L’effet de halo (Crétin de cerveau #1)

20 mai 2016

J’ai décidé de créer une petite série de vidéos consacrées aux biais cognitifs ! Premier épisode, l’effet de halo.

Et maintenant un peu de discussion critique pour ceux que ça intéresse…

Grands leaders et prophéties autoréalisatrices

Au sujet du fait que tous les présidents des États-Unis font plus d’1m80, une question que l’on doit légitimement se poser est quand même de savoir si les personnes plus grandes que la moyenne n’auraient pas effectivement une plus grande aptitude au leadership, simplement par effet de prophétie autoréalisatrice. On pourrait imaginer que dès leur plus jeune âge, les enfants plus grands soient naturellement mis en situation de « commander », et finissent précisément par développer les qualités nécessaires à cette tâche.

Cette possibilité me rappelle un peu l’histoire rapportée par le génial auteur américain Malcolm Gladwell dans son livre Outliers : près de la moitié des hockeyeurs pro canadiens sont nés au premier trimestre de l’année. Pas parce que le fait d’être né au premier trimestre est intrinsèquement un avantage, mais parce que plus jeunes, ces enfants sont physiquement plus avancés, donc ce sont eux qui ont les meilleurs performances, donc eux qu’on encourage et qu’on stimule…et qui finissent professionnels ! (voir ici par exemple)

Bref, il pourrait très bien y avoir un effet autoréalisateur similaire avec les grands hommes politiques (pour les femmes politiques, j’ai peur qu’on manque encore un peu de base statistique.)

Sur le rôle de la taille sur le salaire, je n’ai pas précisé dans la vidéo, mais l’étude statistique que je mentionne prenait bien sûr en compte l’effet du sexe. Si ça n’avait pas été le cas, c’eût été un bel exemple de paradoxe de Simpson (« les grands sont mieux payés car les hommes sont mieux payés et les hommes sont plus grands »). Mais non, l’effet subsiste bien dans chaque sexe.

La liste des tailles des présidents américains sur Wikipédia

Judge, T. A., & Cable, D. M. (2004). The effect of physical height on workplace success and income: preliminary test of a theoretical model. Journal of Applied Psychology, 89(3),
428.

Ok Cupid est-il une source valable ?

Je trouve les résultats d’Ok Cupid vraiment très intéressants, et je pense qu’ils nous disent vraiment quelque chose sur la nature humaine. Et pourtant, il faut quand même remarquer qu’un certain nombre de problèmes méthodologiques font qu’en tant que tels, ces résultats ne sont pas de qualité « publiable » dans une revue à comité de lecture. Voici quelques pièges que j’ai pu relever.

Sur la corrélation « note de physique » / « note de personnalité », il y a un effet qui est qu’on demande à tout le monde de mettre successivement les deux notes. Il ne faut donc pas s’étonner qu’on trouve une corrélation certaine. Simplement parce que c’est peut-être trop « fatiguant » pour notre cerveau de réfléchir vraiment à deux notations différentes. Pour une expérience valable, il aurait fallut que 50% des utilisateurs aient uniquement à noter le physique, et les 50% uniquement la personnalité.

Même avec une telle précaution, il reste un facteur de confusion possible, qui est « le soin apporté à la constitution du profil ». On peut imaginer que certaines personnes vont mettre beaucoup de soin dans leur profil (photo ET texte), tandis que d’autres auront une approche moins « pro » de la question et auront tendance à négliger les deux.

L’expérience proposée par OkCupid est vraiment intéressante, notamment parce qu’elle démontre le fait qu’on ne peut pas se contenter d’observations a posteriori pour tirer de bonnes conclusions. Je trouve donc bien qu’ils aient poussé jusqu’à réaliser une vraie expérience de manipulation. Il reste un problème toutefois, c’est que l’échantillon est restreint par le bon vouloir des gens. Normalement on constitue un groupe, puis on lui fait subir l’expérience sans qu’il ait trop le choix. Ici, ceux qui participent à l’expérience (qui mettent une note) le font sur une base volontaire. On peut imaginer que face à un profil vide, plein de gens vont refuser d’attribuer une note de personnalité.

Physique et personnalité

L’étude « fondatrice » dont je parle sur les liens entre physique et personnalité est en fait plus vaste que ce que j’ai rapporté dans la vidéo. Outre le fait de noter les photos en terme de caractéristiques de personnalité, les sujets de l’expérience devaient aussi noter un certain nombre d’autres critères comme la capacité à être un bon conjoint, un bon parent, leur bonheur supposé dans la vie, etc. Toutes les qualités attribuées étaient corrélées avec l’attractivité physique, à l’exception de la capacité (estimée) à être un bon parent. Par contre, il y avait un énorme impact de l’attractivité physique sur la capacité (estimée) à être un bon conjoint : on passe d’une note de 0,37 à une note de 1,70.

Dion, K., Berscheid, E., & Walster, E. (1972). What is beautiful is good. Journal of personality and social psychology, 24(3), 285.

Justice et physique ?

