remis en route les systèmes ensuite.

      En ce qui concerne les éventuelles preuves, quelle que soit la photo ou la vidéo, elle sera toujours discutable, surtout avec les moyens numériques actuels.
      Donc à part un débarquement officiel et/ou une manifestation claire et nette, genre projeter sur la Lune un message en diverses langues du type « coucou c’est nous les ET » que les astronomes amateurs auraient tôt fait d’observer, je ne vois pas d’autres façon indiscutable de prouver leur présence.

      Une méthode un peu scientifique pour étudier les phénomènes aériens non identifiés, c’est d’intercaler un réseau de diffraction devant l’objectif de la caméra ou de l’appareil photo, histoire de décomposer la lumière émise et de pouvoir en déduire comment elle a été produite (filament de tungstène comme nos vieilles lampes, vapeurs de mercure, ionisation de l’air, etc). En tout cas, cela permet de séparer naturel/artificiel.
      Utilisé par l’armée américaine dès les années 60 :

  28. Bonjour,

    J’ai des doutes sur l’idée que s’il y a d’autres espèces intelligentes dans l’espace qu’elles puissent être beaucoup plus vielles que la notre. Pour qu’il y ait de la vie, il faut qu’il y ait un milieu permettant une chimie complexe. Pour qu’il y ait une chimie complexe, il faut bien sur qu’il y ait les bonnes conditions de température, pression, d’énergie… mais en premier, un système solaire contenant une variété d’éléments chimiques suffisante. Pour ceci, il faut des étoiles nées avec une forte métalicité. Pour cela, il faut que des étoiles de génération précédentes aient explosées pour produire les éléments de masse atomiques supérieure à celle au Fe… Bref il faut tout un enchaînement d’événement : Il n’était pas possible aux première étoiles de produire des planètes telluriques (car en ce temps, il n’existait que l’H, l’He et un peu de Li). La seconde génération d’étoiles est peut être née dans des nuages avec un peu plus de métaux, mais l’univers était encore trop pauvre pour produire des environnements ou la chimie pouvait être complexe. Il a fallu plusieurs générations d’étoiles. Cette idée interdit l’hypothèse de l’apparition de la vie et de civilisation intelligents dans un passé lointain. Je pense que s’il y a d’autre espèces intelligentes dans l’univers, elles ne peuvent pas être beaucoup plus anciennes que la notre. Cependant, cela laisse tout de même la possibilité d’écart se mesurant en millions d’années.

    J’ai aussi des doutes sur l’idée que notre technologie puisse continuer à croître suivant une courbe exponentielle, ni même linéaire. Je raisonnement que je vais présenter est très suggestif et anthropomorphique : Du temps de Leonard de Vinci, un homme pouvait englober tout le savoir de son temps. Aujourd’hui, ce n’est plus possible. Même si les ordinateurs et les réseaux d’informations nous aident beaucoup à ne pas nous perdre dans ce que nous avions déjà acquis, les scientifiques sont aujourd’hui obligés de se spécialiser chacun sur un domaine pointu. Il sera de plus en plus difficile de maîtriser l’ensemble, de faire les recoupements nécessaire pour faire de nouvelles avancées technologiques, ou tout simplement de ne pas oublier ce qu’on savait déjà pour ne pas devoir le redécouvrir (Ex : Einstein à du réinventer les transformations de Lorentz déjà découvertes par Poincarré). Il sera aussi de plus en plus difficile de trouver de nouveaux sujet d’étude qui n’ont pas déjà été explorés (non pas qu’il en manquera, mais par manque d’imagination). Donc, je pense qu’un jour, notre savoir dépassera la capacité de notre intelligence et notre progression sera ralentie. Je crois que notre intelligence n’évoluera plus beaucoup naturellement. Le seul moyen que nous aurions pour sortir de cette impasse serait d’utiliser de l’intelligence artificielle. Peut être que les civilisations les plus évoluées de l’univers sont cybernétiques. Ceux qui nous rendront visite seront sans doute des machines. C’est juste mon avis.

  29. Un autre élément rentre en jeu dans la possibilité de rencontre entre deux civilisations : la probabilité que ses deux formes d’intelligences soient toutes deux dans le même créneau temporel.

    Si, comme tu le dis, notre humanité si jeune en soit aux balbutiements de son apogée technologique qui admettons sera à son summum dans 1000 ou 10000 ans, rien ne nous assure qu’une autre civilisation n’a pas déjà atteint ce point il y a des millions d’années et qu’ils aient observé les dinosaures.

    Le problème en soit n’est pas vraiment la probabilité qu’ils existent mais plutôt qu’ils existent en même temps que nous et en soit (approximativement) au même niveau d’évolution !

  30. Réponse à Olivier.

    J’ai regardé une partie de la vidéo que vous avez mise en lien. Voici ce que j’ai noté.

    Le premier intervenant relate une coïncidence entre l’observation d’un OVNI au-dessus d’un site de lancement de missiles et la désactivation du système de lancement de ceux-ci. Il ne dit rien de plus et il a raison. Par contre, le deuxième dit « le fait est que des missiles ont été désactivés par des OVNIs. » Mais là il va trop loin, c’est la conclusion qu’il en tire, lui, mais rien ne permet d’affirmer que ce fait-là est réel. Il est tout à fait compréhensible qu’il tire cette conclusion mais elle n’est pas absolument recevable scientifiquement. J’ai moi-même récemment été amené à tirer une conclusion dont je suis certain de la légitimité à propos d’un événement concernant ma « neuf box » mais un expert n’en a pas tiré la même conclusion que moi. Je devais acheter des places de concert pour ma fille sur un site internet, et la vente devait commencer à 10 heures pile. Il était donc absolument impératif que je sois connecté à cette heure-ci, et je l’étais. Mais à peine deux minutes après le début, j’étais déconnecté du site sans que je comprenne pourquoi et je ne pouvais plus non plus me connecter à internet sur aucun site. En jetant un œil à ma box, j’ai vu que le voyant était au jaune au lieu d’être au vert, ce qui voulait dire que j’étais totalement déconnecté d’internet. Mais ceci n’est jamais arrivé depuis plus de cinq ans. Pour moi ça ne pouvait pas être une coïncidence et il doit forcément y avoir un rapport entre le site d’achat de billets et la déconnexion de ma box. Mais quand j’en ai parlé après avec un technicien du service technique de Neuf-SFR, il m’a affirmé que rien de ce qui se passait sur un site quel qu’il soit ne pouvait être la cause de la déconnexion d’une box. Je ne crois absolument pas à ce genre de hasard mais je n’ai malheureusement aucun élément à fournir à l’appui de ma certitude. Du coup, c’est forcément le technicien qui a raison, même si cela me parait absurde. C’est un peu la même chose ici : le témoin de la coïncidence entre le passage d’OVNI et la désactivation des missiles en tire une conclusion qu’il estime avoir toute légitimité à tirer, mais malheureusement celle-ci n’est pas recevable en l’état actuel des connaissances sur ce qui s’est réellement passé.

    Le même intervenant termine son rapport en disant qu’après 60 ans d’étude sur les OVNI, il est convaincu que « quelqu’un là-bas essaye de nous envoyer un message ». Cette phrase est la même, presque mot pour mot, qu’utilisent de nombreux « croyants » aux extraterrestres venus nous visiter. Mais je me dis que si « quelqu’un là-bas » voulait vraiment nous envoyer un message, il ferait plutôt comme nous-mêmes avons fait avec la sonde Voyager qui emportait vraiment un message des terriens à l’intention d’éventuels extraterrestres qui récupéreraient la sonde, ils nous enverraient un message qu’on identifierait à coup sûr comme message. Si des extraterrestres possèdent la technologie qui leur permet d’effectuer un voyage depuis une planète lointaine jusqu’à nous, alors ils doivent aussi posséder la technologie qui leur permet de nous faire comprendre ce qu’ils ont à nous dire sans qu’on ait le moindre doute à ce sujet.

    Le troisième intervenant parle à un moment d’un OVNI qui aurait été vu dans un canyon. Il dit : « nous avons envoyé une équipe là-bas pour enquêter, et en effet il y avait un OVNI apparemment au fond de ce canyon ». Mais que veut-il dire exactement par là ? Est-ce que cette équipe s’est réellement approchée d’un engin posé au fond d’un canyon, est-ce que des photos ont été prises, est-ce qu’on a essayé d’entrer en contact avec les éventuels occupants de l’engin ?… Il ne précise rien au sujet de cette « enquête ». Il me semble pourtant que le minimum d’une enquête serait de procéder à ce que je viens d’énoncer. Si une véritable enquête avait eu lieu, il y aurait quand même un certain nombre d’éléments tangibles à faire valoir, il y aurait pour le moins un rapport. Mais il n’en dit rien. Il est impossible de prendre pour argent comptant la simple mention qu’ « une enquête a été faite » sans qu’on nous donne les éléments que cette prétendue enquête n’aurait pas manqué de fournir.

    L’intervenant suivant dit qu’il a enregistré des bandes pendant une enquête sur un OVNI en Angleterre. Il dit aussi, au début, qu’ils avaient emporté un appareil photo. Il raconte que pendant cette enquête ils ont été témoins de l’apparition d’objets étranges et lumineux qui ont envoyé des sortes de rayons et qui ont disparu silencieusement. Il parle longuement des bandes qu’il a enregistrées mais il ne dit pas ce qu’il avait enregistré dessus. Je me demande ce qu’il a bien pu enregistrer venant d’engins qui se déplacent, selon ses paroles, silencieusement. Mais je me demande aussi pourquoi aucune photo n’a été prise des rayons, bien visibles, eux, qui émanaient des engins. Donc il ne parle jamais de photos alors qu’il y avait quelque chose à voir et il n’arrête pas de perler d’enregistrements sonores alors qu’il n’y avait rien à entendre. C’est quand même bizarre.

    Voilà. Je ne suis pas allé plus loin dans mon visionnage de la vidée car ma fille est arrivée pour me demander l’ordi, et je ne peux pas refuser à ma fille.

    • Merci d’avoir visionné un peu cette vidéo. Et c’est sympa de laisser votre ordi à votre fille 😉

      Bon, je pense avoir bien compris ce que vous vouliez me dire, à savoir la différence entre coïncidence et lien de cause à effet, ou même simple corrélation.

      Cependant, la petite différence avec votre box internet, c’est qu’il s’agit là de système de mise à feu de missiles nucléaires de la première puissance militaire mondiale, qui, j’ose le penser, ne doivent pas « se déconnecter » tout seul ou pire, s’armer tout seul ! Des systèmes fermés généralement, pour éviter toute influence extérieure. La technologie des années 60-70, moins perfectionnée et du coup certainement moins sensible et moins soumise aux aléas dus à la complexité.

      La désactivation du système de lancement d’un missile doit être quelque chose de tout de même assez conséquent, bien plus solide qu’une connexion internet grand public.

      Il serait intéressant de savoir également la fréquence de « déconnexion » de ces missiles, et si effectivement leurs seules désactivations ont eu lieu lors de l’observation d’un ovni.

      Evidemment, je demande votre avis sur les témoignages, les faits, pas leur interprétation.
      Les enregistrements audio sont expliqués lors des questions vers la fin de la vidéo. Le monsieur explique d’il devait faire des rapports et qu’il emportait toujours un dictaphone sur le terrain, qu’ensuite il donnait à sa secrétaire pour qu’elle le mette par écrit. Des copies ont été faites etc…

      Des photos ont été prises mais rien n’est sorti lors du développement. sic. Ben oui.

      Tout ceci sont des questions ouvertes et dont on ne peut pas dire grand chose.

      Je ne plaide pour aucune cause sauf scientifique cependant, si ces témoignages sont réels c’est pour le moins troublant. Ces gens étaient des septiques convaincus pour la plupart.

      Une idée serait que les éventuels ET testent notre « réceptivité » à leur existence, de quelle façon les humains réagiraient à un contact.
      Il suffit de se souvenir de la panique provoquée lors de la « blague radiophonique » d’Orson Wellesen en 1938 pour comprendre qu’une information directe pourrait être catastrophique. Pour info, la petite histoire : »Le réalisateur américain Orson Welles adapte le roman de science-fiction de H.G Wells « la guerre des mondes » à la radio. Le feuilleton, qui raconte l’invasion de la terre par les martiens, est diffusé en fin de journée sur CBS. Wells y joue plusieurs personnages à la fois, dont un faux envoyé spécial qui s’écrit: « I guess that it…That’s the thing…Terrific…. » La plupart des auditeurs prennent l’émission en cours et sont effrayés. Plusieurs milliers de personnes s’enfuient de chez elles croyant à une réelle invasion martienne sur le New-Jersey. Orson Welles s’excusera devant toute l’Amérique quelques jours plus tard, toujours à la radio.  »

      M’enfin tout cela ne prouve pas la présence d’ET, et ce n’était pas mon but.
      Mais pour ma part la probabilité de leur intervention est très forte.
      La science nous donne des éléments supplémentaire chaque année.

  31. Pourquoi vouloir aller plus vite que la lumière, puisqu’avec la relativité ‘il suffit à un vaisseau interstellaire de s’en rapprocher à quelques milliardièmes près pour que le temps ne s’écoule presque plus à bord, ce qui permet d’atteindre n’importe quel point de l’univers en quelques secondes pour les passagers du vaisseau ! Le seul problème qui se pose alors est celui de l’énergie consommée qui devient infinie, mais s’il existe une énergie (à découvrir)

  32. Réponse à Olivier.

    « Des photos ont été prises mais rien n’est sorti lors du développement. »

    C’est encore une constante des témoignages sur les OVNI. Et pourtant, ici, il s’agit de militaires qui sont censés faire une enquête officielle. Dans ce cadre, on pourrait penser qu’ils confieraient le soin de prendre des photos à un photographe professionnel. Quand un pékin quelconque raconte avoir vu une soucoupe volante et présente une photo sur laquelle il est impossible de juger de ce qui a été photographié, on « excuse » le piètre document par le fait qu’il a été pris par un amateur. Mais dans le cadre d’une enquête officielle, cette excuse n’est plus valable. S’il n’y a rien sur les photos, c’est soit que ce qui a été « vu » par le témoin n’existait que dans sa tête, soit que le photographe se fout de nous en pensant que le seul fait d’avoir présenté une photo, même s’il n’y a rien dessus, suffira à prouver sa sincérité. Pour ma part je penche ici pour la première hypothèse, qui a d’ailleurs fait l’objet d’une théorie publiée il y a des années par Michel Monnerie dans « Et si les OVNIS n’existaient pas ? » (1977, Les humanoïdes associés). Pour cet ufologue, après des années d’études acharnées, « l’Hypothèse Extra-terrestre (visite de vaisseaux et de personnages matériels venus d’autres planètes) croule sous ses incohérences, et ceux qui s’y accrochent encore, sans trop y croire, s’obligent à compliquer sans cesse un modèle qui devient un monstre fragile et méconnaissable. » Il écrivait cela en 1977. Comme lui, à cette époque je croyais encore à l’hypothèse extra-terrestre. Après avoir lu son livre (et le suivant, « Le naufrage des extraterrestres » (1979), mais également ceux de Bertrand Méheust « Science-fiction et soucoupes volantes » (Mercure de France 1978) et « Soucoupes volantes et folklore » (Mercure de France 1985), je l’ai moi aussi abandonnée. Monnerie proposait donc un modèle socio-psychologique qui pouvait rendre compte de tous les aspects du phénomène. Bertrand Méheust, de son côté, sans reprendre exactement le point de vue de Monnerie, proposait une théorie très proche de la sienne. Ces livres sont anciens mais il serait judicieux de les relire aujourd’hui.

    Votre phrase « Une idée serait que les éventuels ET testent notre « réceptivité » à leur existence, de quelle façon les humains réagiraient à un contact » est caractéristique de ce que Monnerie veut dire par « compliquer un modèle qui devient un monstre fragile et méconnaissable ». Elle rejoint cette manière qu’avaient (qu’ont ?) certains croyants à la véracité des récits bibliques d’expliquer les fossiles de dinosaures par l’idée que c’est Dieu qui les a placés ici et là sur Terre pour tester la foi des hommes en « Sa Parole » (puisque selon la Bible, qui est transcription de la parole de Dieu, la Terre n’a pas plus de 6000 ans d’existence). Les nombreuses tentatives pour résoudre les incohérences de l’hypothèse extraterrestre par des théories invérifiables sont tout aussi risibles et pitoyables. Elles font plus pour prouver l’inconsistance de cette hypothèse que pour la conforter.
    Pour moi, si la probabilité d’existence d’intelligences extraterrestres est forte, celle de leur intervention sur Terre l’est beaucoup moins, et n’est en tout cas pas soutenue par le phénomène OVNI.

    Je voulais aussi ajouter quelque chose à ma réponse à David plus haut, au sujet de la « progression exponentielle des sciences et des techniques ». Je disais que cette progression ne semble exponentielle que depuis quelques centaines (pour être gentil j’irai jusqu’à dire à peine quelques milliers) d’années, et qu’avant cela elle pourrait tout aussi bien être considéré comme linéaire, voire quasiment plate. Comme je le soulignais, c’est bien notre ethnocentrisme occidental qui nous fait considérer ce progrès des sciences et des techniques comme un phénomène valable pour l’humanité entière, alors qu’il existe de nombreux peuples, dits « traditionnels », pour lesquels l’idée de progrès exponentiel des sciences et des techniques n’est absolument pas pertinente. Chez ces peuples, les savoirs et les techniques sont depuis toujours mis au service d’une perpétuation des coutumes et des traditions, d’une continuation de l’état du monde dans lequel il est, et non pas envisagés comme devant donner toujours plus de pouvoir à l’homme sur la nature et donc s’accumuler pour lui permettre, un jour peut-être, d’aller coloniser les autres planètes de l’Univers.

    • Mais… a-t-on pour autant ignoré les fossiles de dinosaures ?
      Qu’elle qu’en soit la raison, il serait judicieux d’étudier réellement les « apparitions » d’ovnis, que ce soit pour découvrir leur origine (mentale, réelle, etc..)
      La comparaison entre les ovnis et les fossiles de dinosaures est pour moi dénuée de sens car les fossiles existaient bel et bien, alors que les preuves d’ovnis n’existent apparemment pas. Réfuter l’existence des dinosaures avec la preuve sous les yeux, est exactement l’inverse du fait d’accepter le phénomène ovni sans preuve. Si l’on excepte les plaisantins, le phénomène existe bel et bien. L’hypothèse la plus probable me semble être l’incursion d’objets volants ayant un comportement intelligent…. plutôt que des illusions collectives ou des phénomènes paranormaux.

      La période scientifique actuelle est palpitante à tout point de vue : physique théorique, biologie, exoplanètes, etc… le « mur de la complexité » se révélera peut-être franchissable, ou pas, tout dépend si on passe la « singularité technologique » http://fr.wikipedia.org/wiki/Singularit%C3%A9_technologique , qui suppose encore une accélération du progrès scientifique.

      D’ici quelques années, la science nous dira qui a tort et qui a raison.

      • Réponse à Olivier
        Mais l’étude des apparitions d’OVNI existe ! Elle se poursuit depuis des années. Mais plus elle se poursuit, plus l’hypothèse extraterrestre semble devoir être écartée. A cause notamment de trop d’incohérences. Imaginez seulement que des centaines de témoignages font état de rencontres rapprochées du troisième type (contact avec des occupants) parmi lesquels il est difficile d’en trouver deux qui décrivent les mêmes entités. Les descriptions sont à peu près aussi multiples et bigarrées que les espèces d’extraterrestres qu’on rencontre dans la saga de la Guerre des étoiles. C’est à croire que toute la Galaxie s’est donné rendez-vous sur Terre pour nous étudier.
        Je ne suis pas sûr que réfuter l’existence de dinosaures avec la preuve sous les yeux soit l’inverse d’accepter l’existence d’extraterrestres sur terre sans preuve. Je sais, vous dites « accepter le phénomène OVNI », mais il n’y a aucun désaccord entre nous à ce sujet : le phénomène OVNI existe bel et bien. Là où nous divergeons c’est sur la signification de ce phénomène. Donc, pour moi, sur le plan de la démarche intellectuelle, supposer la présence actuelle de visiteurs extraterrestres sur Terre en inventant toutes sortes de théories ad hoc et invérifiables pour expliquer des incohérences évidentes, c’est exactement la même chose qu’inventer des théories tout aussi invérifiables pour expliquer que, malgré les fossiles de dinosaures (et autres animaux préhistoriques encore plus anciens), la Terre n’a quand même pas plus de 6000 ans d’existence.
        Quant aux « incursions d’objets volants ayant un comportement intelligent », elles rentrent tout-à-fait dans une théorie socio-psychologique expliquant le phénomène par des illusions, collectives ou non, ou des rêves éveillés (selon Michel Monnerie) de la part d’être intelligents (les humains).

        Petite réponse supplémentaire à l’intention de Pierre Lacombe. Non, le scientifique ne doit pas examiner toutes les hypothèses, même les plus farfelues. Je crois que les scientifiques n’ont pas trop de temps à perdre à examiner les hypothèses farfelues. Qu’ils doivent examiner des hypothèses osées, choquantes, remettant en cause telle ou telle idée acceptée trop facilement depuis longtemps, oui. Mais farfelues, non. L’hypothèse extraterrestre n’est certes pas farfelue en soi, et elle a été étudiée, mais un certain nombre d’hypothèses connexes (comme celle des sculptures mayas censées représenter des astronautes) sont maintenant considérées comme farfelues.

