Le remède miracle contre le jet-lag : 16 heures de jeûne

Les vacances ont commencé et certains d’entre vous auront peut-être la chance de visiter des contrées lointaines. Pour ceux qui iront vraiment loin, vous subirez éventuellement un décalage horaire significatif.

Peut-être seriez-vous alors intéressés pour tester cette solution proposée dans Science par Clifford Saper, professeur de neurologie à Harvard : pour éviter le jet-lag, il vous faudra jeûner pendant 16 heures !

Jour/Nuit

Notre rythme biologique naturel, appelé rythme circadien, détermine nos phases de sommeil et d’activité. Il est d’une durée de 24 heures, ce qui n’a rien de surprenant puisqu’il est conditionné par l’alternance physique des jours et des nuits sur la Terre. C’est ce rythme circadien qui est mis à mal lorsque nous subissons le jet-lag, du fait d’un décalage entre le fuseau horaire dans lequel nous vivons habituellement, et celui dans lequel nous nous rendons.

Puisque ce rythme de 24 heures est déterminé par l’alternance jour/nuit, il finit par se recaler sur l’alternance du pays d’arrivée, et après quelques jours sur place nous finissons par nous adapter aux nouveaux horaires. On dit que l’exposition à la lumière est un moyen de réaliser l’entraînement du cycle circadien. Mais l’exposition à la lumière n’est pas le seul moyen de réaliser l’entraînement du cycle circadien, il existe un autre : la nourriture.

L’entraînement à la nourriture

L’entrainement du cycle circadien à la nourriture a déjà été observé chez certains animaux. Si on les prive de nourriture pendant leur période d’activité normale, mais que la nourriture est disponible pendant leur période de sommeil normal, ils sont capables d’inverser leur horloge biologique et ce de manière rapide. Ceci leur permet d’être actifs pendant la disponibilité de la nourriture, et on comprend facilement l’avantage adaptatif que confère cette capacité.

Chez l’animal, la nourriture peut être un puissant vecteur d’entrainement des cycles circadiens, mais qu’en est-il de l’homme ? Ce qui ont déjà fait une hypoglycémie nocturne le savent : on peut bien être complètement claqué et en plein milieu d’une phase de sommeil profond, quand le corps a besoin de sucre, il sait y faire pour nous réveiller et nous mettre dans un état de vigilance extrêmement élevé !

Jeûner 16 heures pour rebooter son horloge

Donc chez l’homme comme chez l’animal, on peut être en pleine forme la nuit si c’est l’estomac qui l’exige. Tout porte donc à croire que pour caler les cycles circadiens, la nourriture est plus forte que la lumière.

Sur la base de ses travaux publiés dans Science, Clifford Saper a alors proposé une solution pour lutter contre le jet-lag : il suffit de réentraîner rapidement son horloge biologique grâce à la nourriture, sans attendre qu’elle le fasse toute seule grâce à la lumière. Et sa proposition est la suivante : un jeûne de 16 heures va agir comme une sorte de reboot de votre horloge biologique. Après un jeûne prolongé, votre organisme considèrera que le premier repas que vous allez prendre marquera le nouveau début de la journée.

Voici donc comment procéder : calculez l’heure du petit déjeuner de votre pays d’arrivée, jeûnez pendant les 16 heures qui précèdent (éventuellement dans l’avion ou dans votre pays d’origine si nécessaire) et faites-vous un bon petit déj’ synchronisé avec celui des autochtones. Si tout se passe comme prévu, à ce moment précis votre organisme va se dire « Tiens ! C’est le petit-déjeuner ! », et votre horloge biologique va se recaler d’un seul coup !

Communication scientifique

La proposition paraît sympa, alors comme d’habitude, j’ai voulu aller jeter un oeil à la publication d’origine, celle de Science [1]. Et là, quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que l’article en question ne parle pas du tout de jet-lag, ni d’humains jeûnant pendant 16 heures, mais de souris à qui on injecte des gènes dans le cerveau.

Je trouve ce cas assez typique d’une certaine communication scientifique : on fait une publi (certainement de qualité), et on la « vend » au grand public via les médias en parlant de quelque chose qui ne figure pas du tout dans le papier ! Tapez « jet-lag 16 hours » dans Google, et vous verrez une tétrachiée de réponses venant de divers journaux citant cette publi de Science, mais quelle est l’origine de cette interprétation détournée ?

J’ai bien cherché, et l’origine semble être que Clifford Saper dans le Podcast du magazine Science [2] parle de ses travaux sur la souris, et mentionne une éventuelle applicabilité à la question du jet-lag ou bien celle des travailleurs ayant des horaires décalés. Mais je ne sais pas d’où vient ce chiffre de « 16 heures » que les médias ont repris comme un seul homme. Si quelqu’un trouve la source…

En tout cas si vous testez la méthode, vos récits sont les bienvenus en commentaire de ce billet !

Un oeil sur le papier

Le papier d’origine est quand même sympa à lire. Les auteurs démontrent que l’entraînement à la lumière et l’entraînement à la nourriture trouvent leur origine dans deux zones différentes du cerveau.

Pour cela ils travaillent sur des souris et font des manipulations avec un gène, nommé Bmal1, qui joue un rôle clé dans l’entraînement des cycles circadiens. Tout d’abord les souris n’exprimant pas Bmal1 n’ont pas de rythme circadien. Elles ont des périodes d’activités réparties de manière totalement aléatoire dans la journée, indépendamment des heures du jour et de la nuit.