L’expérience sur la justice fait un peu froid dans le dos, mais on peut quand même la relativiser avec des observations. Tout d’abord il s’agissait d’une expérience, c’est-à-dire d’une tâche « simulée », pas d’un véritable procès. Ensuite les sujets de l’expérience étaient des quidams, pas des juges professionnels. (Même si rappelons le dans un jury d’assises, les jurés sont des citoyens lambda !). Et puis la faute à juger était un truc relativement bénin (tricherie à un examen). On peut espérer que dans de véritables situations, l’effet soit moins prononcé…mais c’est à peu près évident qu’il doit exister, non ?

Efran, M. G. (1974). The effect of physical appearance on the judgment of guilt, interpersonal attraction, and severity of recommended punishment in a simulated jury task. Journal of Research in Personality, 8(1), 45-54.


Le libre-arbitre existe-t-il ? [Vidéo]

23 mars 2015

Nouvelle vidéo, sur un thème que j’avais déjà traité en billet : le libre-arbitre !

Lire la suite »


Méfiez-vous d’un juge affamé !

8 décembre 2014

justiceJ’ai déjà évoqué de nombreuses fois sur ce blog tous ces petits biais qui font de nous des êtres plus ou moins irrationnels. La plupart du temps, ces irrationalités ont été étudiées par des économistes et des psychologues dans le contexte des décisions économiques. Et leurs expériences nous montrent que contrairement à ce que l’on croit volontiers, nous sommes facilement influencés dans nos choix par le contexte ou la présentation. Et nous sommes donc manipulables.

Aujourd’hui, ça n’est pas d’économie dont je voudrais vous parler, mais de justice ! En effet une étude parue en 2011 a montré que les décisions de justice ne sont pas non plus exemptes de ces influences. Un résultat qui fait un peu froid dans le dos. Lire la suite »


Pourquoi les marchés financiers fluctuent-ils tous de la même manière ? [rediffusion]

18 août 2014

Une rediffusion qui date un peu, mais sur un sujet intriguant : les fluctuations des marchés financiers !

Il y a quelques jours le prix 2011 du « Meilleur jeune économiste français » a été décerné à Xavier Gabaix, qui travaille et enseigne à l’Université de New-York. En collaboration avec des physiciens, il s’est notamment penché sur la question des fluctuations des marchés financiers, et a proposé un modèle pour tenter d’expliquer l’universalité de ces fluctuations.

Les fluctuations du CAC40

On le sait bien, les marchés financiers fluctuent, et ce de manière apparemment imprévisible. Mais en analysant un historique de ces fluctuations, on peut observer des choses intéressantes, notamment mesurer la probabilité d’apparition des évènements extrêmes que sont les fortes hausses ou fortes baisses.

Prenons notre bon vieux CAC40, et regardons son historique depuis une vingtaine d’années (ci-contre). On va s’intéresser à ses fluctuations d’un jour sur l’autre, exprimées en pourcentage. Vous savez ce chiffre que nous annonce le présentateur à la fin du journal télé « La bourse de Paris a clôturé en baisse de 2.12% ». Lire la suite »


L’impact de Google sur nos capacités de mémoire [rediffusion]

4 août 2014

Comme promis, je profite de l’été pour vous caser quelques rediffusions de vieux billets. En voici un datant d’il y a 3 ans, et qui nous explique en quoi Google nous rend plus mauvais à mémoriser…

A l’ère d’Internet, on peut se demander à quoi sert encore notre mémoire, puisque quelques clics suffisent à retrouver à peu près n’importe quelle information. A partir d’expériences contrôlées, des chercheurs américains ont justement pu montrer comment les technologies de l’information modifient notre processus de mémorisation.

Si les résultats sont relativement convenus, l’une de ces expériences m’a paru particulièrement intéressante. Lire la suite »


Vos opinions politiques sont-elles inscrites dans vos gènes ?

19 mai 2014

vote_300Cette semaine vont avoir lieu les élections européennes. De jeudi à dimanche, les électeurs des différents pays membres de l’Union vont devoir se prononcer pour leurs candidats préférés.

Comme pour toute élection, ne doutons pas que cela va causer politique dans les chaumières, et débattre ferme dans les dîners en famille ou entre amis.

Mais au fait, êtes-vous vraiment sûrs que vous avez vraiment choisi vos opinions politiques ? Car en plus de l’influence avérée de notre environnement familial, depuis quelques années on soupçonne de plus en plus que nos opinions politiques puissent aussi dépendre de notre héritage génétique. Lire la suite »


Les homophobes sont-ils des homosexuels refoulés ?

21 avril 2014

putin_rainbowC’est une idée que j’ai déjà entendue de nombreuses fois, et notamment à l’occasion des débats en France sur le « mariage pour tous » :

« Selon une étude américaine récente, les homophobes ne seraient finalement que des homosexuels refoulés. »

Comme à mon habitude, j’ai voulu aller voir de près en quoi consistait cette fameuse étude.

Première observation : si elle est bien américaine, elle n’est pas récente puisqu’elle date de 1996. L’expérience et ses résultats sont assez drôles et inattendus, mais à prendre avec quelques réserves. C’est d’ailleurs une bonne occasion de s’interroger sur les limitations des études expérimentales en sciences sociales. Lire la suite »


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 17 852 autres abonnés