  33. Les satellite naturels peuvent aussi porter la vie, il y aussi les organismes extremophiles, des crevettes qui vivent jusqu’a 400° et tien donc il fait 450° sur Vénus qui est la planète la + proche de la Terre. Non, non c’est pas Mars la planète la + proche de la Terre. Il faut aussi compter la question des dates et la question de notre égaux. Pour beaucoup Dieu existe mais très peu l’on vu. Par contre beaucoup + de gens on vu des phénomènes inexpliqués (mais on ne les crois pas) Et ceux qui ne croient pas ces gens est ce qu’ils croient en Dieu ?
    Bon pour apaiser ce commentaire limite troll, j’aimerais que l’univers ne soit constitué que de points lumineux appelés étoiles et que notre système solaire finisse à Saturne qui en est le joyau.
    Et qu’on se préoccupe un peu plus de notre planète et son avenir !

  34. Bonjour!

    Premierement, super blog!

    Deuxiemement, je ne sais pas si cela a ete evoque dans les commentaires, mais, dans votre raisonnement vous dite « elle (une autre civilisation intelligente) peut avoir émergé à peu près n’importe quand entre disons -10 milliards d’années et aujourd’hui » mais faut il prendre en compte egalement la duree de vie d’une etoile? Car toute les etoiles ne sont pas nees des le Big Bang, donc il faudrait prendre en compte seulement les etoiles existentes en ce moment non? L’age de cette suposee civilisation serait evidemment tres important, mais ca reduit quand meme la probabilite

    Aussi, faudrait il prendre en compte qu’une civilisation intelligente peut tout simplement mettre elle meme un terme a son existence (epuisement de toute ressources avant d’avoir atteint une technologie suffisante pour en exploiter d’autre, catastrophes naturelles etc…)? Je ne sais pas, mais peut etre que l’age d’une civilisation ne depend pas de la duree de vie de son etoile, mais tout simplement de son comportement et de savoir si la technologie au sein d’une civilisation intelligente avance suffisamment vite pour trouver des « solutions » de secours en cas de necessite. Si c’est le cas, la probabilite changerait radicalement non?

    Merci encore pour vos articles!!

  35. Je ne suis pas un pro en astronomie, et je crois que notre étoile est de catégorie F, donc assez grosse par rapport à la moyenne recensée, il y a beaucoup plus de naines rouges. Ensuite il faut prendre en compte le temps nécessaire à l’apparition de la vie + de son développement. Enfin pour notre planète et son emplacement il faut aussi prendre en compte les points forts et le point faibles :
    – Est ce que dans tous les « systèmes solaires » il y a des ceintures d’astéroïdes potentiellement destructeur ? – Doit on prendre en compte les 4 parapluies naturels parce que Saturne, Uranus et Neptune, c’est pas des petite planètes.
    – Celles ci peuvent inverser leur rôle protecteur et aussi dévier des corps célestes vers la Terre
    – L’extérieur du système solaire, la ceinture de Kuiper, le nuage d’Oort ?
    Et compter que la vie puisse exister sur les satellites naturels (Encelade, IO, Titan, etc …) autour de géantes gazeuses
    Un autre point, ce n’est pas parce que nous ne savons pas si il y a plus rapide que la lumière que ça n’existe pas, d’ailleurs on parle des trous de ver, et même on a découvert la particule de dieu.
    Pour moi et mon égaux, penser que dans l’univers il n’y ai pas ne serait-ce qu’une civilisation qui n’a « que » 1 million d’années de plus que nous, serait une grande stupidité. !)
    À ceux qui n’y croient pas reprenez vos calculatrices svp.

  36. Je fais deux observations d’ordre plus général … Il y a dans ces raisonnements deux données implicites qui mériteraient (à mon avis) d’être un peu triturées. A savoir 1) que les être vivants extra-terrestres ont obligatoirement des structures mentales suffisamment proches de celle des humains pour qu’une communication soit possible, déjà quand on voit la difficulté de communiquer avec un habitant vivant aux antipodes… 2) que la vie ne puisse exister qu’en présence d’eau, de carbone et d’azote, à une température pas trop éloignée de 300 K. Je sais bien la difficulté de concevoir comment une forme de vie serait possible dans l’azote liquide ou le fer en fusion, mais comme le dit Alain Aspect, le scientifique doit examiner toutes les hypothèses, même les plus farfelues.

  37. Réponse à Olivier
    Mais l’étude des apparitions d’OVNI existe ! Elle se poursuit depuis des années. Mais plus elle se poursuit, plus l’hypothèse extraterrestre semble devoir être écartée. A cause notamment de trop d’incohérences. Imaginez seulement que des centaines de témoignages font état de rencontres rapprochées du troisième type (contact avec des occupants) parmi lesquels il est difficile d’en trouver deux qui décrivent les mêmes entités. Les descriptions sont à peu près aussi multiples et bigarrées que les espèces d’extraterrestres qu’on rencontre dans la saga de la Guerre des étoiles. C’est à croire que toute la Galaxie s’est donné rendez-vous sur Terre pour nous étudier.
    Je ne suis pas sûr que réfuter l’existence de dinosaures avec la preuve sous les yeux soit l’inverse d’accepter l’existence d’extraterrestres sur terre sans preuve. Je sais, vous dites « accepter le phénomène OVNI », mais il n’y a aucun désaccord entre nous à ce sujet : le phénomène OVNI existe bel et bien. Là où nous divergeons c’est sur la signification de ce phénomène. Donc, pour moi, sur le plan de la démarche intellectuelle, supposer la présence actuelle de visiteurs extraterrestres sur Terre en inventant toutes sortes de théories ad hoc et invérifiables pour expliquer des incohérences évidentes, c’est exactement la même chose qu’inventer des théories tout aussi invérifiables pour expliquer que, malgré les fossiles de dinosaures (et autres animaux préhistoriques encore plus anciens), la Terre n’a quand même pas plus de 6000 ans d’existence.
    Quant aux « incursions d’objets volants ayant un comportement intelligent », elles rentrent tout-à-fait dans une théorie socio-psychologique expliquant le phénomène par des illusions, collectives ou non, ou des rêves éveillés (selon Michel Monnerie) de la part d’être intelligents (les humains).

    Petite réponse supplémentaire à l’intention de Pierre Lacombe. Non, le scientifique ne doit pas examiner toutes les hypothèses, même les plus farfelues. Je crois que les scientifiques n’ont pas trop de temps à perdre à examiner les hypothèses farfelues. Qu’ils doivent examiner des hypothèses osées, choquantes, remettant en cause telle ou telle idée acceptée trop facilement depuis longtemps, oui. Mais farfelues, non. L’hypothèse extraterrestre n’est certes pas farfelue en soi, et elle a été étudiée, mais un certain nombre d’hypothèses connexes (comme celle des sculptures mayas censées représenter des astronautes) sont maintenant considérées comme farfelues.

    • @Henri Manguy
      Effectivement, on est globalement d’accord, sauf sur l’origine du phénomène ovni (et sa signification, ou son « but »). Je poursuis la discussion car votre avis m’intéresse !

      Cette théorie socio-psychologique a-t-elle de sérieuse base scientifique ? Bon, je me dois donc de lire un des livres de Michel Monnerie (Merci pour l’info, au passage).

      Que ce soit des ET ou un phénomène psychologique de masse (voir l’épisode de Fatima au Portugal, où de l’ordre de 70 000 personnes auraient vu le soleil tournoyant comme un disque d’argent, http://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%A1tima), dans les deux cas cela me paraît d’une importance cruciale.

      Par exemple, dans les cas des « lumières », rien de plus facile que prendre une photo en intercalant un réseau, disponible pour quelques euros sur internet, et l’étude du spectre lumineux nous éclairera sur l’origine de ces phénomènes : naturels, artificiels, ou « dans la tête ». Tout ce qu’on peut lire sur les témoignages de la gendarmerie, c’est du type « une lumière blanche ici, qui bouge jusque là, et qui disparaît ». Aucune information scientifiquement exploitable…
      http://www.ufo-science.com/wpf/?page_id=2303
      Pourquoi ne lance-t-on pas une étude de masse avec des capteurs automatiques ?
      http://www.ufo-science.com/wpf/?p=4446
      ça progresse, mais ce sont des passionnés privés qui s’en occupent. Aucun gouvernement ne voterait un budget à ce sujet sous peine de se ridiculiser ?

      Donc : pourquoi le phénomène ovni fait-il sourire ?
      Deux possibilités selon moi :

      1. C’est un phénomène socio-psychologique pur (notre imagination). Est-ce alors qu’une forme d »auto-défense » mentale collective nous pousse à rejeter ce phénomène ? Nous pousse à faire passer non seulement les témoins (ou plutôt les « visionnaires ») mais aussi ceux qui étudient ce phénomène, pour des « loufoques » ?

      2. C’est un phénomène (parfois) réel : incursion d’ET. En ce cas, les implications de cet événement sont-elles tellement énormes que notre esprit les rejette, de la façon la plus classique : moqueries, sourires ?
      (Désolé pour cette psychologie de comptoir, mais en gros, c’est ça).

      La réalité est peut-être un mélange des deux. Une explication de ce déni est proposée par Christel Seval :

      (Contact et impact)

  38. Bonsoir Olivier,

    Pour moi, comme je l’ai dit, la réalité ne peut définitivement pas être un mélange des deux. L’hypothèse extraterrestre montre tant d’incohérences qu’aucun mélange ne pourra la sauver.

    Je ne sais pas s’il vous sera facile de trouver un des livres de Michel Monnerie. Ils ont certainement eu moins de succès que les ouvrages qui défendent l’hypothèse extraterrestre, à laquelle le public préfère croire (ce pour quoi votre supposition qu’ « une forme d’ »auto-défense » mentale collective nous pousse à rejeter ce phénomène » me semble erronée). En tout cas, une recherche dans le catalogue des bibliothèques de la ville de Paris n’a rien donné. Par contre, on trouve « En soucoupes volantes » (titre de la deuxième édition de « soucoupes volantes et folklore ») de Bertrand Méheust à la réserve centrale (des bibliothèques de Paris). Mais aucun exemplaire de son premier, « Science-fiction et soucoupes volantes ». Mais si vous voulez, je peux vous en dire deux mots dans un prochain commentaire.

    Concernant ce monsieur Christel Seval dont vous joignez un extrait de la conférence, il n’a strictement rien à dire de nouveau ni d’original sur le sujet. Tout ce qu’il dit c’est ce qui se répète depuis des décennies dans les milieux croyants à l’hypothèse extraterrestre. 1) Qu’il y aurait un « déni » du phénomène OVNI par la société (tu parles ! la société elle ne raffole de rien tant que de tout ce qui possède un relent de mystère ; elle ne dénie rien du tout, elle y croit dur comme fer). 2) Qu’il y aurait un « anthropocentrisme » à penser que nous sommes seuls dans l’univers. D’abord, ceux qui pensent que nous sommes seuls dans l’univers sont vraiment une minorité. De plus, l’anthropocentrisme est en fait, comme je l’ai souligné plus haut, un éthnocentrisme, qui consiste à penser que tous les fantasmes occidentaux d’exploration de l’univers et de colonisation d’autres planètes seraient partagés par toute civilisation intelligente dans l’univers. 3) Qu’on ne les voit pas parce qu’ils ne le veulent pas. C’est encore une explication ad hoc qui ne repose sur rien. Que viendraient-ils faire sur Terre alors ? Nous filmer pour envoyer sur leur planète des sujets rigolos à passer dans leurs J.T. ? 4) Qu’il y aurait désinformation de la part de ceux qui savent. Et revoici la théorie du complot. 5) Qu’à cause de prétendus risques de réactions violentes, de révolution, les scientifiques pourraient s’opposer à la moindre révélation sur le sujet. En réalité, on a plutôt l’habitude de voir les scientifiques ne pas trop se soucier des possibles risques que leurs découvertes pourraient apporter à la société ou à l’environnement, ce serait vraiment très nouveau chez eux de s’inquiéter des éventuels traumatismes que pourraient causer ces révélations. Et de toute façon, il n’existe pas une entité homogène et soudée qui s’appelle « les scientifiques », et s’il avait pris l’envie à quelques uns d’entre eux de révéler ce qu’ils savaient, ils ne s’en seraient pas privés.

    • Pour ma part, ce n’est pas parce qu’il y a des incohérences qu’il faut « jeter le bébé avec l’eau du bain ».
      Entre le nombre de plaisantins, d’affabulateurs parfois honnête (!), de phénomènes naturels incompris, et de réelles hallucinations, n’y aurait-il pas la place pour de vrais phénomènes produits par un réel artefact ?

      Pour le point 1) : Non non non, il y a effectivement un déni de la population, non pas du phénomène lui-même mais de sa conséquence : il suffit pour cela d’en parler de vive voix à un groupe de personnes (bien hétérogène, par un groupe d’ufologues !) et de demander leur avis : nul n’osera clairement affirmer la présence – sur Terre ! – d’extraterrestres. Tout le monde accepte l’idée très très probable de l’existence de vie (primitive : bactéries…) sur d’autres planètes, mais pas qu’ils aient quelques millions d’années d’avance sur nous et puissent nous observer… Quelle chute de notre piédestal ! le roi des animaux terrestres, l’Homme, qui devance (et de loin !) toutes les autres créatures de la création (terrestre), ne serait qu’un infime écervelé par rapport à d’autres espèces externes ? Dur à avaler.

      Point 2) : Effectivement, les civilisations extérieures à la Terre sont peut-être parfaitement à l’aise sur leur planète, profitent de leur vie et n’ont aucune raison de venir nous voir, il n’y a aucune raison qu’elles veuillent nous rendre visite. Est-ce valable pour toutes ?

      Point 3) : Si notre niveau technologique/scientifique nous le permettait, je pense qu’il y aurait foule pour aller voir/visiter/découvrir/comprendre une autre planète/culture. Pourquoi pas l’inverse, sans ethnocentrisme exagéré ? Ou même… pour expérimenter, notamment au niveau de la communication

      Point 4) et 5) Ah non, non, siouplait, pas de gros mots genre « théorie du complot »…. 😉 Si cette information existe dans les très hautes sphères, tout au moins aux états-unis/Russie/Chine, ce n’est pas pour nos beaux yeux de roturiers qu’ils ne vont pas divulguer l’information ! Il s’agit exactement du même phénomène qui pousse un homme politique à « descendre » ses adversaires : pour garder le pouvoir. Pour garder « l’autorité scientifique ». Pour augmenter leur supériorité technologique militaire.
      Si toute la structure culturelle/religieuse d’une civilisation s’écroule, ils perdent leur légitimité (politique/religieuse/économique). Il y a des études à ce sujet : la société est basée sur un ensemble de croyances, de confiances, d’intérêts communs. Tout peut basculer sous l’effet d’un tel électrochoc.
      De plus, l’ego ultra-surdimensionné de nos élites (politiques/scientifiques), fait qui ne supporterait pas l’idée de ne plus être « au sommet de la pyramide ».
      En plus : même si cette information est « divulguée », elle est automatiquement décrédibilisée, elle « ne passe pas » dans les cerveaux : il n’y a qu’à voir comment les révélations en 2008 de l’ancien ministre de la défense du Canada, Paul Hellyer n’ont pas « accroché »… On lui a cherché des poux ensuite, au lieu de chercher si ses révélations étaient vraies ou non, car c’est ça le problème. On décrédibilise le personnage au lieu de parler du sujet lui-même. Si ce n’est pas du déni, alors je ne sais pas ce que c’est.

      Tout cela repose bien sûr sur des hypothèses ! ce ne sont qu’hypothèses, bien sûr. Mais elles me paraissent avoir un bon pourcentage de réalité.

  39. Très intéressant ce blog et tous ces commentaires.

    Et je rajouterai en suivant la même logique que s’il existe des milliards de milliards de galaxies, d’étoiles, de planètes, … il doit également exister des milliards de milliards d’univers parallèles au nôtre, ce qui augmente encore les chances que des vies extra terrestres existent.
    Mais un point qui n’est pas pris en compte, c’est que toute chose est éphémère même les univers comme nous le prouve le big bang. Et donc qu’il faudrait introduire la durée de vie moyenne d’une civilisation comme paramètre supplémentaire (paramètre sans doute impossible à quantifier vu notre peu de recul aux échelles dont il est question ici).

  40. .

    Prenons un élastique. Appliquons-lui une force de 100 grammes en tension et constatons qu’il s’allonge de 1 cm. Logiquement, si nous augmentons cette tension à 200 grammes, l’élastique doit s’allonger de 2 cm. À 300 grammes, l’allongement est de 3 cm. À 3 Kilogrammes, l’allongement est 30 cm. Et ainsi de suite. On doit alors pouvoir calculer l’allongement de l’élastique sous une tension de 300 tonnes, ou de 25 milliards de tonnes. Une simple règle de trois doit pouvoir nous donner l’allongement de l’élastique, sauf que sous de pareille tensions, l’élastique aura cassé depuis longtemps.

    Tout ça pour dire que oui, on peut avancer la chose suivante :

    « Le progrès technologique suit une croissance exponentielle »,

    mais qu’est-ce qui permet d’affirmer que cette croissance va durer des millions ou des milliards d’années ?

    .

    • Et cela pour un développement linéaire ! La zone de linéarité de l’élastique est plutôt réduite, pour la science ce doit être pareil ?

      Pour ma part, je pense que le progrès scientifique progresse plutôt par palier… et j’ai plutôt l’impression qu’on est en plein sur un palier depuis une quinzaine d’années ! Bien sûr ça bataille dans tous les sens dans beaucoup de directions, à ouvrir de nouvelles voies qui peuvent s’avérer des impasses, jusqu’à enfin trouver un chemin pour aboutir à un nouveau paradigme…
      Les outils mathématiques sont peut-être déjà disponibles, mais peut-être qu’il n’en est rien et qu’il va nous falloir encore quelques dizaines d’années – voire quelque centaines – avant d’être « débloqué » ?

      Et puis… comment mesure-t-on le progrès – technologique/scientifique – ?
      On compte le nombre de brevets ? de publications ? Quid de la réelle avancée de chaque publication, de sa pertinence ? Est-ce juste un approfondissement de certaines connaissances ou une réelle nouveauté ? (auquel cas il s’agit d’un progrès exponentiel des connaissances, plus facilement mesurable…)
      J’avoue que j’ai du mal à comprendre.

      • .

        Au-delà d’un certain horizon des événements, on ne peut rien voir ni prévoir. Tout ce qu’on dit de ce qui se passera à partir d’une date future établissant cet horizon sur l’enchaînement des causes et des effets n’est que pure spéculation.

        Il se peut qu’on invente un jour un élastique qui ne cassera jamais quelles que soient les charges qu’on lui appliquera en tension, mais il se peut tout aussi bien qu’on ne l’invente jamais.

        Il se peut que la progression technoscientifique continue de façon exponentielle, mais il se peut tout aussi bien qu’elle soit stoppée un jour définitivement.

        Il se peut que les extraterrestres soient parmi nous, mais il se peut tout aussi bien qu’il ne le soient pas.

        .

  41. Bonjour Olivier.

    Je reprends quelques unes de vos affirmations.
    1) Entre le nombre de plaisantins, d’affabulateurs parfois honnête (!), de phénomènes naturels incompris, et de réelles hallucinations, n’y aurait-il pas la place pour de vrais phénomènes produits par un réel artefact ?

    Si vous voulez, mais pourquoi placer les « hallucinations » (ou plutôt le rêve éveillé, c’est la théorie de Michel Monnerie) en dehors des « vrais phénomènes produits par un réel artefact » ? Il le dit très bien : le rêve éveillé, qui est alimenté par tout l’arrière-plan de l’imagerie de science-fiction qui coure depuis les années 30, est toujours déclenché par un phénomène réel, mais il faut se garder de confondre celui-ci avec ce qu’on a cru voir. J’aimerais vous citer une de ses analyses très éclairante sur cette question mais cela prendrait peut-être trop de place ici. Qu’il suffise de dire que cette analyse est celle de… son propre cas. En tant qu’ufologue, il a eu le courage de penser que ce qu’il avait vu correspondait de trop près avec ce qu’il avait envie de voir et que c’était donc suspect.

    2) Non non non, il y a effectivement un déni de la population, non pas du phénomène lui-même mais de sa conséquence : il suffit pour cela d’en parler de vive voix à un groupe de personnes (bien hétérogène, par un groupe d’ufologues !) et de demander leur avis : nul n’osera clairement affirmer la présence – sur Terre ! – d’extraterrestres. Tout le monde accepte l’idée très très probable de l’existence de vie (primitive : bactéries…) sur d’autres planètes, mais pas qu’ils aient quelques millions d’années d’avance sur nous et puissent nous observer… Quelle chute de notre piédestal ! le roi des animaux terrestres, l’Homme, qui devance (et de loin !) toutes les autres créatures de la création (terrestre), ne serait qu’un infime écervelé par rapport à d’autres espèces externes ? Dur à avaler.

    Je ne suis vraiment pas certain de ce que vous avancez ici. Il me faudrait un vrai sondage pour être un peu mieux convaincu. Mais il est vrai qu’ayant longtemps été un grand lecteur de science-fiction, j’ai sans doute pu me convaincre que ce genre d’idées était aussi facilement accepté par la majorité des gens qu’il l’était par moi et par les amateurs du genre.