Puis les auteurs ont injecté le gène Bmal1 dans une région du cerveau des souris appelé noyau suprachiasmatique de l’hypothalamus. Les souris ayant subi ce traitement localisé retrouvent alors leur rythme circadien calé sur l’alternance jour/nuit.

En revanche si on place ces souris dans le noir, elles perdent ce rythme, même si on essaye de le recréer en leur distribuant de la nourriture à des moments bien fixés. Pour ces souris, l’entrainement à la lumière a bien été restauré mais pas celui à la nourriture.

Sur un deuxième groupe de souris ne possédant pas non plus Bmal1 initialement, les auteurs l’ont injecté dans une autre région de l’hypothalamus, le noyau dorsomédian. Et pour ces souris, l’entraînement à la nourriture est restauré mais alors que l’entraînement à la lumière ne marche pas.

Les auteurs ont donc pu montrer que deux régions différentes du cerveau étaient à l’oeuvre pour réaliser l’entraînement des rythmes circadiens, suivant que cet entraînement se fait à partir de l’alternance jour/nuit, ou à partir de la disponibilité de la nourriture.

[1] C. Saper et al., Differential Rescue of Light- and Food-Entrainable Circadian Rhythms, Science 320 (2008)

[2] http://www.sciencemag.org/content/320/5879/1074/suppl/DC2

11 réflexions sur “Le remède miracle contre le jet-lag : 16 heures de jeûne

  1. Voilà encore une fois une rumeur rapportée par des journalistes qu’ils ne vérifient pas leurs sources !
    Merci de faire éclater ce scandale au grand jour.

      • Les journalistes ne sont-ils pas censés aller au-delà de la comm’ des entreprises ou politiques ? Sinon autant nous abreuver de communiqués de presse…

      • Après une relecture attentive des différents sites, on constate que les blogs ont repris l’info sans trop de regard critique. Par contre sur les grands médias il y a plus de prudence :

        * Le site de la Harvard Business Review précise bien que l’étude a été faite sur les souris, et en ce qui concerne l’humain, a la prudence de préciser « as Saper has discussed in the press« , sous-entendu pour moi « pas dans la publi scientifique ». Donc ils sont réglos;
        * Le New York Times parle bien des souris, mais jette l’ambiguïté dès le début avec la phrase suivante : « A period of fasting with no food at all for about 16 hours is enough to engage this new clock, » said Dr. Clifford Saper of Harvard Medical School, whose study appears in the journal Science. Pour moi c’est incorrect. Ils se rattrapent à la fin de l’article  » has not been proven to work in humans » mais le doute est déjà installé.
        * La BBC est aussi très ambigüe : « shift workers and travellers can keep tiredness at bay by not eating, they suggest in the journal Science » Là c’est très limite, car dans la publi de Science, ils ne suggèrent absolument rien de tout ça. Par contre c’est évoqué dans le podcast destiné à commenter le numéro dans lequel est paru l’article.
        * Le journal suisse Le Matin est exemplaire, puisqu’ils précisent bien que la publi est sur les souris, et ils écrivent bien que « théoriquement » ça pourrait s’appliquer à l’être humain. Et ils emploient bien le conditionnel…

        J’ai noté aussi que quand on tape « jetlag Saper » dans google, on trouve le site « Science Etonnante » qui n’est pas très très réglo, puisque le premier paragraphe suggère que le jeûne de 16 heures est publié dans Science 🙂

  2. Merci à l’auteur du commentaires pour ces infos intéressantes. Je ne connaissais pas l’origine de l’étude mais avais vu une émission (sur une chaîne française je crois) qui « testait » la théorie. Le test était fait sur deux (!) volontaires, un qui mangeait et buvait goulument et l’autre qui n’a rien mangé et bu que de l’eau pour les 16heures prescrites. Comme je voyage beaucoup pour le travail et que je soufre considérablement de jetlag, j’ai décidé de tester pour moi-même la théorie. Et ça marche! Ce n’est pas miraculeux, je me réveille quand même à des heures bizarres, mais je n’ai plus besoin de prendre de somnifères et je ne me sens plus comme un zombie après avoir voyagé contre le soleil. Le sacrifice de ne pas manger pendant 16heures vaut clairement la peine pour moi et depuis que je l’ai essayée pour la première fois, j’ai décidé d’adopter la méthode pour tous mes voyages inter continentaux.
    Suis contente!

  3. Pingback: Pourquoi a-t-on besoin de dormir ? | Science étonnante

  4. Je suis arrivée sur cet article parce que je viens de vivre une expérience qui m’a surprise. Ayant pris un billet Paris-Boston et retour sur une compagnie qui n’offre pas de repas, j’ai très peu mangé, à l’aller comme au retour (environ 10 heures de trajet). Et malgré 6 heures de décalage horaire, je me suis réadaptée immédiatement au nouvel horaire, dans un sens comme dans l’autre. J’en ai été surprise parce que j’ai vécu en Thaïlande et j’ai souvent fait des voyages en Europe, avec 6 heures de décalage horaire aussi, et je me réadaptais toujours en plusieurs jours, 1 jour par heure, comme il est souvent dit.
    Voilà, une expérience personnelle, pas scientifique et je n’ai pas vraiment jeûné, j’ai juste très peu mangé pendant le voyage. Je repars vivre en Thaïlande et je vais tenter de résister au plateau-repas pour voir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s