    3) Effectivement, les civilisations extérieures à la Terre sont peut-être parfaitement à l’aise sur leur planète, profitent de leur vie et n’ont aucune raison de venir nous voir, il n’y a aucune raison qu’elles veuillent nous rendre visite. Est-ce valable pour toutes ?
    4) Si notre niveau technologique/scientifique nous le permettait, je pense qu’il y aurait foule pour aller voir/visiter/découvrir/comprendre une autre planète/culture. Pourquoi pas l’inverse, sans ethnocentrisme exagéré ? Ou même… pour expérimenter, notamment au niveau de la communication

    Ce que je conteste surtout ce n’est pas que d’autres civilisations puissent venir nous rendre visite, c’est qu’elles viendraient avec l’intention bien affirmée de ne pas prendre contact avec nous et de rester invisibles. Elles viendraient uniquement dans le but de nous étudier, en évitant autant que possible toute interaction, comme le font les éthologistes avec les animaux dont ils veulent étudier le comportement dans leur environnement naturel ? Certes, cela sonne plausible. Mais dans quel but alors viendraient-ils nous étudier, ou nous observer ? On a tout entendu en réponse à cette question : but uniquement scientifique ; préparation en vue d’une conquête de notre planète ; surveillance discrète en vue de nous empêcher de commettre une éventuelle gaffe irréparable, etc. Je veux bien tout ce qu’on veut, mais cela ressemble un peu trop à tout ce que j’ai pu lire dans la littérature de science-fiction pour que je le prenne vraiment au sérieux. Et puis aussi, cela ressemble un peu trop à nous-mêmes. Oui, si nous avions les moyens techniques et scientifiques d’aller visiter une autre planète habitée, nous le ferions avec en tête l’un ou l’autre, voire à la fois tous ces buts avouables ou inavouables. A partir de là, on peut soit penser qu’il est légitime de prêter les mêmes genres de buts à des extraterrestres, soit au contraire estimer que c’est une raison suffisante pour se méfier de cette idée. J’ai choisi la deuxième posture, mais je reconnais que je n’ai pas plus d’arguments en sa faveur que n’en ont pour la leur ceux de la posture inverse.

    6) Ah non, non, siouplait, pas de gros mots genre « théorie du complot »…. 😉 Si cette information existe dans les très hautes sphères, tout au moins aux états-unis/Russie/Chine, ce n’est pas pour nos beaux yeux de roturiers qu’ils ne vont pas divulguer l’information ! Il s’agit exactement du même phénomène qui pousse un homme politique à « descendre » ses adversaires : pour garder le pouvoir. Pour garder « l’autorité scientifique ». Pour augmenter leur supériorité technologique militaire.
    Si toute la structure culturelle/religieuse d’une civilisation s’écroule, ils perdent leur légitimité (politique/religieuse/économique). Il y a des études à ce sujet : la société est basée sur un ensemble de croyances, de confiances, d’intérêts communs. Tout peut basculer sous l’effet d’un tel électrochoc.

    Je veux bien, encore une fois, mais je ne peux m’empêcher de comparer avec le « phénomène » beaucoup plus avéré du réchauffement climatique. Tous les puissants ont le plus grand intérêt à nier que le réchauffement climatique soit d’origine anthropique, et ils ne se privent pas de semer le doute à ce sujet, mais malgré cela ils n’arrivent pas à empêcher que l’information scientifique honnête sur ce sujet se répande dans la société. Ils ne sont pourtant ni idiots ni dénués de moyens et savent bien qu’un moment viendra où « tout basculera sous l’effet d’un électrochoc ». Pourtant, l’information circule quand même. Il me semble donc que si présence extraterrestre sur terre il y avait, même si les puissants mettaient tout en œuvre pour empêcher l’information de se répandre, ils n’y parviendraient pas plus. Vous allez me dire que c’est bien ce qu’il se passe puisqu’il existe des témoignages qui circulent, ainsi qu’un certain corpus de connaissances à ce sujet. Mais tout de même, le degré de certitude ici est bien moins élevé que pour ce qui concerne le réchauffement climatique. Preuve que le processus de mise en doute fonctionne mieux dans ce cas ? Allez, si vous voulez (il est d’ailleurs possible que je fasse partie du complot).

    7) il n’y a qu’à voir comment les révélations en 2008 de l’ancien ministre de la défense du Canada, Paul Hellyer n’ont pas « accroché »… On lui a cherché des poux ensuite, au lieu de chercher si ses révélations étaient vraies ou non, car c’est ça le problème. On décrédibilise le personnage au lieu de parler du sujet lui-même. Si ce n’est pas du déni, alors je ne sais pas ce que c’est.

    J’ai lu la déclaration de Paul Hellyer. Vous dites que ses révélations n’ont pas « accroché ». Cela ne m’étonne pas. C’est toujours la même chose : il faudrait quelques preuves. Devant une affirmation banale et ordinaire on peut se contenter de preuves ordinaires. Mais devant une affirmation extraordinaire il faut des preuves extraordinaires. Dites-moi « hier j’ai trouvé une pièce de un Euro dans la rue », je veux bien vous croire sur parole. Dites-moi « hier j’ai trouvé un Picasso dans mon grenier », je demande à le voir. Lorsque l’ancien ministre de la Défense canadien dit dans une interview : « [des formes de vie extraterrestres intelligentes] visitent notre Terre depuis des milliers d’années et sont originaires d’Andromède, des Pléiades ou encore de Zeta Reticuli. On en dénombre pas moins de 80 espèces différentes et certaines nous ressemblent à s’y méprendre », je me pose quand même quelques questions sur son honnêteté intellectuelle ou sur son état mental. Il ne s’agit pas de déni mais juste de prudence face à une déclaration extraordinaire. J’ai au moins envie de lui demander d’où il sait tout cela et d’essayer de remonter la filière d’informations qui est parvenue jusqu’à lui car je suppose qu’il ne les tient pas directement des extraterrestres. Est-il prêt à répondre aux questions qu’on voudrait lui poser à ce sujet ? D’autre part, dans le contenu même de cette déclaration je trouve des éléments qui me font douter : les « 80 espèces différentes » et « certaines qui nous ressemblent à s’y méprendre ». Comme je le disais plus haut, décidément, c’est toute la Galaxie qui s’est donnée rendez-vous sur Terre ! Nous sommes bien les seuls à tout ignorer de l’existence d’autres civilisations dans l’univers ! Et en plus « certaines nous ressemblent à s’y méprendre » ! Sauf que le processus de l’évolution naturelle (qui ne peut pas être spécifique à la Terre) a très peu de chances de produire des êtres semblables à partir de souches qui évoluent indépendamment dans des environnements différents. Et puis encore « certaines viennent des Pléiades ». Sauf que l’âge de cet amas d’étoiles est estimé à 100 millions d’années. Insuffisant même pour que des planètes aient commencé à s’y former. Alors qu’une civilisation intelligente ait pu s’y développer, ce n’est même pas la peine de l’imaginer. Quant à Zeta Reticuli, il s’agit de ce système double d’étoiles qui est célèbre dans les anales de l’ufologie depuis l’affaire de Betty et Barney Hill en 1961, qui affirmèrent avoir été enlevés par des extra-terrestres. En 1964, Betty Hill a dessiné sous hypnose une carte qu’elle a affirmé avoir vu au cours de son enlèvement, montrant l’étoile de provenance des extraterrestres. Il s’agissait de l’une des étoiles de ce système. Il faut sans doute croire que, parmi les 80 civilisations extraterrestres, celle-ci a une importance particulière car il en est question bien souvent. Ce serait là que résiderait le Haut Commandement de l’Empire des Etoiles que ça ne m’étonnerait pas.

  42. @Henry Manguy
    Je sens beaucoup d’ironie à la fin de votre réponse ; vous jetez le bébé avec l’eau du bain….
    Inutile de ridiculiser le personnage de Paul Hellyer, il ‘agissait juste de se demander pourquoi un ancien ministre de la défense du canada fait ce genre de déclaration, quels qu’en soient la justesse des détails à propos desquels il a pu être abusé. Et de savoir d’où il tient ses informations, je suis bien d’accord. Serait-ce de la désinformation cachée, habile, pour continuer à discréditer ?

    Je reprends cette phrase :
    « En tant qu’ufologue, il a eu le courage de penser que ce qu’il avait vu correspondait de trop près avec ce qu’il avait envie de voir et que c’était donc suspect »… Ceci est très intéressant.

    Bien sûr, notre cerveau, face à quelque chose d’absolument nouveau, incongru voir « impossible » selon nos critères, va interpréter selon notre culture… un peu à la façon dont on devine des formes dans les nuages. Il va chercher dans la bibliothèque de nos connaissances ce qui s’y rapproche la plus, ou ce dont on rêverait…

    Mais alors quel était le phénomène initial ?
    Il y a des vidéos qui semblent bien vérifiées, attestant de phénomènes lumineux bien réels, comme dans le cas des lumières de Phoénix aux Etats-Unis.
    On a accès ici au phénomène initial…
    Selon la théorie socio-psychologique, qu’en penser ?

  43. Bonjour Olivier.

    Désolé pour l’ironie, mais vous avouerez que ce Monsieur Paul Hellyer fait tout pour la susciter. Personnellement je ne le connaissais pas avant que vous en parliez et je n’ai aucune raison de chercher à le discréditer. Je me contente de lire ses déclarations et je vois que ça ne tient pas debout. Non, il ne s’agit pas juste de se demander pourquoi un ancien ministre de la défense fait ce genre de déclarations. Bien sûr, on peut se le demander – et essayer d’y apporter une ou des réponses -, mais il faut déjà montrer ce qu’il y a de probablement erroné et d’assurément inepte dans ses propos plutôt que de prendre tout pour argent comptant. Paul Hellyer n’est pas le premier homme politique à tenir des propos étranges relatifs à des sujets scientifiques ou pseudo-scientifiques. Ça n’a rien d’étonnant lorsqu’on sait qu’ils sont tous relativement incultes en ces matières. J’ai lu également la transcription (dans une traduction googlienne assez approximative, mais bon) d’une interview télévisée qu’il a donnée le 30 décembre 2013 sur la chaîne Russia today. Il y a des choses intéressantes, comme par exemple le récit qu’il fait de sa propre observation d’ovni. Extrait :

    « J’ai vu un OVNI, à environ 120 miles au nord de Toronto, sur le lac Muskoka, où j’ai une maison. Il ya deux ans, à l’Action de grâces, qui est en octobre, ma femme a dit qu’elle voulait sortir et regarder les étoiles. Pourtant… je ne suis pas un homme de la nuit … mais j’ai mis ma casquette et je suis sortit avec elle et on a regardé dans le ciel de l’Est et elle a dit  » il ya une étoile  » et j’ai tourné dans l’autre sens et elle a dit,  » Oh, il ya beaucoup plus lumineux ici  » et nous avons regardé jusqu’à avoir le cou presque brisé pendant environ 20 minutes, et c’était vraiment un OVNI, car il pouvait changer de position dans le ciel par trois ou quatre degrés en trois ou quatre secondes. J’ai vérifié, il n’y avait pas de satellites qui pouvaient le faire, aucune station spatiale et il n’est pas possible de se déplacer aussi vite. De toute façon et il n’y avait pas d’autre explication, sauf que c’était la chose réelle. Deux jours plus tard, je suis descendu dans l’obscurité, j’ai mis un fauteuil confortable, et j’ai regardé. Il est revenu presque au même endroit pour me divertir aussi longtemps que je pouvais rester. Ensuite, je suis retourné à la maison, mais il était très intéressant car il tombait dans le ciel, puis il surgit de retour et il tournait de quelques degrés afin de faire un cercle et revenir à seulement une vitesse astronomique, leur vitesse est hallucinante. »

    J’ai préféré ne pas essayer de trop corriger la traduction, n’ayant pas le texte original sous les yeux, mais il est intéressant de rapprocher ce récit de celui fait par Michel Monnerie dans son livre “Et si les OVNIS n’existaient pas” à la page 72, et surtout de l’analyse qu’il en fait. Il s’agit de sa propre observation d’un OVNI. Après avoir rapporté l’observation, il écrit : « Ouvrir une fenêtre de nuit, pour l’astronome amateur [que je suis] est un moment agréable, l’esprit se libère et se prépare à passer à autre chose. Cet assoupissement du conscient, aussi court soit-il, suffit à l’inconscient pour prendre le dessus. En général il n’en a pas le temps, les sens, les fonctions logiques s’accrochent à quelque chose. Mais ce soir-là il pouvait dominer car je n’ai pas pu identifier immédiatement un point lumineux. Quand celui-ci s’est arrêté (pour une raison simple ou par une illusion), je n’étais plus maître du raisonnement car je ne pouvais plus le comparer à un modèle connu de mes perceptions. » On peut constater que les circonstances de cette observation d’OVNI sont très proches de celles que rapporte Paul Hellyer (c’est la nuit, on observe le ciel, l’esprit est relaxé, disponible à la rêverie, léger assoupissement de la conscience). Et ce sont des circonstances que l’on retrouve également dans une grande part des rapports d’observation d’OVNI.

    Plus loin dans l’interview, il dit des choses qui éveillent quelque peu ma curiosité :
    « Ils viennent de différents endroits. Pendant un long moment, je ne connaissais que ceux qui sont venus de différents systèmes stellaires – les Pléiades , Zeta Reticuli et plusieurs autres systèmes d’étoiles … mais dans les derniers mois, j’ai découvert que certains viennent de notre propre système solaire, et qu’il y a effectivement des extraterrestres qui vivent sur une planète appelée Andromedia, qui est l’une des lunes de Saturne et qu’il y en a d’autres sur Vénus et sur Mars et certains qui peuvent interagir entre eux – je soupçonne qu’ils font partie de ce qu’on appelle une «Fédération» ces gens ont des règles. Par exemple, l’une des règles est qu’ils n’interfèrent pas avec nos affaires à moins d’y avoir été invités – et c’est une des raisons, sans doute, pour laquelle nous n’avons pas vu plus d’entre eux, jusqu’à très récemment … »

    J’ai déjà dit plus haut ce qu’on pouvait penser de la possibilité d’existence d’une civilisation extraterrestre dans le système des Pléiades. Elle est égale à zéro. Sur Zeta Reticuli, qui est un système double, les astronomes ont détecté (non pas observé – à ces distances on ne peut que détecter la présence d’une planète par ses interactions avec son étoile) la présence d’un « Jupiter chaud » à proximité de l’une des deux étoiles. « Jupiter chaud » signifie une planète géante et gazeuse du type de Jupiter, mais dont la température est plus élevée du fait de sa proximité avec son étoile. La vie y est très probablement impossible. Bien sûr, ça ne préjuge pas de l’existence éventuelle d’une planète tellurique habitable et non encore détectée dans le système. Pour ce qui concerne la « lune de Saturne » nommée Andromédia, je n’en ai jamais entendu parler. On connaît une soixantaine de satellites de Saturne, dont plus d’une trentaine ne font pas plus de quelques kilomètres de diamètre, et sur quatre sites d’astronomie consultés sur Internet, aucun ne fait mention d’une lune de ce nom-là. En tout cas, il est peu probable qu’une espèce intelligente ait pu évoluer sur l’un ou l’autre des satellites de la planète aux anneaux, même les plus gros (Titan, Ganymède) de même que sur Vénus ou Mars. Mais peut-être veut-il dire que des extraterrestres venus d’un autre système stellaire ont établi des bases sur ces planètes. Evidemment, pourquoi pas ? Sur Vénus ils auraient d’ailleurs l’avantage d’être cachés par l’énorme épaisseur et l’opacité de l’atmosphère. Par contre, sur Mars il faudrait qu’ils se soient installés sous la surface car la planète a été largement observée par des sondes qui ne nous ont pour l’instant envoyé aucune photo où l’on distingue quelque construction artificielle que ce soit. On peut aussi penser que la NASA s’est bien gardée de les divulguer. Évidemment, évidemment…

    Autre extrait de l’interview :
    « Ils ne veulent pas nous dire comment gérer nos affaires, ils ont accepté le fait que c’est notre planète, et que nous avons le droit de la diriger, mais ils sont très très inquiets : ils ne pensent pas que nous sommes de bons intendants de notre planète, nous sommes là a couper nos forêts, nous polluons nos rivières et nos lacs, et nous rejetons des eaux usées dans les océans, et nous faisons toutes sortes de choses qui ne sont pas dignes de ce que de bon intendants doivent faire dans leur maisons. Ils n’aiment pas cela et ils nous l’ont dit très clairement. En fait, ils nous ont donné un avertissement. [Ils] pensent que nous sommes vraiment en train de ruiner notre planète et que quelque chose de terrible va arriver si nous ne changeons pas nos façons de procéder. Nous passons trop de temps à nous battre les uns les autres, nous dépensons trop d’argent sur les dépenses militaires, et pas assez sur l’alimentation des pauvres et de s’occuper des sans-abri et des malades, et que nous polluons nos eaux et de notre air et que nous jouons autour de ces armes exotiques, armes thermonucléaires et des armes atomiques, qui ont de tels effets dévastateurs sur terre et d’autres zones de Cosmos. Ils n’aiment pas cela et c’est la raison pour laquelle ils aimeraient travailler avec nous, pour nous enseigner de meilleures façons, mais seulement, je pense, avec notre consentement. Ils travaillent à travers des individus; ils essaient et choisir les personnes qui ne seront pas effrayés par eux, car ils peuvent vous faire assez peur. »

    On retrouve encore et toujours cette même histoire des extraterrestres inquiets de ce que nous faisons sur terre avec nos moyens techniques comme la bombe atomique, etc., qui courent depuis au moins la sortie du film “Le jour où la Terre s’arrêta”, c’est-à-dire depuis les années 50. Notons d’ailleurs qu’à cette époque les extraterrestres ne s’inquiétaient que de la bombe atomique. Leur science ne semblait pas encore leur permettre de déceler que nous étions entrés dans une période de réchauffement climatique probablement au moins aussi problématique. Aujourd’hui, étonnamment, « ils » en parlent. Bref ! On peut bien sûr imaginer qu’une civilisation extraterrestre s’inquiéterait si nous possédions des engins capables d’explorer l’univers lointain, mais ce n’est pas encore demain la veille. Mais qu’ils s’inquiètent parce que « nous rejetons des eaux usées dans nos océans », cela prête vraiment à rire. Quant à nos armes thermonucléaires qui auraient des effets dévastateurs sur d’autres zones du cosmos, c’est n’importe quoi. Même si nous faisions exploser tout l’arsenal atomique existant aujourd’hui, il n’y a que la Terre qui en souffrirait. Même nos propres satellites artificiels en orbite à 300 km d’altitude n’en seraient pas affectés.
    Et surtout, comment ne pas s’étonner de gens qui prétendent « vouloir nous enseigner de meilleures façons », mais seulement avec notre consentement, et qui pour cela, au lieu de chercher à rencontrer des dirigeants et des hommes de pouvoir (ou encore des scientifiques, des philosophes, des intellectuels, des journalistes…), ne se montrent qu’à des personnes apparemment rencontrées par hasard au détour d’un bois ou d’un champ de lavande à l’occasion d’une panne de soucoupe, personnes dont on mettra inévitablement le témoignage en doute et qui seront la plupart du temps l’objet de moqueries ou de suspicion ? J’espère que ce n’est pas faire preuve d’ethnocentrisme que de penser que la rationalité doit avoir comme caractéristique universelle un souci d’efficacité un peu plus affirmé.

    Et bien entendu on a droit au couplet sur « ce que nous devons aux extraterrestres » :
    « Ils sont à des années lumière d’avance sur nous, et nous avons appris beaucoup de choses d’eux. Beaucoup de choses que nous utilisons aujourd’hui, nous les avons d’eux, vous savez – les led et les puces et les gilets en Kevlar et toutes sortes de choses que nous avons obtenu de leur technologie… »

    Il faut quand même rester sérieux. Les sciences et les techniques ont une histoire, qu’on peut retracer. Il n’est pas vrai que les diodes électroluminescentes, les puces électroniques ou le Kevlar soient arrivés comme ça, tombés du ciel ou d’une soucoupe volante. On peut retracer l’histoire de leur conception, souvent assez longue, qui ne date pas des premières apparitions d’OVNIS. Il est quand même assez étonnant qu’à l’heure d’Internet on puisse prendre pour argent comptant de telles affabulations. Je ne suis pas un historien des sciences et des techniques ni un acharné de la navigation sur Internet mais il ne m’a pourtant pas fallu longtemps pour trouver sur la toile trois sites qui montrent que l’histoire de ces innovations est parfaitement connue, remonte parfois à des dizaines d’années en arrière et n’a rien à voir avec quelque révélation venue des étoiles. Le cas du Kevlar peut sembler relever de ce mythe car il est vrai qu’il a été découvert accidentellement, mais c’était dans le cadre d’une entreprise (Dupont de Nemours) spécialisée dans la chimie, à laquelle on devait déjà l’invention du nylon, et la découverte a été faite par une femme (Stephanie Kwolek) qui avait déjà plusieurs inventions à son actif dans cette société. Les découvertes « par accident » ne sont pas rares et elles ne doivent rien à la science extraterrestre.

    Un peu plus loin dans l’interview, la journaliste pose une question intéressante (mais ses questions sont toutes intéressantes) :
    SS : Pourtant, je pense en moi : s’ils sont ici depuis si longtemps que vous le dites, et s’ils sont intéressés à aider l’humanité, comme vous le dites, pourquoi notre monde est un tel gâchis ? Si vous voulez aider quelqu’un, vous venez aider quelqu’un, vous n’allez pas attendre que ce quelqu’un vous invite à l’aider, non ?
    On peut en effet se demander quelle est l’efficacité de ces anges gardiens qui veulent nous aider lorsqu’on voit l’état dramatique dans lequel le monde s’enfonce de plus en plus. Et comment répond-il, notre ancien ministre de la Défense canadien ? En disant que « le Cosmos est basé sur le libre arbitre », qu’il nous laisse la liberté de faire de mauvais choix… Comme Dieu, quoi. Voilà : les extraterrestres remplacent Dieu. Je ne révèle pas une grande découverte en disant cela, c’est une analyse faite depuis des décennies par des philosophes, des psychologues et des sociologues. Mais ce brave Monsieur Hellyer n’a certainement jamais lu d’ouvrage de philosophie, de psychologie ni de sociologie. Ce n’est pas une découverte non plus que les hommes politiques sont pour la plupart totalement incultes.

    • Désolé de répondre si tard….
      Au fait, je tiens à préciser que si je poste une vidéo, cela ne signifie pas que j’adhère totalement au contenu ! 🙂 C’est une base de discussion.

      Admettons que les ET n’existent pas ou sont trop loin pour nous rendre visite, à jamais.

      Alors, que sont les lumières de Phénix ? Observées et filmées par des milliers de personnes ?
      Il y a là des films incontestables car multiples, datant de 1997 avant que le « tout numérique » rendent les trucages disponibles à tout un chacun. Des milliers de témoins de tous âges, de tout niveau.
      Il ne s’agit donc pas d’hallucinations, de visions de ce que l’on veut voir. C’est enregistré sur bande, et numérisé.
      Je suis septique sur l’interprétation exagérée de l’effet socio-psychologique.
      (tout comme pour le phénomène de Fatimà au Portugal : 70 000 témoins, dont bon nombre de septiques athées/agnostiques venus pour démonter le phénomène qui se disait religieux à l’époque).
      Sincèrement, si quelqu’un a un éclairage à ce sujet n’utilisant pas l’hypothèse ET, je suis preneur.
      Je bloque à ce point du raisonnement, je ne sais aller plus loin. Activité paranormale ? Création commune de l’esprit des habitants de Phénix ? Défaut identique des supports d’enregistrement vidéo utilisés ??? Je bute.

      Admettons maintenant que les ET existent et nous rendent visite, par des moyens encore totalement inconnus et incompréhensibles par nos pauvres cerveaux.

      Vont-ils débarquer comme dans independance day, avec leurs gros vaisseaux au dessus des principales villes, venir serrer une pince à Obama, Poutine, Xi Jinping…Hollande ? Et quel ordre choisir sans irriter les autres pays ? à l’ONU alors ? sachant le peu de représentativité réelle de cet organisme ?
      Et puis c’est sans compter la frousse qu’ils nous ficheraient à débarquer comme ça ! Oups, sont-ils gentils, méchants, roublards, vicieux ? C’est quoi cette façon d’atterrir (ou de rester en lévitation à 100km du sol) et d’empiéter sur notre planète sans notre autorisation ? Sûr qu’il y aurait du grabuge, surtout au vu de la sauce hollywoodienne qu’on nous sert…

      Ou bien vont-ils plutôt d’abord nous « étudier » discrètement pendant quelques temps histoire de voir à qui ils ont affaire et comment gérer le contact ?
      C’est à mon avis plutôt ainsi que ça se passerait : on examine, on jauge le niveau de dangerosité des peuples, on essaie de comprendre leur organisation. Et là, problème : nous n’avons aucune unicité terrestre, aucune stabilité politique mondiale, alors… Qui contacter en premier ? Qui aider ? avec quel risque de déstabilisation d’un ensemble déjà très fragile ?
      Franchement ce n’est pas évident.
      Aider, oui, mais si l’organisation politique est foireuse comme c’est le cas sur Terre, l’aide technologique va aller sans conteste aux… 1% dont on parle beaucoup ces derniers temps. Voire aux 0,1%. Accentuation des problème de la planète ! Car les principaux problèmes sont d’ordre politique, nous n’avons pas besoin d’aide technologique supplémentaire pour résoudre les problèmes économiques, écologiques et énergétiques, au contraire : une aide technologique mal évaluée risquerait plutôt de nous aider à nous exterminer mutuellement, car immédiatement récupérée par les militaires.
      Comment faire alors ?
      Est-ce seulement possible sans prendre le contrôle des élites ?

      Si certains d’entre nous les ont choisis en remplacement de nos dieux, c’est juste leur construction, et il n’y a aucune corrélation avec l’existence ou non des extraterrestres. L’Homme a créé des dieux, il s’invente maintenant des races extraterrestres, mais ce n’est ni une preuve ni une réfutation de l’existence de l’un ou de l’autre.

      Vous dites : « On peut en effet se demander quelle est l’efficacité de ces anges gardiens qui veulent nous aider lorsqu’on voit l’état dramatique dans lequel le monde s’enfonce de plus en plus »

      Si certains pleurent de ne pas être aidés, du type « voici un appareil à onde pulsé blabla, passez-vous ça sur le corps et votre cancer est guéri. Voici les plans de montage, faites-nous confiance, ça marche. »
      Non mais ce serait une vraie blague.
      Un ingénieur actuel qui voudrait aider un alchimiste du moyen-âge, que ferait-il ? Lui donnerait-il le tableau de Medeleiev ou lui disant que son système Terre/air/feu c’est trop naze ?
      Lui donnerait-il la formule du caoutchouc synthétique, du nylon ? de la dynamite, tiens c’est une bonne idée pour que la France écrase rapidement ses voisins européens.
      Non, il l’orienterait vers les idées de conservation et de transformation de la matière, ou ce genre de chose. Instiller les idées novatrices et productrices. Voilà la seule façon constructive d’aider, je pense.

      C’est peut-être ainsi que cela se passe, si ça se passe.
      Et donc on n’est pas forcément au courant !
      Et le contact attendra que les terriens aient grandi un peu et sachent se comporter convenablement avec leurs voisins. Qu’on ait atteint une stabilité sociale mondiale suffisante.
      C’est pas demain !

      Et si certains pensent que cette vision est angélique et qu’au contraire les ET veulent nous coloniser ou ce genre de chose, alors s’ils sont capables de traverser des années-lumière pour nous rendre visite, c’est qu’ils possèdent les moyens technologiques et énergétiques pour nous exterminer en un tour de main. On ne serait pas là pour en parler, à mon avis…

      • Les lumières de Phénix sont d’origine humaine; tout comme les cercles de culture (crop circle). Ensuite, une espèce supérieure ne se cache jamais, au contraire des inférieures ce qui exclut l’existence d’extraterrestres sur Terre. Par contre, que la Vie existe ailleurs dans l’Univers, cela est une certitude. Mais là encore, on ne peut prétendre à ce qu’elle soit similaire à la Vie sur Terre. On confond la biologie et la technologie qui n’évolue pas du tout de la même manière. La technologie en terme de progrès, par rapport à la biologie, est un météore ; car son évolution est si rapide qu’elle compromet déjà l’adaptation naturelle humaine en la conduisant à un transhumanisme inévitable. Ce que la civilisation a commencé, la technologie achèvera c’est-à-dire faire de l’homme, un dégénéré.

        Bien à vous…

      • .

        Lorsque j’ai vu pour la première fois les lumières de Phœnix, ce qui m’est venu à l’esprit, ça n’a pas été les extra-terrestres pour raison d’impossibilité d’explication autre que ça.

        Ça a été de constater que les militaires américains étaient en train de mettre à l’épreuve une technique nouvelle visant la mise au point d’une tactique déjà bien connue de toutes les armées de l’air.

        Cette tactique a été utilisée par l’US Air Force pendant la guerre du Viet Nam. Elle a été utilisée aussi par la Força Aérea Argentina pendant la guerre des Malouines. Il est probable à 99,999 % qu’elle ait été également utilisée lors des guerres du Koweït, de l’Irak et de l’Afghanistan.

        Cette tactique consiste à attirer l’attention de l’ennemi sur un espace aérien bien précis pendant qu’une attaque se prépare à partir d’un autre espace aérien tenu ignoré de l’ennemi jusqu’au moment où la frappe a lieu par surprise totale.

        L’exemple le plus simple à expliquer et à comprendre, c’est celui de la Força Aérea Argentina pendant la guerre des Malouines.

        Lors du coulage du navire de guerre HMS Sheffield britannique au moyen d’un missile Exocet tiré par un avion Étendard argentin, il n’y avait pas qu’un seul Étendard en opération, mais deux. L’avion Étendard tireur de l’Exocet volait à raz des flots, sous la couverture radar du HMS Sheffield et donc invisible et indétectable par les Britanniques, tandis que l’autre avion volait à haute altitude et à distance respectable dans le seul but de se faire détecter par le radar du navire britannique et donc de signaler à ce second avion sa position exacte, information qui était immédiatement transmise à l’autre avion et donc à l’Exocet, qui n’avait plus qu’à être lâché pour trouver sa proie et la couler sans risquer de faillir.

        Aujourd’hui, une armée de l’air bien équipée peut envoyer la nuit des drones assez lumineux pour attirer l’attention du moindre snipper qui se servira de son arme pour tirer dessus et révéler automatiquement sa position, qui pourra recevoir un tout petit missile pouvant tout exploser dans une sphère de 3 mètres cubes. Une bonne cinquantaine de snippers peuvent être ainsi mis hors d’état de nuire en une seule opération nocturne.

        Pour revenir aux lumières de Phœnix, remarquons que personne, absolument personne n’a eu l’idée de regarder, de voir, d’écouter et encore moins de filmer ce qui se passait (peut-être) ailleurs dans le ciel …

        .

  44. .

    Petite remarque, en passant :

    Il s’est construit au fil du temps un phénomène psychologique assez surprenant autour du terme OVNI.

    Que signifie ce terme ? Réponse : Objet volant non identifié.

    Et qu’est-ce que c’est, aujourd’hui, pour l’ufologue « moyen », un OVNI ? Réponse : Un vaisseau spatial construit par des extraterrestres dont la technologie dépasse l’entendement.

    Pour l’ufologue « moyen », L’OVNI n’est plus quelque chose dont nous ignorons par définition la nature, mais quelque chose dont il est possible d’affirmer le plus sérieusement du monde que si nous ne savons pas ce que c’est, alors nous le savons !

    Et ça, si ça concerne la science, ça ne concerne ni la théorie ni la pratique de la physique classique ou moderne, mais la théorie et la pratique neuronale de la cognition …

    .

  45. Salut Kristen.

    La philosophie ne m’intéresse pas ou ne m’intéresse plus beaucoup dans son ensemble, et seul le volet matérialiste radical de la philosophie a l’heur de continuer à me plaire, car il s’accorde bien à la science, qui en fout chaque jour un bon coup dans l’aile de tous les délires philosophiques de la clique des penseurs du je ne sais quoi et du presque rien, de la pensée se pensant elle-même, de l’être étant et de l’essence du là, du ça, du dasein et de tout ce qui enfume l’esprit pour faire plusssse intelligent.

    La science a bien plus de valeur.

    Les experts en philosophie institutionnelle sont devenus des gestionnaires de morts célèbres ou à la rigueur des historiens. Ils ne sont plus des penseurs.

    La pensée, aujourd’hui, c’est la science qui s’en occupe le mieux.

    .

    Pardon pour la digression …

    .

  46. @Kristen Chaman

    « Les lumières de Phénix sont d’origine humaine ».
    Pourrais-je avoir quelques explications ?

    « Une espèce supérieure ne se cache jamais ».
    Vrai pour les animaux. Les lions ne se cachent pas (encore que, pour chasser…) Oui mais là on parle « d’espèces intelligentes » qui ont su régler leur problèmes démographiques/économiques/écologiques planétaire et traverser quelques dizaines d’année-lumière, donc je doute que ce principe reste valable…

    Mais vous m’inquiétez à être si affirmatif. Y a-t-il de la place pour le doute ?

    • Il n’y a pas d’espèces inintelligentes, car ils n’existent que des degrés de cognition propre aux espèces, puis aux individus, en plus de l’instinct que Nietzsche définissait ainsi : « Parmi toutes les variétés de l’intelligence découvertes jusqu’à présent, l’instinct est, de toutes, la plus intelligente. »

      Soyons un peu rigoureux, voulez-vous ? En envoyant Curiosity sur Mars, nous sommes nous souciés d’être discrets ? Non ! Eh bien ! si des extraterrestres surveillaient ou étaient déjà sur la Terre, ils procéderaient avec la même indiscrétion ; toutefois, en considérant que la Terre puisse avoir quelques intérêts pour eux. Maintenant, si vous croyez qu’avec un milliard d’années supplémentaires de technologie avancée, on arriverait à voyager à la vitesse de la lumière, et surtout à la dépasser, alors là, vous rêvez ! Un organisme est limité par sa constitution, et même un extrêmophile est inapte au voyage sidéral ; alors, dites-moi qu’elle pourrait-être la constitution organique de ces extraterrestres ?

      Bien sûr ! le doute est là, puisque le futur est insondable. Néanmoins, le futur proche dépend étroitement des processus naturels et de nos choix sociétaux. En général, on voit au devant de nous ; mais avec une vision élargie, des probables apparaissent. et chacun d’eux dépend de la direction choisie. Et le probable gagnant, pour le siècle prochain, si l’état actuel perdure, est l’avènement du transhumanisme.

      Bien à vous…

      • .

        Lu et approuvé.

        (surtout si tu convoques Nietzsche à la barre des témoins …)

        .

      • Soyons un peu rigoureux ? Merci du compliment (je rappelle qu’on est en pleine spéculation sur les ET).

        Ma question était : quelles sont les preuves de l’origine terrestre des lumières de Phénix qui sous-tend votre affirmation ?

        Pour le voyage intersidéral, des idées existent, et bien sûr on ne voyage pas en jeans-/T-shirt mais dans un vaisseau qui, moyennant un champ électro-magnétique, pourrait dévier les particules solaires, les radiations pour protéger des occupants. Inutile d’être extrêmophile. On peut aussi envoyer des robots, le cas échéant. Les « ovni » ne sont peut-être que des drones sans pilote.
        Peut-être que dans un peu moins d’un milliard d’année, disons 10 ou 20 ans maximum, une théorie permettant d’envisager les voyages intersidéraux sera validée par l’expérience. Elle est peut-être déjà en « formation » dans les meilleurs cerveaux et dans certains labo.

        Bien sûr, même une fleur est intelligente de part sa stratégie de survie et de reproduction.
        Ce n’est pas la question. Il y a plus de conscience de ses actes chez un être humain que chez une souris. On peut imaginer qu’une civilisation avec 1 million d’année d’avance aura bien progressé dans ce domaine, pour éviter d’avoir envie de s’étaler sur une planète sans prendre gare à ses occupants.

        Nous n’avons pas la capacité d’être discret sur Mars : on a déjà un mal fou à y poser une sonde sans la détruire. La discrétion, ce sera pour plus tard. Et force est de constater qu’on y a réveillé personne !

  47. je suis entièrement d’accord de répondre de façon scientifique sur la question car l’humanité doit le savoir que les extraterrestre existent belle bien, en effet, si nous pouvons utilisé la loi des affinités en assimilant notre système solaire à un pays comme la REPUBLIQUE DU CONGO qui comprend 11 départements et vu que je suis à Pointe-Noire et je n’ai jamais peut-être voyager dans d’autres départements je devrais affirmer avec conviction que le seul département habité est POINTE-NOIRE ce qui ne peut être vrai car si je veut me rendre compte les autres départements sont habités je devrais fournir des effort pour y arrivé un jour.je convaincu sur l’existence des extraterrestres des civilisations intelligentes dans notre univers car le créateur ne pouvait pas créer tout ce cosmos pour rien; pour vous éclairer je vais donner en détail la grandeur de l’univers en commençant par la planète jusqu’au super amas

    NOUS SOMMES SUR UNE PLANETE LA TERRE

    LA TERRE EST DANS UN SYSTEME SOLAIRE DE DOUZES PLANETES NOMME HL12

    NOTRE SYSTEME SOLAIRE EST DANS UNE CONSTELLATION DE SIX MILLE (6 000 ) SYSTEME SOLAIRES NOMME TAUREAU

    NOTRE CONSTELLATION EST DANS UNE GALAXIE DE QUATRE VINGT TROIS MILLIONS(83 000 000) DE CONSTELLATIONS NOMME SIRIUS

    NOTRE GALAXIE EST DANS UN AMAS DE UN MILLION CINQ CENT MILLE (1 500 000) GALAXIE NOMME LA VIERGE

    ET NOTRE AMAS EST DANS UN SUPER AMAS DE UN MILLION D’AMAS ET IL EXISTE DES MILLIONS DES SUPER AMAS DANS LE COSMOS

    à ce titre dire que seul la planète terre est habité est un leurre et je soutient le mouvement du CIEL A LA TERRE D’ EGIENIO SIRAGUSA qui est parmi les grand hommes disant que nous ne sommes pas seul dans l’univers
    plusieurs personnes ont soutenu cette thèse mais le commun de mortel leur demande des preuves mais on ignore que « LA PREUVE N’EST PAS LE MOYEN D’ENNONCER UN THEOREME MAIS DE CONFIRMER CELUI-CI » PAR EXEMPLE LE THEOREME DE PYTHAGORE DIT

    LE CARRE DE L’HYPOTHENUS= A LA SOMME DES CARRES DES COTES OPPOSES ET ADJACENT CECI EST CONFIRME PAR CE QUE SIN90°=0

    DONC TOUT HOMME QUI PENSE QUE IL LUI FAUT DES PREUVES IL SE STAGNE LUI MEME DANS LE COUR DE SON EVOLUTION CAR IL EST LUI MEME PROCHE DE SA DEMONSTRATION POUR TROUVER LES PREUVES EN COMMENCANT A SIMILE LUI MEME A NOTRE UNIVERS EN CONSIDERANT LES ORGANES DE SON CORPS A DES PLANETTES POUVONS NOUS DIRE SEUL DANS NOTRE ORGANISME LE SYSTEME CERNEUX QUI CONTIENT LES CELULLES ET PAS LES AUTRES ORGANES

    IL EST EN EFFET CLAIR QUE LES EXTRATRRESTYRES EXISTENT ET NOUS VISITES TOUS LES JOURS DEPUIS DES TEMPS DANS TOUS LES CONTINENTS

    • Les majuscules c’est comme crier. C’est l’argument qu’on utilise quand on en plus d’autre…

      « je vais donner en détail la grandeur de l’univers » : non, vous n’en avez aucune idée. Vous n’avez que mentionné que des grains de sable, pas les distances entre les grains de sable. Et il y a un théorème aussi bien démontré que celui de Pythagore (en fait encore mieux, car Pythagore n’est pas valable dans un espace courbe alors que la relativité si) : rien ne voyage plus vite que la lumière.

      Donc « vous êtes convaincu », « car le créateur ne pouvait pas … » (Blasphème ! le Créateur fait ce qu’il veut, y compris des Conneries si Il veut) et « il est clair que », rien que pour vous et quelques allumés.

      Ici vous êtes sur un blog scientifique et on veut des résultats expérimentaux reproductibles. C’est comme ça qu’on appelle ce que vous appelez des preuves. On en veut parce que chaque fois qu’on a fait des raisonnements comme le vôtre (la terre doit être plate, le Soleil doit nous tourner autour, nous sommes les êtres les plus évolués etc.) CHAQUE FOIS ON S’EST PLANTES 🙂

      • Goulu, tu dis :

        « Ici vous êtes sur un blog scientifique et on veut des résultats expérimentaux reproductibles. C’est comme ça qu’on appelle ce que vous appelez des preuves »

        Cela m’amène à faire remarquer (loin de tout esprit de contradiction stérile) que tout un secteur de la cosmologie scientifique est construit sans aucune possibilité de reproductibilité expérimentale, mais sur tout un éventail de déductions certes intelligentes et scientifiques (les deux vont toujours ensemble), mais cependant invérifiables et improuvables. Le principe philosophique du réfutationnisme poppérien en prend d’ailleurs un bon coup dans l’aile, avec la cosmologie scientifique.

        Pardon pour la digression …

        .

    • .

      Personne de sensé ne pourra jamais avancer qu’il n’y a que la Terre pour pouvoir abriter la vie intelligente.

      La question qui nous occupe ici, c’est de savoir où ils sont.

      Or, si l’on peut affirmer qu’ils sont parmi nous grâce à une technologie dépassant l’entendement, on peut tout aussi bien affirmer qu’ils ne le sont pas grâce aussi à une technologie dépassant l’entendement au point que nous ne somme pour eux qu’un nid de microbes sans aucun intérêt.

      .

  48. CHAMAN tu a raison l’homme de la terre est inapte a un voyage sidéral mais pas un extraterrestre qui a une constitution physique différent a nous les terriens aussi pour arriver a faire ce voyage on peut aussi dire que la constitution physique n’est pas le problème le problème c’est d’abord le vouloir et apprendre à entrer en contact avec les extraterrestres car je sais ainsi que vous même que bon nombre certainement de tes ancêtres ont être en contact avec les extraterrestre heureux vous qui appartiennent je suppose a des races évolues ceci est dit pas avec une pensée distinctive du racisme mais je fais allusion à la réalité je m’excuse du mal que cela peut provoquer à certaines personnes; nous aussi les noirs nous avons commencer sur cette voie qui est fondamentale à l’évolution d’une race et ces habitants.

    il ne nous faut pas 1 milliard années pour arriver a concevoir les appareils qui se déplaceront à la vitèsse de la lumière il nous suffit de fournir seulement un peu plus d’effort comme ce qui se fait aujourd’hui aux ETATS UNIS dans la ZONE 51 AVEC L’aide des extraterrestres nous sommes en train mettre au point une soucoupe volante le jour que cela prendra fin nous aurions déjà atteint ce que vous croyez que nous atteindrons dans un milliard années faux car rien n’est impossible à l’homme

  49. À Bartel :

    Je pense que la question que tu soulèves très indirectement avec le racisme que tu veux cependant éviter peut parfaitement s’insérer dans le débat qui nous occupe ici.

    Qui sait si le paternalisme colonialiste associé au fascisme et au nazisme de l’histoire terrestre relativement récente n’est pas en train de se reproduire avec les extraterrestres dans le rôle des colonialistes-racistes ?

    Nous voyons bien qu’il existe aujourd’hui sur l’ensemble du monde une nouvelle xénophobie, une nouvelle discrimination et un nouveau racisme révélé par le totalitarisme de l’incommunicabilité culturelle, intellectuelle et matérielle entre les riches d’une part et les pauvres d’autre part, sans distinction de race ni de culture, ce qui est tout à fait nouveau.

    Mais nous constatons aussi que l’embryon d’une lumière au bout du tunnel se matérialise avec certains milliardaires assez intelligents pour se rendre compte du malheur qu’ils créent, et qui se rendent compte aussi qu’il peuvent faire quelque chose pour enrayer la chose.

    Je pense notamment au Fond Bill & Melinda Gates, dont le budget est aujourd’hui équivalent à celui de l’Organisation mondiale de la santé. Je pense aux 40 milliardaires qui se sont engagés à léguer la moitié de leur fortune à des œuvres s’occupant d’éducation et de santé auprès des plus démunis de la planète.

    Si nous faisons alors comme d’habitude en projetant sur les possibles extraterrestres tout ce que nous, terrestres, rattachons au Bien et au Mal, alors il est possible de penser que ces extraterrestres nous veulent tout le mal du monde en visant à nous transformer par exemple en charcuterie destinée à leur gastronomie personnelle, ou qu’il nous veulent au contraire tout le bien du monde en cherchant peut-être à nous élever à leur propre niveau de sagesse peut-être infinie. Qui sait ?

    Qui vivra verra …

    .

  50. c’est docteur je n’ai fait que parler des grains de sables mais vous pouvez admettre que l’univers est tellement immense et que si nous affirmons que seul la terre est habité cela n’a pas de sens je reviendrais toujours dans une simulations qui est très familière pour mois c’est d’assimiler l’univers à un quartier dans votre quartier il ne peut pas y avoir que votre maison ou vivent les personnes et toutes les autres maisons construites autour de la votre ne sont la que pour orner le quartier vu que je sais que cela ne peut être vrais donc il est a comprendre que dans notre système solaire je suis convaincu que les 12 planètes sont refroidi et habités d’où l’existence d’une vie extraterrestre

    la grandeur de l’univers on le connait on peut le déterminer mais au finish il reste a savoir si avec les chiffres de la terre nous pourrons lire ces chiffres que cela nous donne si nous prenons PAR EXEMPLE

    LA DISTANCE ENTRE DEUX GALAXIE EST DE 200 000 ANNEE LUMIERE ET NOTRE AMAS LA VIERGE COMPREND 1 500 000 GALAXIE D’OU LA GRANDEUR DE NOTRE AMAS EST

    200 000AL*1 500 000=

    1AL=10 000 000 000 000KM=10 PUISSANCE 13KM=10 PUISSANCE15M

    DESOLE JE N’AI PAS UNE GRANDE MAIRISE DE L’INFORMATIQUE POUR METTRE LES EXPOSANTS

    RIEN QUE AVEC L’EXEMPLE DE L’AMAS LE CALCUL SEMBLE IMPOSSIBLE CAR LE CHIFFR OBTENU EST TRES LONG SI JE CONNAISSAIS LA DISTANCE ENTRE DEUX SUPER AMAS JE PRENDRAIS CET EXEMPLE mais il est vrai ceci n’est rien au coté de l’espace vide qu’on ne peut pas mesurer

    vive la conquête à la vie extraterrestre je souhaiterais aussi avoir des contact avec toutes les personnes qui ont des informations sur les extraterrestres des expériences tels qu’ils soient

    • Le mètre n’a aucune signification l’échelle de l’Univers, ne vous fatiguez pas avec les exposants de votre calculatrice. La distance entre galaxies se compte par millions d’année lumière (2.2 jusqu’à Andromède) C’est une bonne mesure. Des ET peuvent surpuissants peuvent le faire en 4 de nos années ( voir http://www.drgoulu.com/2004/08/09/acceleration/ ) mais quand ils retournent chez eux, leur espèce est éteinte. Donc ils ne retournent pas, ils envahissent pour étendre leur empire, forcés par le principe de saturation cubique ( http://www.drgoulu.com/1999/10/24/psc/ )
      Et comme ils ne nous ont pas envahis, ils ne sont pas venus. CQFD.

      Donc soit ils n’existent pas, soit le voyage intersidéral est beaucoup plus complexe que nous l’imaginons. Pardon, que VOUS l’imaginez. C’est « Le Grand Filtre » : http://www.drgoulu.com/2012/12/28/le-grand-filtre/

  51. je m’excuse une fois de plus Messieurs je crois que j’ai déplace le débat en parlant sur les races ainsi je souhaite avoir des échanges sur un débat bien précis qui est l’existence des extraterrestres oublions mon erreur je vous en prie l’affaire rationnelle reste sur les extraterrestres j’admire ce débat et je veut apprendre a travers tous les internautes qui sont connecter a ce réseau je ne suis qu’un être humain limité par la connaissance

  52. Bonjour Olivier.

    Je vois que vous ne désarmez pas. A chaque réfutation que je propose, vous voulez bien admettre que “vous n’adhérez pas forcément aux arguments que vous présentez”, mais immédiatement après vous balancez un nouveau cas qui, selon vous, devrait être plus difficile à expliquer sans faire appel à l’hypothèse E.T. Alors moi, têtu, je vais chercher des infos sur Internet (c’est fait pour ça), et j’en trouve. Pour les “lumières de Phoenix”, j’en ai trouvé notamment sur le site ufo-scepticisme. Voici le lien d’une page qui présente la traduction d’un rapport sur le cas : http://ufo-scepticisme.forumactif.com/t1590-les-lumieres-de-phoenix-arizona-13-mars-1997 .
    J’en reproduis ici la conclusion :

    « L’analyse qui précède montre que, à tout le moins, les données de triangulation suggèrent des fusées à haute altitude et grande distance. Celles-ci ne peuvent pas être exclues en tant que sources probables des lumières à moins qu’il existe des données très convaincantes d’une autre sorte dont l’auteur n’a pas connaissance. En fait, l’explication la plus parcimonieuse pour ces lumières est qu’elles étaient des fusées éclairantes (comme nous l’avons indiqué pour les lumières du 13 Mars 1997 par la Garde nationale du Maryland). Cette analyse est donc compatible avec celle que la Société Cognitech (Dr. Leonid Rudin) a fait pour le documentaire du Discovery Channel (novembre 1997). Elle est également compatible avec l’analyse du Dr. Paul Scowen, professeur d’astronomie à l’ASU, tel que rapporté par l’auteur Tony Ortega dans le journal “New Times” de Phoenix, 5-11 mars 1998, qui montrait que les lumières étaient plus éloignées que les sommets des montagnes dans la vidéo K. Dans cet article de journal l’auteur a aussi indiqué qu’un “officier de la Garde Nationale de l’Arizona, le capitaine Eileen Benz, avait déterminé que les fusées avaient été lâchées à 22 heures au dessus de la chaîne de North Tac, 30 miles au sud-ouest de Phoenix à une altitude anormalement élevé de 15000 pieds.” A part la distance indiquée, qui devrait être plutôt de 60 miles (jusqu’à 100 miles), cette déclaration est conforme à l’analyse présentée ici.

    Toute observation future de lumières semblables devrait être documentée de manière aussi approfondie que possible en termes de durée, direction et observation d’autant de positions différentes de témoins que possible. (Les témoins devraient s’appeler l’un l’autre pour corroborer leurs observations.) Si possible, il serait souhaitable d’obtenir des photographies et des vidéos de fusées éclairantes de l’Air Force, à la fois de près (moins de 5 miles) et de loin (plus de 60 miles) au même moment afin qu’il n’y ait aucune possibilité d’erreur d’identification. Les résultats de ces observations pourraient être comparés avec les vidéos discutées ici pour confirmer ou infirmer l’idée que le 13 mars et le 14 janvier (et à d’autres dates) les lumières étaient des fusées éclairantes. En utilisant le travail présenté ici comme base il devrait être possible de déterminer rapidement si des observations futures sont des lumières à grande distance ou d’autres lumières, peut-être non-identifiables. Les témoins seront convaincus de l’explication des fusées telle que celle-ci seulement si la documentation suggérée ici est réellement obtenue au cours d’une série de tests connus de fusées éclairantes. »

    Vous allez sans doute me répondre que l’explication par les fusées éclairantes a été réfutée, et j’ai vu cette réfutation. Mais apparemment elle ne tient pas la route car elle suppose que les lumières étaient au-dessus de Phoenix, alors que l’analyse citée a déterminé qu’elles étaient au-delà, au-dessus des montagnes. Pour ne pas faire trop long je vous renvoie au site ufo-scepticisme. Il y a cinq pages de discussion sur cette affaire, et une autre hypothèse qui semble assez solide serait qu’il s’agissait d’avions volant en formation à très haute altitude.

    Sinon, on peut toujours discuter sur “comment et pourquoi des extraterrestres viendraient nous rendre visite”, mais à mon avis c’est une discussion à perte de vue. Ça peut m’intéresser si on présente ça sous la forme d’un roman de science-fiction captivant, mais en tant que discussion “scientifique” ça ne présente pas beaucoup d’intérêt car on peut imaginer tout et son contraire sans pour autant être proche de ce que serait la réalité si un jour elle se révélait. Nous ne pouvons pas imaginer des motivations, des psychologies et des manières de penser et d’opérer qui soient totalement étrangers à nous et n’aient strictement rien à voir avec ce que nous sommes capables de concevoir. C’est pourtant ce que je trouve le plus probable s’il existe des extraterrestres. Il suffit de voir à quel point, sur cette bonne vieille Terre où toute vie a pourtant une origine commune, nous sommes différents de notre plus proche cousin le chimpanzé. Comment pouvons-nous raisonner sur une “exo-psychologie” dont nous ne connaissons rien et à laquelle nous ne sommes liés par aucun gène, aucune filiation commune ?

    • Bonsoir Henri et merci de votre réponse.

      Je suis plutôt avide d’écouter d’autres arguments autrement plus intelligents que la foule de sites et forum « ufo-quelque chose » qui campent bien trop fort sur leur position, que ce soit pour ou contre, avec des arguments qui frisent la désinformation parfois.
      Bien sûr je trouve l’explication des lumières de Phoénix un peu fragile (je crois bien avoir déjà lu cette dernière, peut-être de façon incomplète). Tout comme l’hypothèse ET.
      Mais avons-nous quelque chose de plus consistant ?
      Je me souviens avoir lu sur internet que le problème des débats sur les attentats du 11 septembre étaient stériles, entre les pro-« inside job » et les pro « Al-Quaida », car ils ‘agissaient de discussions entre journalistes ou néophytes qui tentent de se réfuter l’un-l’autre. Cela n’a aucun sens : les seuls qui peuvent débattre positivement (dans le sens de faire avancer la vérité) sont les scientifiques spécialistes de chaque domaine avec non pas des arguments, mais des preuves scientifiques résultants de documents d’architecture, de mesures et d’analyse d’échantillons, uniquement compréhensible par les spécialistes, et qu’on ne peut recevoir qu’infiniment vulgarisés. Autrement dit, on cède notre confiance à un spécialiste plutôt qu’un autre, voilà ce qui fait notre avis.

      Eh bien là avec l’hypothèse ET, le même problème se pose : chacun sort des arguments trouvés sur le net ou ailleurs, assorti de son propre feeling vis-à-vis de ces arguments. On cite des spécialistes. Que sait-on de leur réel niveau, de leur réelle implication, et quand bien même seraient-ils des champions, pouvons-nous évaluer leur théorie, la soupeser vraiment (sans même évoquer le risque de corruption)? Bien que moi-même scientifique de formation, je m’en sens absolument incapable.

      C’est d’ailleurs la raison qui me fait aimer ce blog : une bonne vulgarisation sur des sujets délicats, qui va souvent un peu plus loin, par quelqu’un qui semble honnête et qui semble bien savoir de quoi il parle ! (Merci David !) Et des commentaires qui semblent suivre (pour la plupart) la même ligne.

      Je cherche donc la perle rare, la pépite, l’information-clé qui est plus qu’une rumeur ou un compte-rendu de résumé de spécialiste qui aurait étudié le phénomène etc…
      Le socio-psychologie me laisse un peu sur ma faim en ce qui concerne les raisonnements scientifiques.
      On se conforme là aussi à des spécialistes et en plus ce n’est pas du tout mon domaine.
      Je ne vais pas sortir d’autres affaires ET, mais pour ma part je n’arrive que rarement à trancher entre socio-psycho et ET.
      Trancher entre naturel/articiel est scientifiquement possible, pour peu que quelqu’un capte un jour le SPECTRE de la lumière émise par un ovni, en intercalant un petit réseau optique à 2 euros devant son objectif. L’étude détaillée peut nous permettre de savoir ce qui a émis cette lumière. Foudre en boule et autre feu-follet seront bien vite identifiés.
      Le site ufo-science (http://www.ufo-science.com/wpf/) est en cela plutôt prometteur.
      C’est un chemin plus concret vers des preuves scientifiques. De l’un ou de l’autre.
      (Là encore on sera dépendant des spécialistes, mais comment dire ? je me sens plus proche de leur raisonnement et je n’exclue pas la possibilité de me former pour réellement comprendre moi-même dans le détail).

      Le côté sociologique d’une approche des extra-terrestre est pour moi assez récent et je trouve pour ma part plutôt intéressant d’essayer d’anticiper la façon qu’ils auraient de nous contacter.
      Je ne pense pas que ce soit inutile ou stérile, ou juste un bon scénario de SF, bien au contraire : cela permet de prendre un recul salvateur pour observer notre propre société humaine.

      Réfléchir à comment une espèce extérieure à la Terre pourrait nous approcher sans nous détruire, sans provoquer d’hystérie collective débouchant sur un éthnocide, sans dégât majeur sur notre psyché et notre estime de soi est pour ma part fondamental car cela permet de cerner nos fragilités, nos défauts, nos erreurs. Et peut-être, d’y remédier.

      Être la risée de la galaxie car la seule civilisation qui a transformée sa planète en poubelle, il y a de quoi se mettre la tête dans le sable. 😉

      ça c’est pour le « comment ».
      Le « pourquoi » ils nous rendraient visite, je leur laisse. C’est leur motivation. On leur posera la question. 😉

      Bien que le nombre de possibles soit certainement infinis, je pense que si une autre espèce nous rend visite, elle a dû passer au minimum par la maîtrise de l’énergie nucléaire sans s’autodétruire et donc en cela elle nous surpasse en sagesse allègrement. et cela, quelle que soit son organisation sociétale et mentale (bon, on ne s’est pas encore auto-détruit, quoique, avec Fukushima et toutes ces centrales qui traînent leur plutonium…).

      En tout cas merci pour cette correspondance enrichissante, et encore Merci à David de nous offrir cet espace de discussion !

  53. Bonjour Olivier.

    Vous avez raison, il ne faut pas oublier de remercier David pour cet espace de discussion.

    Bien sûr, c’est une excellente chose de réfléchir à nos erreurs, nos fragilités, nos défauts afin d’y remédier, et si pour cela on part de la réflexion sur la manière dont une éventuelle civilisation extraterrestre pourrait nous approcher sans nous détruire, je dis pourquoi pas ? Mais de là à envisager l’hypothèse qu’une de ces civilisations, voire plusieurs, auraient déjà entamé cette démarche et que ce serait l’explication du phénomène OVNI, il y a un pas que je m’interdit de franchir.

    Comme les extraterrestres visitent la Terre, je suis allé visiter le site UFO-SCIENCE que vous présentez comme scientifique et « prometteur » dans l’étude du phénomène OVNI. Malheureusement, dès la présentation de leur association ils commencent par une incohérence. Ils affirment vouloir étudier le phénomène sans a priori sur son origine, alors que dans le premier paragraphe ils évoquent leur regret que les scientifiques refusent « tout révision de notre façon de concevoir l’univers qui rendrait possible les voyages interstellaires, donc des incursions de visiteurs venant de systèmes situés à plusieurs dizaines d’années-lumières du nôtre, voire plus. » On voit donc bien qu’ils ont déjà un a priori sur l’origine du phénomène et qu’ils ont fort envie qu’il soit d’origine extraterrestre.

    Ce qu’ils confirment d’ailleurs quelques lignes plus loin dans leur devise « la vérité maintenant » en écrivant : « L’éventualité de visites d’ethnies extraterrestres, voire de contacts, soulève de manière incontournable le problème de la place de l’homme dans l’univers, de sa fonction, de ses origines et de son destin. » Il y a donc dès le départ une composante philosophique qui vient altérer l’affirmation d’étudier le phénomène sans a priori. Je pense que l’étude réellement scientifique de celui-ci peut très bien – et doit, surtout – se passer de considérations sur un prétendu « problème » de la place de l’homme dans l’univers, de sa fonction, de ses origines et de son destin.

    Et surtout, je vois que parmi l’équipe fondatrice de ce site figure le scientifique Jean-Pierre Petit qui, outre ses (intéressantes) recherches sur la magnétohydrodynamique, s’est illustré par des livres qui font état de sa croyance en la réalité des « Ummites », peuple extraterrestre habitant la planète Ummo dont des représentants seraient venus nous rendre visite – encore une fois pour nous mettre en garde contre notre utilisation de certaines technologies, et encore une fois je dis « mais qu’est-ce que ça peut bien leur foutre à tous ces extraterrestres qu’on se foute la gueule en l’air et notre planète avec ? Qu’ils nous laissent vivre notre vie de cons comme ça nous chante, on est assez grands pour décider tous seuls comment gérer notre monde ! »

    Amicalement,

    Henri

    • Me voici de retour après une longue absence. Bonsoir Henri,

      Vous dites : « On voit donc bien qu’ils ont déjà un a priori sur l’origine du phénomène et qu’ils ont fort envie qu’il soit d’origine extraterrestre. »
      Je ne vois pas en quoi le fait d’avoir, non pas un a priori, mais une idée clair de ce qu’ils veulent démontrer, poserait problème. Bien sûr, ils cherchent à prouver que le phénomène ovni est parfois d’origine ET ! Ils se sont fixés un objectif, à atteindre scientifiquement.
      A partir du moment où ils appliquent une rigueur et une honnêteté intellectuelle impeccables, je ne vois pas en quoi avoir une idée de ce qu’on peut trouver fausse la donne. Au contraire, c’est primordial car si on ne sait pas quoi chercher, on est dans le flou complet. Si leur raisonnement ou leur preuves sont réfutables, elles seront réfutées, par eux-mêmes ou par d’autres. Sinon… c’est de la science.

      Je pense plutôt, et cela est salutaire, qu’ils jouent cartes sur table : ils pensent que le phénomène est d’origine ET, et ils vont tenter de le démontrer, au sens scientifique du terme, pas au sens rhétorique. Pas de subterfuge, de rêve, de témoignage fumeux. On va tenter de capter des spectre lumineux, on les étudiera scientifiquement pour déterminer quelles substances chimiques produisent cette lumière, et à ce moment on pourra avoir une idée plus précise de l’origine de ces lumières ! Pas de rhétorique, mais de la science. On pourra émettre alors des hypothèses plausibles et non plus purement spéculatives.

      Vous dîtes également : « Je pense que l’étude réellement scientifique de celui-ci [phénomène OVNI] peut très bien – et doit, surtout – se passer de considérations sur un prétendu « problème » de la place de l’homme dans l’univers, de sa fonction, de ses origines et de son destin. »
      Le fait d’être conscient de la portée éventuelle de la découverte qu’ils pourraient faire doit-elle faire d’eux des faux scientifiques débutant des recherches avec des a priori ??? Bien au contraire, ne dit-on pas « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » ? Ils ont leurs hypothèses, leurs idées de ce qu’ils peuvent trouver, mesurent la portée humaine de cette éventuelle découverte. Ensuite, leurs mesures seront rigoureuses ou non, leurs analyses seront justes ou fausses. Elles seront certainement à disposition de qui veut les vérifier, le débat scientifique, et non rhétorique, tranchera.

      Qu’il n’y ait pas de confusion : une preuve ne peut être que scientifique. Elle peut être démontée si sa logique a une faille quelque part ou si les mesures sont finalement erronées. Ce site UFO-science me semble être très sain, avec des idées claires sur ce qu’ils veulent entreprendre.

      Jean-Pierre Petit est, en plus d’un scientifique exceptionnel, un très grand humaniste. Un jour il a pris son courage à deux mains pour annoncer qu’il avait retiré des informations scientifiques de première qualité et de très très haut niveau depuis des lettres qu’on lui a transmis ou qu’il a reçues. Il ne s’agit donc pas de « croyance » mais juste d’un fait établi : oui, il y a des informations de première main, très en avance sur leur temps, dans ces lettres. Leur origine est paraît-il ET. Lui-même explique dans son site qu’il faut douter de toutes les hypothèses.

      Bonne soirée !

      • Par curiosité, j’ai été survoler quelques unes de ces fameuses lettres « ummites/ummiennes » : je ne sais pas précisément comment on dit ! Leur contenu est d’un fort potentiel intellectuel, mais du coup se révèle être d’origine humaine tellement la maîtrise historique des mots est flagrante. A mon sens, un extraterrestre parlant de parousie équivaut,à un homme naissant pré-éduqué…

  54. Argument intéressant dans un petit article du dernier Pour la Science : le nombre de photos d’OVNI aurait du augmenter depuis les années 1950 avec le nombre des appareils photo en circulation, mais ce n’est pas le cas …

    @David : c’est suite à un article du même type que je suis passé à un autre système de gestion des commentaires, Disqus en l’occurrence… Là les 115 commentaires représentent un contenu 10x plus important que le contenu de ton article, donc les gens arrivent ici après avoir googlé « preuve que les OVNI existent » et ne lisent même plus ton article…

  55. Bonjour Olivier, j’espère que vous avez passé de bonnes vacances. Reprenons donc notre discussion.

    Bien sûr, puisqu’ils sont des scientifiques, qu’ils fassent donc travail de scientifiques, et souhaitons-leur de faire des découvertes capitales. Je peux même leur suggérer quelques pistes à explorer qui me viennent à l’esprit rien qu’en lisant trois ouvrages parus sur la question des Ummites (pas très récents, je le reconnais), puisqu’il s’agit d’un sujet cher à Jean-Pierre Petit et de l’origine de ses recherches : « Enquête sur des extraterrestres qui sont déjà parmi nous » (le propre livre de Jean-Pierre Petit); « Les extraterrestres sont-ils parmi nous ? », de Antonio Ribera; et « La Conspiration des étoiles – les Ummos; terrestres ou extraterrestres ? », de M. Castello, P. Chambon et I. Leblanc. Parus respectivement chez Albin Michel en 1991, aux éditions du Rocher en 1984, et chez Robert Laffont en 1991.

    1ère piste : Peut-on prendre au sérieux la véracité du langage ummite ?

    Dans son livre, Antonio Ribera donne la « traduction » de quelques phrases ummites. Je relève ceci : rien que dans les 3 premières phrases, « traduites » par 34 mots différents en français, on ne trouve que 5 mots différents en ummite. La 1ère phrase, traduite par la plus longue phrase en français, compte 5 mots, dont deux fois le mot DO et trois fois le mot UMMO. La deuxième compte 6 fois le mot DO et 3 fois le mot UMMO. La troisième compte 3 fois le mot DO et 3 fois le mot UMMO. Peut-on penser qu’il est possible d’exprimer tant de choses avec seulement 5 concepts et 8 mots pour la première phrase, 2 concepts et 9 mots pour la 2ème, 2 concepts et 6 mots pour la 3ème ?
    Autre question concernant le langage ummo : pourquoi éprouvent-ils le besoin de disséminer des mots ummites dans leurs lettres puisqu’ils en donnent eux-mêmes la traduction à la suite ? Un romancier pourrait faire cela pour ajouter un peu d’exotisme à son texte, mais des savants représentant une civilisation extraterrestre devraient-ils avoir besoin de cette grossière ficelle littéraire ?
    Il y a de nombreuses questions très intéressantes à se poser concernant le langage ummo et je pense que les scientifiques du laboratoire de Jean-Pierre Petit auraient intérêt à s’adjoindre la collaboration d’un linguiste.

    2ème piste : Recherches sur la planète Ummo.

    Les Ummites nous disent que l’étoile qui éclaire Ummo est identifiée, par nous terriens, sous le nom de Wolf 424. Outre qu’on a déjà signalé de nombreuses erreurs dans les lettres ummites concernant cette étoile (voir site d’Oncle Dom), on peut suggérer au scientifique exceptionnel Jean-Pierre Petit de s’adresser aux astronomes spécialisés dans la recherche d’exoplanètes pour leur demander de nous fournir des renseignements plus complets sur la planète Ummo. Plus de 1700 exoplanètes sont confirmées à ce jour, dont les plus lointaines se situent à 400 années lumières. Malheureusement, on n’en a découvert aucune dans le système de Wolf 424, situé à 14,6 années lumières seulement. Alors certes, les Ummites prétendent que « nous faisons des erreurs concernant la masse, la magnitude, la situation et la distance des astres », et c’est ce qui explique qu’ils ne peuvent pas nous indiquer avec un degré élevé de certitude si l’étoile Wolf 424 est bien leur planète. Cela explique donc en même temps les incohérences entre ce qu’ils nous en disent et ce que nous savons du système de Wolf 424. Mais c’est un peu vite dit que les astronomes terriens font des erreurs. Quand on est capable d’identifier la présence d’une planète dans un système situé à plusieurs centaines d’années-lumière rien qu’en mesurant les fluctuations que cette planète cause à la trajectoire de son étoile, c’est que les erreurs sont vraiment très minimes. Beaucoup plus en tout cas que celles dont sont capables les Ummites dans la plupart des sujets scientifiques qu’ils abordent dans leurs lettres.

    3ème piste : recherches sur la biologie et l’évolution ummite.

    Leurs mains sont sensibles aux ondes électromagnétiques de haute fréquence. Ils sont capables d’identifier les sources lumineuses grâce à leurs poignets. Leurs paumes sont aussi photosensibles. « On comprend mal, nous disent les auteurs de “La conspiration des étoiles”, comment l’évolution biologique sur Ummo a pu donner un tel résultat ». Sans doute, mais il y a autre chose d’au moins aussi difficile à comprendre. En effet, « de fortes percussions dans les doigts et dans les poignets peuvent provoquer des lésions graves de [leurs] organes sensibles », à tel point qu’il leur est pénible, sinon impossible, de faire même le simple geste d’appuyer sur un bouton d’ascenseur. On se pose donc la question de savoir comment une telle civilisation a pu voir le jour sans pouvoir utiliser les mains à un quelconque effort physique. Les “Ummites préhistoriques” n’ont-ils donc jamais frappé deux pierres l’une contre l’autre pour fabriquer leurs premiers outils ? Il faut pourtant bien qu’une civilisation quelle qu’elle soit ait commencé un jour par façonner la matière grâce à la seule force physique disponible : la force musculaire !
    Leur évolution sur la planète Ummo semble d’ailleurs assez problématique. Il n’y a en effet pas de tectonique des plaques sur Ummo. C’est une planète constituée d’un seul continent et d’un immense océan. C’est pour cela, selon eux, qu’il n’y a qu’une seule race ummite et que leur société est très vite devenue planétaire, avec une seule langue, une seule religion, un seul gouvernement. C’est aussi pour cette raison que la variété des espèces biologiques y est beaucoup plus faible que chez nous. Admettons. Même si la théorie de l’évolution n’exige pas du tout que les populations animales soient séparées par des immensités océaniques pour pouvoir se diversifier ; il suffit qu’elles soient adaptées à des niches bien distinctes, même situées à quelques kilomètres les unes des autres. Mais il y a un autre problème plus épineux. Selon les dernières connaissances, il semble qu’une planète dépourvue de tectonique des plaques ne pourrait même pas avoir connu l’apparition de la vie, notamment parce que si une planète ne connaît pas la dérive des continents c’est pour la raison essentielle qu’elle ne possède pas d’eau. Donc, soit les prétendus Ummites nous racontent des bobards avec leur planète pourvue d’un océan mais sans tectonique des plaques, soit il n’y a pas d’eau sur Ummo, et alors pas d’apparition de la vie et pas d‘Ummites.

    En résumé, si Jean-Pierre Petit explique qu’il faut douter de toutes les hypothèses, il faut qu’il commence par douter de sa propre croyance. Vous dites qu’il ne s’agit pas de croyance mais d’un fait établi. Non ; le fait établi c’est juste qu’il a recueilli des connaissances scientifiques de haut niveau dans des lettres qu’on lui a transmises. Sa croyance c’est que ces lettres provenaient d’êtres extraterrestres. Et toute sa démarche avec son site UFO-science revient à vouloir prouver que sa croyance est fondée. Mais a-t-il au moins pris la peine de lire les sites suivants ?

    http://www.ovni.ch/~kouros/ummo.htm

    http://oncle.dom.pagesperso-orange.fr/paranormal/ovni/cas/ummo/ummo.htm

    http://ufo-scepticisme.forumactif.com/login

    • Bonjour,

      Attention attention, relisez-moi bien, ce que j’appelle « fait établi », c’est qu’il y a des informations scientifiques de 1ère main « cachées » dans ces textes, et PAS DU TOUT qu’ils soient d’origine extraterrestre. Le SEUL FAIT ÉTABLI car VÉRIFIABLE est la présence d’informations scientifiques, de descriptions, en avance sur leur temps ou très très à la pointe, c’est tout. Le folklore UMMO tout autour, leur langage, leur religion, structure sociétale est invérifiable, et me semble plutôt anecdotique voire même parfois de la pure désinformation (même si certains sujets sociologiques sont intéressants du point de vue de la source de nos « problèmes relationnels » d’humains, notamment le langage (série D47)).

      J’avoue ne pas avoir lu toutes ces lettres.

      Ce qui m’intrigue cependant, est que ces lettres aient pu continuer à être envoyées pendant plus de 40 ans par un ou plusieurs plaisantins ? ou par une agence gouvernementale (quel pays ou quelle planète ?) faisant des expériences socio-psychologiques sur la réaction de la population à ce genre d’information (pourquoi ???)…. Ce ne sont qu’hypothèses, et non des croyances bien ancrées.

      Dans le site de JP Petit, j’ai lu quelque part qu’il doutait fortement de l’existence réelle d’UMMO, mais que cela pourrait ressembler au travail d’une IA (intelligence Artificielle), qui peut s’affranchir du mur de la complexité et produire de nombreux textes cohérents avec un certain pourcentage, permettant de glisser quelques absurdités discréditant l’ensemble (désinformation). L’origine de cette éventuelle IA et ses objectifs restent à éclaircir. Seulement une idée, nouvelle me semble-t-il, à ajouter aux autres.
      Je pense que JP Petit est très sain dans sa démarche, mais ce n’est que mon avis.
      Ce texte publié sur le site d’ufo-science me semble très intéressant :
      http://www.ufo-science.com/wpf/?page_id=7830
      Notamment sur cette histoire de vie qui ne pourrait se développer que sur une planète comme la Terre avec une Lune et des continents séparés… Erreurs de modélisation ? Il y fait de nombreuses remarques sur l’affaires ummo, intéressantes.

      J’ai un peu surfé sur les sites que vous avez proposés, mais je n’ai rien trouvé pour l’instant au sujet de la réalité ou non de la présence d’informations scientifiques de haut niveau dans ces lettres. Car c’est bien là la seule chose VERIFIABLE, tout le reste n’est que blabla, est forcément démontable et n’est qu’une histoire de croyance : langage, localisation de la planète ummo, biologie ummo… tout peut être aussi vrai que faux, que ça ne change rien : pures constructions de la part des auteurs ou réalité… on n’en saura probablement jamais rien.

      Pour en revenir à UFO-Science, je ne pense pas qu’ils s’intéressent à démystifier scientifiquement l’affaire ummo, mais juste à éclaircir l’origine des PAN par des clichés avec réseau de diffraction afin de pouvoir étudier leur spectre lumineux, et donc identifier la substance chimique qui produit cette lumière. C’est déjà énorme et c’est dans leur compétences à mon avis.

      Je pense qu’on est tout piégé dans nos croyances, inconscientes ou non. Vous même, vous pensez que les phénomènes OVNIS (je dis bien « LES »), sont soit d’origine naturelle, soit un phénomène psycho-sociologique, en gros on les invente parce qu’on veut les voir. Il s’agit bel et bien la aussi d’une croyance. J’attends dans ce domaine une avancée scientifique en neurobiologie permettant de vérifier qu’il s’agit bien de cela. Et même dans ce cas, pourrait-on pour autant éliminer tous les témoignages ? Une petite idée supplémentaire serait que le cerveau puisse également REFUSER de voir quelque chose qui n’entre pas dans la sphère du commun, du « normal ». En gros l’effet inverse de ce à quoi vous souscrivez. Là aussi, nous manquons cruellement de connaissances neurologiques pour l’affirmer, ce n’est qu’une idée.

  56. Bonsoir Olivier.

    Je n’ai pas lu non plus toutes les lettres de l’affaire Ummo. Ce serait possible, notez bien, puisqu’on les trouve sur Internet. Mais je ne suis pas un spécialiste de cette affaire et ne souhaite pas le devenir. Je me contente d’exercer mon jugement sur les informations trouvées dans les quelques livres que j’ai lu, et contrairement à vous, je ne pense pas qu’on puisse se débarrasser des incohérences qu’on y trouve en les qualifiant de folklore. Il n’y a que là-dessus qu’on puisse se baser pour juger de l’affaire. Vous dites que le seul fait établi et vérifiable est la présence dans ces lettres d’informations scientifiques en avance sur leur temps ou très très à la pointe. Je reviendrai là-dessus, mais laissez-moi d’abord vous dire qu’il y a bien d’autres faits parfaitement établis dans cette affaire, et notamment que l’un de ses principaux personnages, José Luis Jordàn Peña, a menti, truqué des photos, fabriqué des fausses traces d’atterrissage, etc., est même passé aux aveux, et a fini par révéler dans une lettre au journaliste Renaud Marhic, auteur d’un livre sur l’Affaire Ummo, qu’il ne croyait pas aux Ummites ni aux ovnis en tant qu’objets extraterrestres. Ce qui lui fait un point commun avec Jean-Pierre Petit, puisque vous me dites que lui aussi doute fortement de l’existence réelle d’Ummo. Disons plus exactement qu’il se trouve bien obligé d’en douter aujourd’hui, alors qu’il semble avéré qu’il s’agissait d’une vaste mystification. Je ne sais pas comment il explique aujourd’hui qu’il ait eu connaissance d’informations scientifiques de haut niveau dans les lettres ummites s’il met maintenant leur existence en doute, mais voici comment je pense pouvoir l’expliquer pour ma part. D’abord, ces « informations de haut niveau », disons tout de suite que si elles avaient vraiment été très au-dessus des connaissances scientifiques actuelles, Jean-Pierre Petit, tout scientifique exceptionnel qu’il soit, ne les aurait pas comprises et n’aurait pu en tirer parti. S’il les a comprises, c’est qu’un autre homme pouvait très bien les avoir mises par écrit. Une fois qu’on admet cela, on n’a pas besoin d’autre hypothèse sur l’identité de qui les a écrites. C’est la règle scientifique d’économie qui impose de ne pas aller chercher d’hypothèse extraordinaire quand une explication plus simple suffit. Par conséquent, avancer que les prétendus Ummites auraient comme éthique de ne pas nous fournir d’informations trop au-dessus de nos capacités intellectuelles est irrecevable. Sur un plan strictement scientifique on peut seulement conclure que les lettres que Jean-Pierre Petit à lues et dans lesquelles il a trouvé des informations scientifiques ont été écrites par des hommes, sans ajouter aucune autre hypothèse secondaire. Si l’on trouve l’explication un peu courte et qu’il soit nécessaire de la compléter, on cherchera dans le domaine humain (terrestre) exclusivement. Des propositions comme celle de Renaud Marhic, par exemple, me semblent tout à fait recevables (implication du KGB — toute l’affaire s’est déroulée pendant l’époque soviétique et de la “guerre froide”). Mais il y en a d’autres, notamment celle qui met en cause Jose Luis Jordàn Peña comme étant le principal maître d’oeuvre dans l’histoire. Je la tiens personnellement pour moins plausible (malgré ses aveux, mais il n’a pas tout raconté en détail et il aurait peut-être du mal à démontrer qu’il a vraiment été seul à monter tout le canular et à le faire durer tant d’année), mais si l’on pouvait prouver qu’elle tient la route je n’aurais aucun mal à l’accepter.
    Bien sûr, si l’on peut un jour prouver que ce sont des extraterrestres « qui ont fait le coup », je l’accepterai aussi, car après tout c’est également plausible. Mais tant que cela implique des tas d’hypothèses annexes qui ne reposent que sur l’imagination humaine, pour moi c’est une piste à abandonner.

    Vous me parlez souvent de ces « clichés avec réseau de diffraction pour étudier les spectres lumineux et identifier la substance chimique qui produit cette lumière ». Cela vous semble très important mais je ne vois pas bien ce que cela apporterait concrètement à l’étude des ovnis. Parlez-vous des lumières vues dans le ciel dont font état de nombreux témoignages ? Voulez-vous dire que si on montrait que les spectres lumineux sont ceux d’une substance inconnue sur terre cela serait une preuve que les ovnis viennent d’ailleurs ? Alors bonne chance ! Quand on sait que sur les milliers de témoignages connus un infime pourcentage est accompagné de photos, et quand on sait également, comme quelqu’un l’a fait remarqué dans ce même blog, que malgré l’augmentation considérable du nombre d’appareils photos (que des millions de gens ont tout le temps sur eux depuis la vogue des téléphones portables), le nombre de photos d’ovnis n’a, lui, pas du tout augmenté, je me demande quelle chance les scientifiques de UFO-sciences se donnent de capter un jour le spectre lumineux d’un ovni.

    Tous piégés dans nos croyances ? Oui et non. Il faut quand même s’entendre sur ce que c’est qu’une croyance. Une personne qui, témoin d’un phénomène lumineux qu’elle ne comprend pas, applique immédiatement dessus le mythe des extraterrestres en visite sur Terre, est bien dans une situation de croyance car elle ne réfléchit pas sur le phénomène ni sur elle-même en proie à ce phénomène. En revanche, quelqu’un qui, comme Michel Monnerie dont je vous parlais l’autre jour, prend une position critique sur lui-même par rapport à ce qu’il a vécu, fait au contraire un travail de mise en doute sur sa croyance. Il la prend comme sujet d’étude, il fait des hypothèses à son sujet, et aboutit à certaines conclusions. Libre à vous de dire que ces conclusions sont des nouvelles croyances mais je ne vous suis pas sur ce terrain. Parce qu’après on ne sait plus de quoi on parle. Celui qui le premier a osé penser que c’était la Terre qui tournait autour du Soleil et non l’inverse a-t-il seulement changé de croyance ? Pour moi non. Dans la mesure où il a abouti à cette conclusion après avoir réfléchi, étudié le problème et démontré ce qu’il avançait, alors il a abandonné une croyance pour acquérir une connaissance.

    Alors certes, on peut aussi « refuser de voir quelque chose qui n’entre pas dans la sphère du commun, du “normal” ». Vous suggérez sans doute que c’est mon cas. Je refuserais l’hypothèse extraterrestre parce que ça sort du normal. En gros, les extraterrestres n’existent pas parce que je ne veux pas qu’ils existent. C’est un peu simpliste, mais peut-être que ça vous rassure de penser que je suis plus gouverné par mes peurs et mes croyances que par ma réflexion. Eh bien c’est tout à fait à l’inverse de ce qui est, pour ce qui me concerne. Pendant toute ma jeunesse j’ai été un fervent amateur de science-fiction, et en même temps je croyais aux extraterrestres, je me passionnais pour les histoires de soucoupes volantes, j’étais même abonné à la revue “Lumières dans la nuit”. Mais vous savez comment c’est : quand on est passionné, on lit, on lit, on lit. Et j’ai lu… eh oui, le livre de Michel Monnerie ! Et c’est sans doute lui qui m’a fait prendre conscience que toutes ces histoires de vaisseaux en panne, occupés par des extraterrestres tous plus ridicules les uns que les autres, ça ressemblait trop, mais en beaucoup plus mauvais, aux histoires de science-fiction que je lisais. Quand on est amateur de ce genre de littérature, on ne supporte pas la médiocrité en la matière. Et les histoires d’extraterrestres racontées par les témoins d’ovnis étaient vraiment d’une médiocrité insupportable. C’était plus que nul, c’était grotesque ! J’ai un grand respect pour la réalité, et je pense que la réalité ne peut pas être plus médiocre que ce que le plus médiocre écrivain peut imaginer. Bien sûr, je pense toujours qu’il est tout à fait plausible (voire possible) que des civilisations extraterrestres existent quelque part dans le vaste univers. Mais décidément, non : si un jour des extraterrestres venaient nous rendre visite ça ne se passerait pas, ça ne pourrait pas se passer de la manière dont les histoires de soucoupes volantes nous le racontent. Le ridicule a des limites que la réalité ne saurait outrepasser.

    Henri

    • Bonsoir,

      Désolé si vous avez cru que ma remarque concernant le fait que notre cerveau refuse de voir (avec les yeux) ce qui sort de notre entendement vous était destiné, mais ce n’était pas du tout le cas, je parlais bien entendu en général (il n’y a aucune malice dans mes propos). Je ne m’adresse pas seulement à vous, mais aussi à tout éventuel lecteur intéressé par ce développement (sinon nous aurions mieux fait de poursuivre en MP).
      Dans mon esprit, il ne s’agissait pas du rejet d’une idée, mais du fait que notre cerveau puisse refuser de mémoriser ou de conscientiser ce qui se produit sous nos yeux, si ceci sort totalement de notre sphère émotionnelle et de connaissance.
      C’est très connu, et cela s’appelle le syndrome de stress post-traumatique (TSPT), et ce n’est pas vraiment simpliste. Une rencontre du 3eme type pourrait à mon avis s’inscrire dans ce contexte.

      Bien sûr, une bonne partie des témoignages sont de l’affabulation (consciente ou non).
      Certains suivent le schéma psychologique proposé par M. Monnerie (si l’idée originale est bien de lui, je n’en sais rien). D’autres non. D’autres disparaissent dans les tréfonds de l’inconscient, par refus.
      Je ne suis pas psychanalyste ou neurologue et me garderait bien d’essayer d’expliquer ces phénomènes, mais j’accepte leur existence.

      Seules les vidéos et photos sont donc acceptables, mais les possibilités des logiciels actuels (même grand public) sont telles qu’on ne peut sensément croire en aucune vidéo/photo qui n’ait été analysée à fond par un laboratoire spécialisé. Et encore, pas sûr. Prudence, à mon avis.

      Je ne suis pas d’accord au sujet de la diminution du nombre de photos d’ovnis. Peut-être le nombre de photos ayant fait l’objet d’un dépôt à la gendarmerie a baissé (au vu de l’inutilité de cette action et de la perte de temps induite, je le comprends aisément), mais pas le nombre de photos/vidéos disponibles et/ou prises. Il suffit de taper « ovni » sur youtube pour s’en convaincre. Je pense que cette statistique est faussée. Surtout que je ne vois pas comment on pourrait comptabiliser les photos/vidéo d’ovni supplémentaires postées chaque jour sur le net.

      A propos de JP Petit, son niveau scientifique est de tout premier plan, n’en déplaise à ses détracteurs ; il avait la caution de certains des plus grands mathématiciens/physiciens français (et d’autres pays) comme JM Souriau et A. Lichnerowicz, entre autres, aujourd’hui décédés. Son idée, d’après ce que j’en ai compris, n’est pas simplement que la planète Ummo n’existe pas, mais qu’elle est le fruit de l’imagination d’une IA qui pilote les lettres à envoyer et leur contenu (il y a plusieurs milliers de lettres dans plusieurs langues, la théorie du faussaire unique me semble difficile à défendre, comme vous le suggériez).
      Pourquoi pas une IA gérée par le KGB ou la CIA pour tester notre crédulité, mais alors pourquoi divulguer des informations scientifiques de top niveau ? De plus, ces lettres se poursuivaient encore en 2004 si l’on fait confiance aux sites qui les diffusent. Là aussi, prudence…

      Pour en revenir au réseau de diffraction et sur la façon d’analyser un spectre, une première approche est proposée en physique au lycée et est très bien expliqué ici :
      http://www.jeulin.fr/fr/a-a1000004361-edc1000005/ressource/1001176/TP-Etude-de-spectres.html
      Notamment l’analyse d’ions cuivre, sodium et potassium (un peu plus bas)
      Voilà donc ce qu’on peut faire d’un spectre d’ovnis : quels atomes/ions/molécules sont à l’origine de cette lumière, et lesquelles sont présents autour (cela peut permettre de détecter la présence d’un champ magnétique, ainsi bien sûr qu’une bonne estimation de la température).
      C’est de cette façon qu’on peut déterminer la composition chimique d’étoiles très lointaines, par exemple.

      Dans la cas d’une lumière issu d’un PAN, supposons que l’analyse du spectre nous donne la présence d’oxygène, d’hydrogène et de carbone.
      Conclusion : phénomène naturel ; par exemple du méthane (un atome de carbone et 4 d’hydrogène) échappé d’une tourbe ou d’un marais, par exemple, qui s’est enflammé spontanément dans l’air (20% de O2) ou encore ces petites montgolfières de papier alimentées par une bougies (paraffine, cire : carbone, hydrogène, oxygène) Voir http://www.ufo-science.com/wpf/?p=4925

      On ne trouvera pas à mon avis « une substance inconnue sur terre », mais plutôt quelque chose qui nous donnera une idée de la façon dont est produite cette lumière (tungstène, vapeur de mercure ou d’autre métal, diodes, champ magnétique intense…).

      Donc on progresse vraiment. On pourra classer « naturel/artificiel », « source connue/inconnue ».
      Éventuellement essayer de reproduire une même lumière en laboratoire.
      Et ce n’est pas parce que c’est difficile qu’il ne faut pas essayer de le faire.

  57. Bonjour Olivier,

    Je reste assez sceptique à l’idée selon laquelle « notre cerveau refuse de voir ce qui sort de notre entendement ». Si c’était si vrai que cela, comment expliquer, justement, les milliers de témoignages d’atterrissage de soucoupes volantes. Sauf à penser que tous ces gens avaient un cerveau plus performant que la moyenne, ils auraient dû ne pas voir ce qu’ils voyaient, ou voir autre chose qui entrait mieux dans leur entendement que la visite d’extraterrestres. Puisque c’est cela qui, selon vous, est censé ne pas entrer dans notre « sphère émotionnelle et de connaissance ». Les rencontres du 3ème type ne sont pas si rares dans l’ensemble des témoignages recueillis qu’on puisse en conclure que ce serait une expérience à ce point traumatisante. Sauf encore à penser que l’immense majorité des personnes ayant fait cette expérience auraient préféré l’oublier sous l’effet du syndrome de stress post-traumatique et ne pas en témoigner. Passons, et revenons à Jean-Pierre Petit.

    Si sa nouvelle idée au sujet d’Ummo est qu’elle est « le fruit de l’imagination d’une Intelligence Artificielle qui pilote les lettres à envoyer et leur contenu », alors il est encore plus à l’ouest que je ne le pensais. Compte tenu de l’avancement en Intelligence Artificielle à l’heure actuelle – et plus encore à l’époque des premières lettres ummites et où lui-même en a eu connaissance –, c’est tout de même une hypothèse encore plus abracadabrante que celle de l’existence d’extraterrestres. De nos jours, une intelligence artificielle hors laboratoire (dans une utilisation publique je veux dire) est capable d’écrire, par exemple, des brèves journalistiques qui peuvent passer pour avoir été pondues par un humain. Ce n’est pas un grand exploit quand on sait que la base du métier de journaliste consiste en fait à « enfiler des perles », ou à aligner des clichés. Mais ce n’est pas demain, à mon avis, qu’une intelligence artificielle sera capable d’écrire un article de fond, de réflexion, et de remplacer un éditorialiste sans que cela se voie. Alors penser que dans les années 1970-80 une machine aurait été capable de faire preuve non seulement d’imagination mais d’inventer des théories scientifiques de haut niveau, c’est totalement absurde. De plus, s’il faut supposer que cette IA aurait été gérée par le KGB ou la CIA, pourquoi ne pas aller au plus simple, comme le fait Renaud Marhic, et conjecturer que ce sont des agents (humains) de l’un ou l’autre (pour lui il s’agirait plutôt du premier) de ces services de renseignement qui seraient à l’origine des lettres ? Il faut quand même garder à l’esprit que, malgré ce qu’en dit Jean-Pierre Petit, les connaissances qu’il prétend avoir trouvées dans les lettres n’étaient pas d’un niveau très supérieur à ses propres connaissances dans les domaines où il travaillait (la magnétohydrodynamique, notamment). Il s’agissait d’ailleurs plutôt de spéculations ou d’idées « poétiques », selon ses propres termes, que de véritables théories scientifiques avec des équations et des démonstrations. Sa démarche intellectuelle à partir de ces sources n’est finalement pas très différente de celle que pratiquent bien d’autres scientifiques férus de science-fiction qui élaborent des théories très élaborées à partir d’idées simplement évoquées dans des romans.

    • @Henry Maguy :
      Bonjour,
      Vous dites :
      « Les rencontres du 3ème type ne sont pas si rares dans l’ensemble des témoignages recueillis qu’on puisse en conclure que ce serait une expérience à ce point traumatisante. Sauf encore à penser que l’immense majorité des personnes ayant fait cette expérience auraient préféré l’oublier sous l’effet du syndrome de stress post-traumatique et ne pas en témoigner. Passons… »

      Il y a un peu de mauvaise fois dans cette phrase, non ? Il a pu y avoir des rencontres traumatisantes, et d’autres pas du tout. Certaines personnes sont capable d’appréhender le phénomène, et pas d’autres. Certaines personnes affabulent conscient, d’autres inconsciemment…
      Je parle du possible, sans mettre de probabité chiffrée à côté, et vous en faites plus ou moins « ma théorie ».

      Je dois rectifier un peu : j’ai retrouvé les pages du site de JP Petit dans lesquelles il évoque l’origine des lettres ummites (mais je n’ai pas le lien, désolé) : Son idée exacte est que ce serait un IA extraterrestre qui les ai écrites, plutôt que des ummites prétendant n’avoir que quelques milliers d’années d’avance sur nous. Pour quoi une IA ? Il existe plusieurs milliers de lettres ummites, pas seulement celles disponibles sur le net. Un travail titanesque, cohérent si on considère les informations scientifiques contenues. Une façon pour une ethnie extraterrestre ayant des millions d’année d’avance de communiquer avec nous. Une IA qui n’est donc pas de fabrication humaine. Il y a eu des « faux » cependant, provenant de la CIA notamment.

      Bref,
      Selon JP Petit, les informations qu’il a recueillies ne sont pas « poétiques ». Ses dires, pour ne citer qu’un exemple visible sur internet lors de la célèbre émission au sujet des ummites sur l’ex « la cinq » présenté par André Bercoff : « C’est comme donner les 13 premiers chiffres d’une combinaison en contenant 15. Celui qui a donné les 13 premiers chiffres connaissait forcément la solution. » Il est clair que cela n’est pas dû au simple hasard.

      Chacun est libre d’en penser ce qu’il veut. Si on n’a pas le niveau scientifique suffisant (ultra élevé dans ces cas !), on ne peut que s’en remettre qu’aux « experts ».

      A propos des extrémités des doigts des ummites « ultra sensibles » selon leurs dires, souvent moqués car inaptes à priori au moindre travail physique :
      http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20140908.OBS8529/la-peau-est-capable-de-penser-avant-le-cerveau.html

      On ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve.

      Attention, je ne « crois » pas aux ET : je me contente de soupeser les informations, et pour ma part elles tendent sérieusement dans le sens positif.

  58. Bonsoir
    Je trouve votre article très intéressent mais pour l’age des civilisation extraterrestre nous ne pouvons que spéculer sur leur age car « Est il possible qu’une civilisation quel quel soit puisse avoir une « durée de vie  » si grande pour atteindre un niveau de technologie suffisant ? »

  59. Bonsoir Olivier.

    C’est amusant la manière dont vous terminez : « Attention, je ne « crois » pas aux ET : je me contente de soupeser les informations, et pour ma part elles tendent sérieusement dans le sens positif. » Car je pourrais dire la même chose : Attention, je ne dis pas que les extra-terrestres n’existent pas ; je me contente de soupeser les informations, et pour ma part elles tendent sérieusement dans le sens négatif. Comment expliquer qu’à partir des mêmes informations nous arrivions à des conclusions différentes et opposées ? Sans doute ne donnons-nous pas le même poids aux mêmes informations. D’ailleurs j’ai déjà dit qu’admettre l’existence probable de civilisations extraterrestres (ce que je fais) n’oblige pas à estimer probable leur présence sur Terre. Pour moi, rien dans tout ce que nous connaissons du phénomène OVNI ne permet de conclure dans ce sens. Pour vous, presque tout. Mais je constate quand même qu’il vous faut tout un tas d’hypothèses secondaires qui alourdissent la théorie. Comme celle de Jean-Pierre Petit selon laquelle ce serait maintenant une intelligence artificielle extraterrestre qui serait à l’origine des lettres ummites. Nous avions déjà l’hypothèse extraterrestre, voilà maintenant qu’il faut lui ajouter celle d’une intelligence artificielle. Pourtant, en tant que scientifique il devrait savoir qu’en science il vaut toujours mieux simplifier que compliquer. Il est de toute façon contestable que les lettres ummites contiennent des informations scientifiques si nouvelles qu’elles n’auraient pu être découvertes par des humains. On n’y trouve en tout cas, comme je l’ai dit, aucune théorie vraiment nouvelle, démonstration et équations à l’appui. Jean-Pierre Petit interprète des schèmas et des phrases sibylinnes et les faisant coller plus ou moins à ses propres connaissances et découvertes. S’il avait trouvé une vraie théorie nouvelle dans les lettres ummites, il en aurait fait une communication à l’Académie des Sciences et il aurait obtenu le prix Nobel de physique. Au lieu de quoi il est à peu près le seul de toute la communauté scientifique à croire à ce qu’il a envie de croire. Non, décidément, plus je soupèse les informations, plus ma conviction tend dans le sens négatif.

    • Bonsoir,
      Je suis très déçu devant tant de refus d’ouverture.
      Êtes-vous scientifique pour juger réellement les travaux de Jean-Pierre Petit ou faites-vous seulement confiance à quelques uns de ses détracteurs ?
      Vous dites :
       » Pourtant, en tant que scientifique il devrait savoir qu’en science il vaut toujours mieux simplifier que compliquer. »

      En voilà un paradigme ! un principe ? La 2ème loi de la thermodynamique des publications ?
      De Newton à Einstein, il me semble qu’on a un peu compliqué les équations et la description de l’univers, non ? (sans remonter à l’inquisition…)

      De manière générale, tout se complique autour de nous : technologie, société…

      D’où, une intelligence artificielle pour franchir le mur de la complexité lorsqu’il y a trop de paramètres à prendre en compte en même temps. Et cela arrive un peu partout : des systèmes de gestion intelligente des feux d’une grande ville pour fluidifier au maximum la circulation est en train de pointer le bout de son nez. Les drones. Les pilotages automatiques, les diagnostiques médicaux automatiques (l’ordinateur n’oubliera pas la maladie rare recensée 3 fois seulement), les « robots de compagnies » (http://www.aldebaran.com/fr/qui-est-nao) avec leur détecteur d’humeur, etc.
      Alors pourquoi pas un logiciel de diffusion discrète d’informations scientifiques aux meilleurs chercheurs d’une autre planète ? Histoire de rester cohérent et de ne pas gaffer, car même pour une race ET ayant quelques milliers d’années d’avance sur nous, il y a trop d’informations à suivre et à traiter en trop peu de temps. LA clé de notre évolution technologique passe par une I.A., me semble-t-il. Pour les ET aussi ?

      Quel niveau scientifique vous permet d’affirmer qu’il n’y a aucune information nouvelle dans les pages ummites ?

      Vous dites : « Il est de toute façon contestable que les lettres ummites contiennent des informations scientifiques si nouvelles qu’elles n’auraient pu être découvertes par des humains. On n’y trouve en tout cas, comme je l’ai dit, aucune théorie vraiment nouvelle, démonstration et équations à l’appui. Jean-Pierre Petit interprète des schèmas et des phrases sibylinnes et les faisant coller plus ou moins à ses propres connaissances et découvertes….
      … Au lieu de quoi il est à peu près le seul de toute la communauté scientifique à croire à ce qu’il a envie de croire. »

      « croire, croire, croire » mais il n’est nullement question de croire ici. Le contenu de ses papiers sont consultables sur son site. Il y a les équations, il y a du « lourd », du très très lourd. de la géométrie de très haut niveau. Un crayon et un stylo suffisent si l’envie vous prend d’essayer d’invalider ses théories.
      Théories validées par ailleurs, par feu JM Souriau (http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marie_Souriau) Un monstre sacré des maths. « De la stabilité des avions » en 1953 qui résout le problème international de stabilité des avions par la géométrie différentielle en dit long sur le personnage…
      Pour le situer : http://images.math.cnrs.fr/Jean-Marie-Souriau-s-est-eteint.html
      C’est une caution de poids des publications de JP Petit.

      Si je ne peux pas comprendre vraiment les travaux de quelqu’un : je cherche une caution valable. Réellement valable. Là, Monsieur JM Souriau, c’est indiscutable.

      Max Planck : « Une théorie nouvelle ne triomphe jamais. Ce sont ses adversaires qui finissent par mourir. »

  60. Bonjour Olivier,

    Cela fait bien longtemps que nous n’avions plus discuté sur ce sujet.
    Bon, je ne suis pas scientifique et je n’ai consulté aucun des détracteurs de Jean-Pierre Petit ; je me fie tout simplement à ma raison et ma connaissance des principes qui sont censés gouverner la science. Quand je dis qu’en science il vaut toujours mieux simplifier que compliquer cela veut juste dire que plus une théorie s’embarrasse d’hypothèses additionnelles pour rendre compte de faits ou d’observations qui semblent la contredire, plus elle a de chances de ne pas être dans le vrai. C’était notamment en quoi la théorie de l’attraction universelle de Newton était supérieure à celle des épicycles de Ptolémée pour expliquer le mouvement des planètes. Et c’est aussi pourquoi l’adjonction de l’hypothèse d’une intelligence artificielle « pour franchir le mur de la complexité lorsqu’il y a trop de paramètres à prendre en compte en même temps » est un indice que l’hypothèse extraterrestre dans l’affaire des Ummites n’est pas dans le vrai. Alors pourquoi pas, en effet, un « logiciel de diffusion discrète d’informations scientifiques aux meilleurs chercheurs d’une autre planète » ? Sauf que ce n’est qu’une hypothèse de plus qui alourdit et complique l’hypothèse de départ et la rend suspecte d’être erronée.
    Ce n’est pas mon niveau scientifique qui me permet d’affirmer qu’il n’y a aucune information nouvelle dans les pages ummites, c’est juste, comme je l’ai dit, que si c’était le cas, ça se saurait. Vous me parlez du « lourd et du très lourd » qu’on trouve dans les papiers de Jean-Pierre Petit. Mais si j’ai bien compris, ces équations sont sorties de sa main et de son cerveau, pas des papiers ummites. Il prétend s’en être inspiré, pas les avoir recopiés tels quels. S’il les a seulement recopiés, alors il doit en faire communication à l’Académie des Sciences ou à tout autre organisme supérieur qui dira voilà : les auteurs de ces équations sont une espèce extraterrestre appelée les Ummites, et du coup les choses seront claires, admises et définitives.

    Puisque vous aimez les citations de « cautions valables », j’en ai une moi aussi. Elle est du physicien Richard Feynman, dans son livre “La nature de la physique” (éditions du Seuil, 1980). Voici ce qu’il écrit :
    « Il y a quelques années, j’ai eu une conversation avec un profane sur les soucoupes volantes ! Je disais : « Je ne crois pas aux soucoupes volantes. » Mon interlocuteur répondit : « Est-ce impossible ? Pouvez-vous le prouver ? Non, dis-je, je ne peux pas le prouver. C’est seulement très improbable. » Il répondit alors : « Vous n’êtes pas du tout scientifique. Si vous ne pouvez pas prouver que c’est impossible, comment pouvez-vous dire que c’est improbable ? » Mais c’est cela qui est (« est » souligné dans le texte) scientifique. La science consiste seulement à dire ce qui est le plus probable ou le moins probable, et non à prouver sans cesse ce qui est possible et impossible. Pour définir ce que j’entends par là, j’aurais pu lui dire : « Ecoutez, je veux dire que d’après la connaissance que j’ai du monde qui m’entoure, je crois que les histoires de soucoupes volantes résultent plus probablement des caractéristiques irrationnelles connues de l’intelligence terrestre que des efforts rationnels inconnus d’une intelligence extra-terrestre. » C’est plus probable, voilà tout. C’est une bonne hypothèse. Et nous essayons toujours de trouver l’explication la plus probable, en n’oubliant pas que si ça ne marche pas, il faudra discuter les autres possibilités. »

    Amicalement,

    Henri

    • .

      À Manguy,

      Tout à fait d’accord avec votre raisonnement. La science se déploie sur le terrain du probabilisme et des probabilités et pas sur celui du vérisme et de la vérité (qui font partie de l’art poétique et métaphysique).

      Est probablement vrai ce dont l’idée, ou l’hypothèse, correspond le plus étroitement à la réalité, ou l’expérience.

      Cordialement,

      V.

      .

  61. à Manguy,

    Les pauses font réfléchir. Vos idées me font avancer, et je vous en remercie.

    Effectivement, dans l’idée je suis philosophiquement d’accord avec vous : l’explication la plus « simple » au sens physique du terme, c’est à dire « qui minimise la dépense énergétique », ou principe de « parcimonie » (rasoir d’Ockham), est la plus vraisemblable. Vraisemblable seulement.
    Car c’est un principe heuristique, philosophique. En aucun cas un résultat scientifique

    Mais admettons. C’est un principe sain.

    Donc.. je pose la question : Quelle est la solution la plus « simple » au sens de ce principe, à l’explication des lettres ummites (certifiées) ?
    L’idée, si je comprend bien, est de n’ajouter aucune hypothèse nouvelle tant que celles énoncées suffisent, pour expliquer ces lettres, à savoir « les êtres humains entre eux sur Terre » et la physique et technologie actuelle.

    Pour rappel, un résumé de leur contenu (plusieurs MILLIERS de pages), vérifiable mais fastidieux :

    – Les lettres sont particulièrement fastidieuses, lourdes, ampoulées, dénuées du moindre humour.
    – Elles ont un fort contenu plutôt dense (scientifique ou autre), une cohérence certaine et une « ligne éditoriale » identique sur plusieurs dizaines d’années (1960-2004 minimum).
    – Elles ont plusieurs niveaux de lecture selon le niveau scientifique du lecteur. A ce sujet, il y a des lettres avec des erreurs « cachées » détectables à un niveau BAC S ou licence (qui les discréditent à première vue), mais par contre avec d’autres informations exactes de bien plus haut niveau.
    – Des lettres ont été reçues dans de nombreux pays et dans des langues différentes (espagnol, français, anglais, russe… japonais aussi).
    – Il y a eu des contacts téléphonique en Espagne en voix « synthétique » à une époque ou la synthèse vocale par ordinateur n’existait pas (voir émission d’André Bercoff restée célèbre, sur la cinq).

    Les explications (sans l’hypothèse ET) :

    – Un plaisantin génial (ou un groupe de plaisantins) particulièrement méticuleux et prolifique, à très haut QI (sur plusieurs dizaines d’années, en plusieurs langues, avec des appels téléphoniques…) sans fuite à part les aveux d’un espagnol malade.

    – Une étude psychologique de masse, menée par une agence terrienne avec une équipe de rédacteurs, des logiciels (dans quel but ?), sans fuite également.

    Quoi d’autre ? La question est ouverte pour moi car ces explications ne me satisfont pas.
    Je suis prêt à étudier tout autre explication.

    L’hypothèse ET pourrait-elle être la plus « simple » compte tenu de toutes les contraintes ? Je pose simplement la question.

  62. Bonjour Oliver

    Sincèrement, cette discussion commence à me fatiguer. Elle n’aura jamais de fin. Tout comme le « mystère » des soucoupes volantes, ou celui des Ummites, n’aura jamais de fin. Cela dure déjà depuis plus de cinquante ans et je suis prêt à parier que dans cinquante ans il n’y aura pas de réponse définitive. De plus, si ça se trouve, dans cinquante ans l’humanité aura disparu ou sera sur le point de disparaître et personne sur cette Terre ne saura jamais si des extraterrestres sont venus ou non nous rendre visite. Le plus drôle serait d’ailleurs qu’ils viennent pour de vrai lorsque nous auront tous disparu.
    Bon, trêve de pessimisme (ou de défaitisme). Le mystère des OVNI ne sera jamais élucidé parce que les scientifiques n’ont pas envie de s’intéresser à ce sujet qui est trop « miné ». Comme aussi tout ce qui touche au paranormal. En cinquante ans, toutes les sciences ont fait d’énormes progrès alors que l’ufologie en est toujours au même point, qui consiste essentiellement à accuser les scientifiques de ne pas s’intéresser au sujet. Pas le moindre poil d’extraterrestre à analyser (réponse toute prête, « ils n’ont pas forcément des poils »), pas le moindre brin d’ADN non plus, qu’on aurait pu retrouver sur une au moins des milliers de lettres ummites (réponse toute prête, « toute vie dans l’univers n’est pas forcément basée sur l’ADN), etc. etc. Quelles que soient les objections qu’on puisse opposer à l’hypothèse d’extraterrestres venus sur Terre, ceux qui y croient (et ils ont tout à fait raison d’y croire, ce n’est pas un pêché) auront toujours une réponse à fournir, mais malheureusement jamais de preuve. Vous pensez que c’est l’hypothèse la plus probable ? Peut-être. Je ne le pense pas. Je ne sais pas s’il est possible d’estimer cette probabilité. Elle n’est peut-être pas plus solide que celle de l’existence de la vie dans l’univers (tellement de paramètres sont en jeu, dont un certain nombre nous sont peut-être encore inconnus), donc voilà : l’enjeu n’en vaut pas le temps et l’énergie passés à y travailler. Pour ma part en tout cas, je laisse tomber. L’humanité est confrontée à des problèmes bien terrestres beaucoup plus cruciaux que celui-ci et qu’elle doit résoudre au plus vite. J’ai fait le pari tout à l’heure que le mystère des ovni ne serait pas levé d’ici cinquante ans, je voudrais pouvoir faire celui que dans cinquante ans le monde sera tiré d’affaire, mais j’y crois beaucoup moins.

  63. Mon hypothèse: tout a commencer sur la planète mars, a l’époque ou la planète rouge était parfaite pour la vie. Donc pour moi l’homme vient de la planète mars. On a vue venir la fin de vie de la planète mars et comme tout êtres humains notre but et de survivre et de faire en sorte que la race de l’humanité ne s’éteint pas!! Donc on crée des engins spatiaux et de propager pour dans l’univers des êtres humains a la recherche de planète ou l’homme puisse s’adapter. En fonctions des planète trouver et coloniser et de leur environnement notre apparence physique a changer, car le corps devait s’adapter a la planète. En gros ce qu’on appel les extraterrestre son tout simplement des humain.

  64. Un message a été donné a un journaliste français, par ces extraterrestres que beaucoup d’entre nous cherchent a identifier, et a comprendre ce qu’est le phénomène « ovnis ». Tout est disponible, ça ce passe maintenant, a chacun de voir si ça peut l’intéresser…ou pas.

  65. Merci pour le billet, quand c’est aussi bien démontré, forcément ça chatouille l’esprit.
    Mais une chose, aussi probable soit elle, n’arrive pas forcément. C’est raisonable de penser que d’autres civilisations inteligentes existent. Mais… instant philosophie… la vérité est-elle raisonable?

  66. Bonjour
    Je découvre votre blog : je le trouve très intéressant. Juste un point m’a fait tiquer concernant l’article sur les extraterrestres vous dites qu’il y a 10 puissance 23 planète dans l’univers or vous dit dans le précédent post qu’il y’a 10 puissance 23 étoiles dans l’univers. Chaque étoile devant posséder en moyenne disons une dizaine de planète je pense qu’il serait plus juste de dire qu’il y a 10 puissance 24 planètes dans l’univers . C’est certainement un détail je pinaille un peu mais comme vous articles sont très précis je me permettais cette petite remarque.
    Cordialement

    • Oui on ne sait pas exactement en moyenne combien il y a de planètes par étoile, mais un chiffre de 10 pour 1 est assez raisonnable. Mais comme on ne parle que d’ordres de grandeurs, finalement 10^23 ou 10^24, c’est pas très différent 🙂

  67. Bonjour,
    Nous savons tous que notre propre galaxie est suffisamment énorme pour cacher la vie quelque part.
    Je pense que le vrai débat demeure celui de la présence sur terre d’extraterrestres car les observations courantes qui sont faites dans le ciel depuis des années prouvent bien qu’il se passe quelque chose de vrai. Je pense qu’il faut plutôt s’attacher à cette réalité que tous les gouvernements de la planète nous cachent. Oui, je suis convaincu qu’ils sont déjà parmi nous mais les chefs d’états nous cachent la vérité. D’ailleurs, il est facile de comprendre que dans l’hypothèse où nous étions informés de cette présence d’une manière officielle, vous pouvez vous imaginez du dérèglement social que cela provoquerait, déstabilisation des religions, démotivation personnelle, anéantissement des idées fondamentales…..Mais pourtant, tôt ou tard, nous serons confrontés à ce choc, car croire aux extraterrestres est une chose finalement peut-être assez facile comparer à la rencontre physique de ses nouveaux visiteurs. D’ailleurs, les différents dossiers classés en son temps « secret défense » et divulgués d’une manière délibérée, prouve bien une certaine volonté à nous préparer à la « rencontre » Alors qu’il s’agisse de visiteurs en provenance de planètes de fin fond du cosmos ou d’autres exo planètes n’est pas un débat en soit. Quand la rencontre aura lieu on leur posera tout simplement la question. Personnellement, je suis attaché aux observations dans le ciel. J’y suis sensible car mon épouse a été témoin alors adolescente, d’une observation ainsi que mon père 40 ans plutôt ayant observé la même forme au détail près.

    • Tu peux aussi te renseigner sur « Rael professeur de bonheur, ELOHIMLEAK »….Il y est question d’estraterrestres et de l’avenir de notre humanité.

  68. Pour Gordiano Bruno et Jean-Pierre Petit :(Théologie et vie extraterrestre).

    -« Louange à Allah(Dieu en arabe), Seigneur des mondes. »Saint Coran 1:2

    – « Parmi Ses Preuves(signes) est la création des cieux et de la terre et des êtres vivants qu’Il y a disséminés. Il a en outre le pouvoir de les réunir quand Il voudra. » Saint Coran 42: 29 –

    Le spiritualisme pour chaque Exocivilisation dépend de sa variété : -« N’as-tu pas vu qu’Allah (Dieu en arabe) est glorifié par tous ceux qui sont dans les cieux et la terre; ainsi que par les oiseaux déployant leurs ailes ? Chacun, certes, a appris sa façon de L’adorer et de Le glorifier. Allah sait parfaitement ce qu’ils font. » sait Coran 24:41

  69. Bonjour,
    Tout n’a pas commencé il y a environs 13 milliards d’années. Nous n’avons pas les moyens de voir au delà avec les lois
    de la physique d’aujourd’hui.
    Il n’y a pas de début, ni de fin, mais juste une transition entre un système vers un autre. Une sorte de respiration de la matière. (éparpillement/concentration de l’énergie ).
    Donc impossible de dater des civilisations antérieures au pseudo bigbang. !!!!
    D’autre part si des gris sont parmi nous, c’est probablement des équipes d’anthropologues qui étudient l’émergence de nouvelles civilisations dans ce système de choses. Un peu comme les humains moderne feraient avec des peuples vivant dans les jungles.
    Aucune intervention ne doit apparaître pour ne pas interférer dans le développement des espèces étudiées.
    La différence d’intelligence entre ces chercheurs venus d’ailleurs et nous serait comparable à nous et une fourmilière. Aucun d’intérêt pour communiquer. Nous ne sommes pas prêts pour ce type de communication.
    Les fourmis ont peut être leur propre paradoxe de Fermi…..
    De plus, ce que nous appelons intelligence n’a de valeur que pour 1 individu seul en situation calme. En grand nombre les humains sont pire qu’un troupeau de bovins, qui se piétinent, se bousculent en cas d’incendie.
    C’est probablement ce côté chaotique en nous qui les intéresse.
    De temps à autre leurs déplacements sont trahies par des phénomènes lumineux que rapportent bon nombre de témoins dont je fais parti.
    Nos gouvernements ignorent leur existence. Disons que cela ne les arrange pas trop qu’ils existent.

    • Les extraterrestres n’ont aucun intéret a vivre parmis nous pour la simple raison que leur planète doit ètre un véritable paradis. Ils ont des moyens techniques tellement évolués qu’ils peuvent venir nous observer comme ils veulent, alors je vois pas trés bien pourquoi ils vivraient parmis nous.
      Je pense, comme d’autres, qu’ils ont créé nos ancètres scientifiquement, et qu’ils n’ignorent rien de nous, ils suivent notre évolution tout simplement.
      Le « big-bang » est juste une théorie, et je pense plutot a un univers infini, avec des populations diverses, intelligentes comme nous on peut l’ètre, qui peuplent un nombre infini de planètes dans l’immensité de l’univers.

  70. Bonjour. Très bonne analyse, oui qui pourrions devenir physiquement, intellectuellement, techniquement, dans aller une folie, 50 000 ans. J’ai un témoignage, observation du début Octobre 2015. Avant cela, je voudrais saluer ceux ou celui que j’ai vu, enfin aussi, le travail pour une telle technologie de son appareil félicitations. Nous voila donc début septembre 16h00 environs, sur mon ordi, faisant une recherche sur les chemtrails. Ensuite, je suis sortie dans mon jardin, pour observer le ciel sur ce phénomène. A hauteur du sommet de mon amandier en suspension, j’ai observé se que je croyais être une aigrette de pissenlit. Je les fixé trouvant curieux que celle-ci ne bouge pas malgré le vent. Au bout de 8 secondes environs, un flash et monté dans le ciel à la verticale [ciel bleu sans nuage] d’un objet lumineux, j’estime aujourd’hui après réflexion à 15 20 000 mètres d’altitude, avant un virage à angle droit avec nouveau flash, vol horizontal sur 30 kilomètres environs, puis dégagement en courbe vers l’espace. J’estime la vitesse à 100 fois celle d’un avion de ligne. J’ai mis mon témoignage sur le site du GREPI, et en resterai là.

  71. raisonnement logique c’est vrai , on peut donc imaginez pas mal de civilisations plus ou moins avancees…mais alors pourquoi aucune ne vient pour une rencontre frontale, genre independance day ou les espagnoles en Amerique ?… puisqu’on peut supposer qu’il existe des millions de civilisations ET dans l’univers…bizzare.

    • Pourquoi ne nous contactent-t-ils pas directement? Tout simplement parce qu’ils nous ont transmit des informations via l’un des notres a qui ils ont donné le nom de Rael.
      Ils veulent nous rencontrer officiellement dans une ambassade, crée spécialement pour eux!

  72. Quand on parle de vie extraterrestre et de probabilite d’en trouve, je pense que ce que l’on caracterise avant tout c’est la probabilite de touver une forme de vie similaire a la notre.
    Mais je pense qu’on oublie souvent qu’il est possible que d’autre formes de vie puisse necessite des conditions differente des notres.

    Lorsque l’on voit la biodiversite sur Terre, avec des animaux qui vivent a des pressions incroyable au fond des oceans, ou dans des temperatures extremes, je pense que l’on devrait considerer que meme des conditions extremes puissent abriter la vie, surement tres differente de ce que l’on connait, mais c’est normal.
    Et pourquoi pas des formes de vie basees sur l’azote plutot que le carbone ?

    J’ai l’impression qu’on a souvent une vision limitee de ce que l’on cherche, peut etre limite par notre imagination.
    De meme que l’on represente souvent les extraterrestres de maniere anthropomorphic (2 bras, 2 pieds, une tete, etc…) et ayant les meme ‘ambitions’ que nous (contacter d’autres civilization, la recherche de technologies, etc…). Mais pourquoi ne pas imaginer qu’ils ne s’interessent pas a tout cela, et qu’ils sont tres bien ‘seul’ sur leur planete, sans avoir besoin de contacter des formes de vie differentes ?

    • Notre propre civilisation, est capable de tout. Comme beaucoup le pensent, certains ovni, sont bien de chez nous. L’univers est infini, tout comme les civilisations. Rien à craindre d’autres civilisations, mais plutôt de la notre. Bonnes informations.

  73. Regarder un ciel étoilé ,loin des villes,m’emeut et m’interroge sur la vie et ses possibilités.
    Un vieux chêne centenaire,près de chez moi,me pose les mêmes questions….

  74. Oui mais si des telles civilisations existaient et se seraient à ce point étendues, elles laisseraient des traces (énergies, ondes, chaleur … )

    • Nous sommes nous même capable aujourd’hui, de ne pas laisser de traces. Alors des civilisations ayant certaines plus de 50 000 ans d’avance technologique
      . Essayez d’imaginer se qu’ils peuvent faire comme engins.

  75. Bonjour,

    « Commençons par le premier point. Il s’agit d’une constatation empirique qui devrait être à peu près évidente pour tout le monde, la science et la technologie progressent de plus en plus vite.  »

    Ce n’est pas du tout évident pour moi. Même je pense que c’est faux.

    Si on se focalise sur les innovations à la mode on se dit que c’est merveilleux -ou pas- qu’on vit dans une époque « exponentielle » où tout se renouvelle de plus en plus vite technologiquement. L’attitude du geek enthousiaste quoi.

    En réalité pendant une bonne partie de l’histoire on a inventé des choses qui aujourd’hui semblent tellement naturelles qu’on ne considère plus ça comme une innovation. On va dire en gros du singe à la renaissance. Ces inventions ont profondément changé la culture et le mode de vie de l’espèce. Les progrès ont été monstrueux sans avoir pour autant d’organisation en vue du progrès. La roue par exemple est une prouesse énorme en ce sens que c’est une pure invention non triviale et non copiée (je vois pas de pivot dans un tronc d’arbre pour ceux qui pensent à ça) par opposition à l’aéronautique qui fondamentalement voulait copier les oiseaux ou la plupart des médicaments qui copient des principes naturels existants…. La maîtrise du feu ça me semble être un autre tour de force que la maîtrise de l’énergie atomique en considérant le niveau de développement intellectuel depuis lequel on l’a fait. Imaginez vous la découverte de la métallurgie dans le cadre de l’époque par exemple ! Regardez « 2001 l’odyssée de l’espace’ et la découverte de l’outil qui est présentée comme une innovation tellement en rupture qu’elle ne peut qu’être d’origine extra terrestre.

    Et on arrive à la renaissance en gros et il y a un courant de pensée « l’humanisme » selon lequel l’homme est à la mesure de toute chose, qui enlève les blocages psychologiques qu’avaient les gens à étudier certaines choses. Et de là on assiste à une véritable explosion des découvertes théoriques, qui vont s’enchaîner avec les révolutions industrielles. Mais le problème est que comme dans toute choses où on a rien fait, les premières découvertes sont évidentes, et plus on avance plus le rendement des découvertes par rapport à l’effort consenti diminue. Au départ on arrive à avoir des savants « multi cartes » comme Da Vinci, Newton, Pascal… mais au fur et à mesure les gens doivent se spécialiser de plus en plus, c’est la première étape. La deuxième étape, les épaules des géants sur lesquelles il faut monter pour faire la découverte suivante sont de plus en plus hautes et nécessitent de plus en plus d’effort individuel pour s’y hisser avant de pouvoir apporter sa pierre. On sait que la plupart des génies modernes ont fait leurs découvertes principales dans leur vingtaine (Einstein, Curie, James Watson…), car il est plus facile de remettre l’ordre établi en cause qu’on on a moins consacré de temps à acquérir une position. Désormais les gens qui font de la recherche on un âge de plus en plus avancé avant d’avoir une liberté sur ce qu’ils cherchent, et rarement moins de la trentaine. Et il y a aussi un problème connexe de budget qui explosent et de ressources naturelles qui deviennent de plus en plus chères à mesure que les accessibles facilement ont déjà été utilisées, qui ralentissent fortement le progrès technologique. Et tout ceci alors qu’on n’a jamais eu autant de chercheurs, il existe par exemple plus de docteurs actuellement vivant que de docteurs morts depuis le début de l’humanité.

    Et ça moi je le vois tous les jours, les innovations semblent pour les geek enthousiastes accélérer, pour moi elles me semblent considérablement ralentir et on se contente de nouvelles innovations de plus en plus insignifiantes. L’aéronautique et l’astronautique ne progressent plus ou quasiment depuis 50ans, l’énergie nucléaire n’avance plus (voir les problèmes récents d’Areva), on a atteint une limite de fréquence utilisable pour les CPU il y a dix ans à cause d’un problème de fuite, la microélectronique ne pourra bientôt plus diminuer sa finesse à cause de la barrière atomique, les HDD ont une capacité qui s’est figée autour d’une poignée de téraoctets depuis 2008 en gros, pareil pour les clés USB, l’innovation automobile ne consiste plus qu’à rajouter des gadgets et à suivre des normes arbitraires de pollution.
    Il n’y a pas très longtemps encore, on changeait son matériel info / électronique parce qu’il était devenu obsolète ou grossièrement pas assez performant. Désormais les renouvellement sont basés sur des modes -la fameuse sortie du nouveau modèle où les gens font la queue devant la boutique trois jours avant- et des marqueurs sociaux d’appartenance à des groupes ou de démarcation individuelle.
    Suffit de réaliser l’expérience de pensée suivante : vous transplantez une personne de 2002 en 2017, une de 1987 en 2002, une de 1972 en 1987 et une de 1957 en 1972. Laquelle aura le plus et le moins l’impression que le monde technologique a changé ?

    En fait il me semble tellement flagrant que l’innovation a presque stoppé qu’on se raccroche à quelques innovations tirées de bouquins d’anticipations envers lesquels on a des espérances démesurées qui ressemblent plus à une foi religieuse « fusil à un coup » qu’en une confiance dans le progrès scientifique « mitraillette qui touchera au moins une cible ». La thérapie génique, l’énergie par fusion, la conduite automatique, l’intelligence artificielle. Mais rien ne dit que ça aboutisse.

    • « Commençons par le premier point. Il s’agit d’une constatation empirique qui devrait être à peu près évidente pour tout le monde, la science et la technologie progressent de plus en plus vite. »

      Ce n’est pas du tout évident pour moi. Même je pense que c’est faux.
      Oui le déclin pour le bétail, et l’Inimaginable technologie pour le petit club mondial.

  76. David comme beaucoup d’autres possède une vue erronée sur ce qu’est l’évolution en rapport avec le temps et ses durées. Cela vient probablement du fait qu’au niveau des déplacements sidérales, nous pouvons déduire l’avenir sur des durées phénoménales. Sauf que voilà, ce qui s’applique à l’un ne vaut pas pour l’autre, car il n’existe pas de modèle standard qui définisse à coup sûr, ce que sera l’avenir. C’est bien beau de parler de courbe exponentielle comme si elle pouvait s’étendre jusqu’à l’infini, lors qu’en réalité, elle n’est pas à l’abri d’une brisure fatale.

    Depuis que la vie est apparue sur Terre, la vie n’a eue de cesse de lutter pour sa survie subissant plusieurs extinctions massives; L’humanité, comparé à l’échelle du temps géologique, ne représente quasiment rien en terme de durée et sa disparition en cas de nouvelle extinction massive est, hélas, inévitable en raison qu’à partir d’un certain poids et d’une certaine taille, rien ne peut survivre.

    Ensuite, pour espérer pouvoir communiquer avec d’autres vies extraterrestres, cela demande des distances raisonnables en plus d’une synchronicité d’existence assez longue pour pouvoir échanger parce qu’un message sans réponse, c’est comme une cause sans effet.

    http://chaman.fr.over-blog.net/2016/05/l-univers-la-vie-l-homme.html

    Bien à tous…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s